Un professeur de McGill qui a participé au programme spatial canadien a recruté plusieurs diplômés de son université au bénéfice d’un réseau d’espionnage qui volait des secrets industriels sur deux continents afin d’alimenter le développement de missiles en Chine, selon des documents inédits du FBI obtenus en exclusivité par La Presse.

Vincent Larouche
Vincent Larouche La Presse

Dans ces documents, la justice américaine décrit le petit laboratoire dirigé par le professeur Ishiang Shih sur la rue d’Auteuil, à Brossard, comme un nid d’espions financé à coups de millions par des intérêts liés à l’armée chinoise.

« Leur but était de faire entrer en Chine de puissants circuits intégrés monolithiques hyperfréquence de niveau militaire », a résumé la procureure de la poursuite Judith Heinz, l’an dernier, lors du procès du frère et associé d’Ishiang Shih en Californie. Le frère a notamment été trouvé coupable de complot pour exportation illégale de marchandises contrôlées, de fraude et de complot pour accéder illégalement à un réseau informatique.

Les États-Unis réclament l’extradition d’Ishiang Shih pour le juger à son tour.

Selon l’enquête américaine, les membres du groupe établis au Québec achetaient des circuits intégrés taïwanais et américains sous de faux motifs puis les exportaient illégalement en Chine en violation des lois sur les marchandises contrôlées.

La manœuvre devait permettre de copier la technologie dans une usine géante qui pourrait fournir des systèmes de guidage de satellites, de missiles, de radars ainsi que d’autres appareils de guerre électronique.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Le professeur Ishiang Shih lors d’une audience
 au palais de justice de Montréal, en juin dernier

Le professeur établi à Brossard multipliait les voyages en Chine pour visiter le site de construction de son usine. Il recevait des millions en provenance de la Chine, achetait des composants à usage mixte civil et militaire, envoyait ses assistants faire constamment la navette entre Brossard et l’État de New York, sans raison apparente.

IMAGE TIRÉE D’UN DOCUMENT DÉPOSÉ EN COUR PAR LES PROCUREURS AMÉRICAINS

Photo de l’état d’avancement des travaux de l’usine construite en Chine par les frères Shih. La photo se trouvait dans un document élaboré pour promouvoir l’entreprise.

Selon le FBI, lui et ses complices recevaient même des instructions directes du mystérieux « Institut 607 », un organisme de recherche militaire chinois qui leur dictait les fréquences et la puissance des circuits intégrés à copier. L’Institut 607 est connu pour avoir développé le nouveau missile air-air PL-15, l’une des armes les plus perfectionnées de l’aviation chinoise, capable de voler à cinq fois la vitesse du son et d’abattre les avions ennemis à 200 km.

Pourtant, personne au Canada ne s’est rendu compte de quoi que ce soit.

Nouveaux complices canadiens

La Presse avait déjà dévoilé les accusations auxquelles fait face le professeur Ishiang Shih aux États-Unis, ainsi que les subventions fédérales canadiennes de plus d’un demi-million dont il a bénéficié à l’époque où il est aujourd’hui soupçonné d’avoir travaillé pour la Chine.

Ses avocats avaient répliqué que leur client était victime d’une poursuite « de nature purement politique et commerciale », sans lien avec la sécurité nationale. C’est ce qu’ils maintiennent encore aujourd’hui, alors qu’ils se préparent à livrer bataille en cour. Le professeur nous avait aussi assuré en entrevue que toute l’affaire n’était qu’un malentendu au sujet de ses recherches scientifiques.

De nouveaux documents d’enquête donnent toutefois un nouvel éclairage à l’affaire. En réponse à une requête de La Presse devant la Cour supérieure à Montréal, un juge a autorisé la publication des documents envoyés par le FBI à la GRC pour justifier une perquisition dans le laboratoire d’Ishiang Shih et la saisie de ses courriels sur le serveur de l’Université McGill.

Ces documents indiquent que les enquêteurs américains ont mis au jour un réseau criminel d’une ampleur jusqu’ici insoupçonnée, avec plusieurs collaborateurs canadiens qui n’avaient jamais été identifiés publiquement.

Deux sommités

Le professeur Ishiang Shih mène depuis des années des recherches scientifiques en collaboration avec son frère cadet et partenaire d’affaires, Yi-Chi Shih. Les deux frères ont immigré de Taiwan à la fin des années 70 et ont étudié le génie au Canada, à l’Université McGill dans le cas de l’aîné et à l’Université d’Ottawa dans celui du cadet.

Yi-Chi Shih s’est ensuite installé en Californie alors qu’Ishiang Shih devenait professeur à McGill, mais les deux ont continué à collaborer étroitement. Ils détiennent ensemble une soixantaine de brevets, notamment en lien avec la fabrication de circuits intégrés.

