« Quelques dizaines » de constats d’infraction de 1546 $ ont été donnés samedi après-midi par la Sûreté du Québec à Rimouski à des manifestants tenant à ne pas porter de masque durant un événement de protestation contre les règles de la Santé publique pour prévenir la propagation de la COVID.

Marie-Claude Lortie Marie-Claude Lortie
La Presse

Le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda était à Montréal, aux bureaux de la SQ, pour collaborer aux efforts policiers durant ce premier test du nouveau décret du 30 septembre, obligeant le port du masque lors de manifestations.

C’est de là qu’est parti l’ordre de déclarer la manifestation illégale, autour de 15 h. Les manifestants ont alors été invités par les organisateurs à quitter les lieux, ce qui s’est fait dans le calme, selon le porte-parole de la SQ, qui affirme que les policiers n’ont pas eu à insister.

Ni les organisateurs de la manifestation, Organisation Rassemblements Rimouski, ni la SQ n’ont voulu nous communiquer le nombre de personnes présentes à l’événement.

« Il n’y a pas eu de débordement », a indiqué le sergent Claude Doiron porte-parole de la SQ pour le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. « Et on n’était pas en mode ticket. »

Mais après avoir diffusé à maintes reprises l’information concernant l’obligation du port du masque et après avoir offert aux manifestants non masqués la possibilité d’aller chercher leur masque ou d’accepter celui que la police leur offrait, les forces de l’ordre ont dû obtempérer et émettre des constats.

L’amende est de 1000 $ plus les frais administratifs de 546 $.

« Ça ne nous a pas fait plaisir », a dit le sergent Doiron.

Organisation Rassemblements Rimouski organise des manifestations contre les mesures de la santé publique depuis le mois d’août.