(Québec) Une préposée aux bénéficiaires qui se trouvait au chevet de Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette a été congédiée, a confirmé à La Presse le ministère de la Santé et des Services sociaux. Ce congédiement s’ajoute à celui d’une infirmière survenu mardi.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Ce nouveau congédiement fait suite à l’enquête interne menée par le CISSS de Lanaudière. Une première employée avait été renvoyée mardi. C’est le premier ministre François Legault qui l’avait annoncé en conférence de presse. Selon le CISSS, cette infirmière n’avait pas nié avoir tenu les propos racistes que l’on peut entendre sur la vidéo enregistrée par Mme Echaquan peu avant sa mort.

Ce deuxième congédiement vise une préposée aux bénéficiaires. Il s’agit de la personne que l’on entend échanger avec l’infirmière dans la vidéo qui a soulevé l’indignation générale.

« Aujourd’hui, 1er octobre 2020, la préposée aux bénéficiaires qui était également au chevet de Mme Echaquan lors du tournage de la vidéo, le 28 septembre dernier, a été congédiée », a fait savoir le CISSS de Lanaudière dans un communiqué.

« Avec l’événement survenu le 28 septembre et les témoignages relevés dans le cadre de la Commission Viens à l’endroit de situations vécues [au Centre hospitalier de Lanaudière] est primordial de poursuivre et de mettre en place des actions concrètes en collaboration avec la communauté atikamekw », est-il écrit.

Une rencontre doit avoir lieu « prochainement » pour la mise en place « d'actions concrètes en partenariat avec la communauté atikamekw ». Cette décision survient après « un entretien » entre le chef de Manawan, Paul-Émile Ottawa et le président-directeur général du CISSS, Daniel Castonguay.

Joyce Echaquan, mère de sept enfants, est morte lundi à l’hôpital de Joliette, où elle avait été admise quelques jours plus tôt pour des douleurs à l’estomac. Une vidéo filmée avec son téléphone et diffusée en direct sur Facebook a permis d’entendre les propos racistes et dégradants tenus par des employés à son égard, peu avant sa mort.

Le coroner a ouvert une enquête pour déterminer les causes ayant mené à son décès. Le CISSS de Lanaudière mène aussi une enquête interne pour faire la lumière sur ces événements.