Malgré la quasi-absence de saison de la grippe dans l’hémisphère Sud, les autorités québécoises estiment que les personnes vulnérables ne doivent prendre aucun risque et qu’elles doivent se faire vacciner. À certains endroits, il est déjà possible de réserver son rendez-vous auprès du site internet Clic Santé.

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

Robert Miranda, responsable des relations avec les médias, indique que le ministère de la Santé et des Services sociaux prévoit que les Québécois comme les Australiens seront particulièrement désireux de se faire vacciner contre la grippe cette année.

Le Ministère, qui a commandé 30 % plus de doses qu’à l’habitude, assure être prêt à répondre à la demande. « L’an dernier, le Québec avait commandé 1,6 million de doses ; cette année, nous en sommes à 2 millions », indique-t-il.

Toutes ces doses suffiront donc pour vacciner l’ensemble des clientèles visées prioritairement par le programme, à savoir les personnes de 75 ans et plus, de même que les personnes diabétiques, cardiaques ou souffrant de problèmes pulmonaires.

Étant donné la popularité attendue du programme, le Ministère insiste sur l’importance toute particulière cette année de rejoindre les personnes qui sont les plus vulnérables, « afin de réduire leur risque d’hospitalisation et de décès associé à l’influenza », explique M. Miranda.

Le Ministère espère que la contribution des pharmaciens cette année permettra de rejoindre plus largement les personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques.

Mais étant donné que l’hémisphère Sud – l’Australie, notamment – n’a pas connu de saison de la grippe (probablement en raison des masques et de la prudence liée à l'épidémie de COVID-19), est-il vraiment utile de se faire vacciner ?

Le DNicholas Brousseau, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec, le croit. « On n’est pas certains que le Québec sera épargné de la grippe comme ça a été le cas en Australie », dit-il.

Et ce n’est pas le temps de prendre le risque, selon le DBrousseau, qui rappelle que la grippe entraîne des centaines d’hospitalisations chaque année.

Avec la COVID-19 et les hôpitaux déjà sous pression, on veut à tout prix minimiser au possible l’impact de la grippe.

Bon an mal an, indique le DBrousseau, l’efficacité du vaccin contre la grippe est d’environ 50 %.

Le vaccin n’est pas vivant et il ne peut pas donner la grippe, comme le redoutent certains. Il peut donner un peu de fièvre, mais il est très sécuritaire, selon le DBrousseau.

Certaines études ont certes évoqué un possible lien entre le vaccin et le syndrome de Guillain-Barré, « mais il ne s’agissait en gros que d’un cas par million de personnes vaccinées », observe le DBrousseau, qui relève au surplus que le vaccin, comme le virus, change chaque année.

La saison grippale n’est pas encore arrivée. Si certains CLSC ont commencé à prendre les rendez-vous par l’entremise de Clic Santé, la plupart n’ont pas encore ouvert les réservations (d’où ces rendez-vous qui vous seront offerts à 98 kilomètres de la métropole, par exemple).

Le mieux est donc de surveiller régulièrement à partir de quel moment les prises de rendez-vous dans votre région commencent sur Clic Santé.

La période de vaccination débutera dans quelques semaines. Le vaccin atteint sa pleine efficacité deux semaines après son administration.

Chez Pharmaprix, on indique que la prise de rendez-vous se déroule bien et qu’elle dépasse les attentes. La vaccination y sera possible à partir du 1er novembre.