Montréal a connu mercredi la journée la plus chaude de son histoire en mai, le mercure grimpant à 36,6 degrés Celsius, selon Environnement Canada.

Agence France-Presse

La température maximale de mercredi était la deuxième plus élevée enregistrée dans la métropole québécoise, s’approchant du record absolu de 37,6 degrés (1er août 1975).

« Hier a été une journée extrêmement intense, c’est une journée qui a été record dans beaucoup d’endroits du Québec », a dit à l’AFP Simon Legault, météorologue d’Environnement Canada.

Le précédent record pour un mois de mai à Montréal (34,7 degrés) avait été enregistré le 26 mai 2010.

« On est encore au mois de mai, c’est ça qui est particulier à cette vague de chaleur : elle est puissante », a ajouté le météorologue à propos de la canicule sévissant au Québec et en Ontario depuis le début de la semaine.

Le phénomène est d’autant plus saisissant que les Montréalais ont vu tomber des flocons de neige il y a moins de trois semaines.

« C’est même plus chaud que des records enregistrés en juin et en juillet, c’est une vague qui est extrêmement chaude pour Montréal », a souligné M. Legault.

Cette canicule devrait prendre fin « au courant de la nuit de vendredi à samedi » avec le passage d’un front froid et le retour de la pluie.  

Outre les parcs, restés accessibles pendant la pandémie, la ville de Montréal a exceptionnellement rouvert pour la canicule ses jets d’eau pour permettre à la population de se rafraîchir.