Le Canada a annoncé samedi son intention de se joindre au groupe de soutien de la Commission internationale contre la peine de mort, un groupe de 23 pays dirigé par l’Espagne.

Agence France-Presse

« Aux côtés de ces pays et d’autres membres de la communauté internationale, nous nous opposons systématiquement à la peine de mort », a souligné le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne, dans un communiqué à l’occasion de la journée mondiale contre la peine capitale.

M. Champagne a jugé « encourageante » l’augmentation du nombre de pays qui abandonnent la peine de mort, saluant notamment la « récente avancée du Kazakhstan vers l’abolition de cette peine ».

Il a réaffirmé la ferme opposition du Canada à la peine capitale, une « pratique cruelle, inhumaine (qui) constitue un affront aux droits de la personne, en plus d’être un moyen de dissuasion inefficace contre le crime »

La Commission internationale contre la peine de mort est un organisme indépendant qui milite en faveur d’un moratoire universel sur la peine de mort et son abolition à terme. Elle est soutenue et financée par un groupe de 23 pays, dont l’Algérie, plusieurs pays européens, l’Argentine, le Mexique, les Philippines, la Turquie et le Togo.