(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré mardi qu’il était déterminé à respecter les promesses passées d’indemniser les producteurs laitiers qui ont subi des pertes en raison d’accords commerciaux.

La Presse Canadienne

M. Trudeau a tenu ces propos en réponse à un nouvel appel des producteurs laitiers canadiens, qui réclament une indemnisation du gouvernement fédéral en raison des pertes subies par leur industrie qui, selon eux, sont attribuables à une série d’accords commerciaux internationaux.

Les représentants de l’organisme national des Producteurs laitiers du Canada affirment avoir reçu du gouvernement, dans le cadre d’un engagement pluriannuel, un premier versement de 1,75 milliard en indemnisation pour les pertes attribuables aux accords commerciaux du Canada avec l’Europe et les pays du Pacifique.

Mais ils n’ont toujours reçu aucun détail au sujet d’une aide pour un troisième accord commercial : le nouveau pacte commercial nord-américain avec les États-Unis et le Mexique, qui est entré en vigueur le 1er juillet.

M. Trudeau a déclaré que son gouvernement travaillait avec les producteurs laitiers pour les indemniser relativement au récent accord Canada-États-Unis-Mexique, ou ACEUM, qui a remplacé l’Accord de libre-échange nord-américain.

« Nous travaillons actuellement avec les producteurs laitiers et d’autres sur la compensation pour l’ALENA », a affirmé M. Trudeau.

« Nous reconnaissons que des familles et des communautés ont été durement touchées par cette pandémie et nous serons toujours là pour soutenir les gens, y compris avec des indemnisations que nous avons promises depuis longtemps et que nous accorderons. »

Le groupe de pression calcule que d’ici 2024, les concessions commerciales feront en sorte que 18 % de la production de lait nationale aura été concédée à des producteurs laitiers d’autres pays.

« Lorsque la pandémie a commencé ici au Canada, nous avons fait très attention de ne pas pousser trop fort. Nous savions que le gouvernement en avait plein les bras avec la pandémie, pour tenter de s’assurer que les Canadiens étaient bien pris en charge », a affirmé le vice-président de l’organisation, David Wiens.

« Nous sommes maintenant huit mois plus tard, et nous disons, vous savez, ces engagements ont été pris. »

L’accès au secteur laitier canadien, soumis à la gestion de l’offre, a été une question épineuse lors des négociations de l’Accord économique et commercial global (AECG), entré en vigueur en 2017, de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), en vigueur depuis 2018, et le récent Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

Les producteurs laitiers ont reçu leur premier versement d’indemnisation l’année dernière pour l’AECG et le PTPGP, a noté M. Wiens. Mais l’organisme veut que le gouvernement établisse un calendrier pour les indemnisations liées aux pertes attribuables à l’ACEUM.

« Sans l’indemnisation qui nous a été promise, les producteurs laitiers devront peut-être reporter ou renoncer à des investissements, ce qui aura de graves conséquences pour les communautés rurales du pays », a-t-il affirmé.