Le Grand Montréal pourrait vivre sa journée de juillet la plus chaude depuis 10 ans, avec une température prévue allant jusqu’à 36 degrés.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Les Montréalais transpireront sous leur masque dans la journée de jeudi. Des températures s’approchant des 35 degrés avaient été enregistrées pour le mois de juillet en 2018 et en 2011, mais le mercure n’a jamais atteint 36 degrés au mois de juillet dans la dernière décennie.

La chaleur accablante se fait également sentir dans le reste de la province, particulièrement le sud-ouest du Québec.

Environnement Canada a émis des alertes de chaleur pour l’Abitibi, la Beauce, Charlevoix, Gatineau, l’Estrie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Mauricie, Lanaudière, les Laurentides et la région de Québec.

Une masse d’air chaud et humide accable ces régions, où les températures atteindront 35 degrés le jour et ne descendront pas au-dessous de 20 degrés la nuit. Les valeurs combinées de température et d’humidité produiront un facteur humidex entre 40 et 43.

À Montréal, où on retrouve moins de verdure et la présence d’îlots de chaleur, il s’agit de la troisième canicule prolongée.

Cette vague de chaleur va s’étirer jusqu’à samedi et sera marquée par un taux d’humidité très élevé, indique Jean-Philippe Bégin, météorologue pour Environnement Canada.

Notons la présence d’un potentiel orageux un peu partout sur le sud du Québec, à 30 % de probabilité d’averses. Dans les régions de Lanaudière, de la Mauricie, de Québec ainsi que la vallée du Richelieu et Saint-Hyacinthe, les orages pourraient être violents jeudi après-midi.