« Les frères ont collaboré dans le cadre de plusieurs projets de génie électrique […] Des étudiants de partout dans le monde étudient leurs recherches. Et tout est parfaitement légal. Ce sont des pionniers du génie électrique », a déclaré l’avocat de Yi-Chi Shih devant le tribunal californien l’an dernier.

Mais selon le FBI, les deux frères ont aussi élaboré depuis 2010 un complot criminel pour fabriquer en Chine des « circuits intégrés monolithiques hyperfréquence en nitrure de gallium » (MMIC, selon l’acronyme anglais), soit des puces électroniques hyperpuissantes, à partir de secrets industriels volés.

Les circuits intégrés MMIC de base peuvent être exportés sans restriction à partir du Canada et des États-Unis. Mais à partir d’un certain niveau de puissance associé aux applications militaires, leur exportation vers la Chine est interdite pour des raisons de sécurité nationale.

On ne parle pas ici du genre d’électricité qui se retrouve dans nos téléphones cellulaires. On parle d’électricité d’une forte puissance. Le genre d’électricité qui est utilisée en aviation et pour les voyages dans l’espace.

Extrait d’une déclaration de la procureure américaine Judith Heinz devant la cour

Un pilote d’Air China comme courrier

Le FBI dit avoir découvert des courriels qui prouvent que Yi-Chi Shih a commencé dès 2005 à fournir clandestinement à un associé chinois des modules électroniques qu’il s’était procurés auprès d’un fournisseur de l’armée américaine au Texas. L’exportation vers la Chine de ces pièces à usage militaire était interdite par la loi.

Pour éviter d’éveiller les soupçons, les composants étaient envoyés à partir de la Californie jusqu’à une entreprise de Singapour, puis redirigées vers la Chine par des complices.

Au moins une fois, le FBI dit avoir découvert que Yi-Chi Shih s’était rendu dans un hôtel pour remettre un échantillon de la technologie à un pilote civil d’Air China qui s’apprêtait à faire la liaison Los Angeles-Pékin. Le pilote a pu passer les contrôles de sécurité et rapporter l’échantillon avec lui discrètement, sans éveiller le moindre soupçon.

Vers 2010, toujours selon les courriels saisis, les deux frères ont commencé à planifier la construction de leur usine en Chine. « L’industrie des semi-conducteurs est l’une des forces clés d’un pays. Notre plan est de combler l’écart des capacités de la Chine », disaient-ils dans un document.

De Taiwan à la Chine en passant par Brossard

À la même époque, le professeur Ishiang Shih et ses assistants au Québec ont commencé à acheter en masse des circuits intégrés haute puissance auprès du géant WIN Semiconductors, à Taiwan.

« WIN n’aurait pas accepté d’envoyer ces MMIC vers la Chine ou Hong Kong. Donc au cours des années suivantes, les comploteurs ont demandé à WIN d’envoyer les MMIC […] au Canada, d’où ils ont été transportés par la route jusque de l’autre côté de la frontière Canada–États-Unis », a expliqué la procureure Judith Heinz.

Les documents obtenus par La Presse font état de nombreux voyages entre Brossard et Saint-Bernard-de-Lacolle effectués en voiture par les assistants du professeur, Jack Wu et Phil Chien, deux diplômés de McGill.

Immédiatement après avoir traversé la frontière, ceux-ci confiaient leur précieuse marchandise à une compagnie de transport établie dans la petite ville de Champlain, et la faisaient acheminer en Californie. De là, un autre complice envoyait les paquets en Chine, en prétendant qu’il s’agissait d’échantillons de verre teinté d’une valeur négligeable, selon les documents du FBI.

Les circuits intégrés avaient parcouru l’équivalent de la circonférence du globe pour revenir tout près de leur point de départ. Les pistes menant de Taïwan à la Chine étaient brouillées.

Au total, les enquêteurs ont retracé 41 paiements totalisant 3,4 millions de dollars américains faits à partir d’un compte contrôlé par le professeur Ishiang Shih dans une succursale montréalaise de la banque TD, pour acheter des circuits intégrés de l’entreprise taïwanaise.

Jack Wu et Phil Chien n’ont pas répondu à une demande d’entrevue envoyée par courriel. Les avocats qui représentent le laboratoire d’Ishiang Shih n’ont pas commenté les allégations visant les deux assistants.

Les installations de McGill utilisées

Le chemin de Saint-Bernard-de-Lacolle n’était pas le seul utilisé par le réseau pour brouiller les pistes. Des circuits intégrés ont aussi été achetés chez un autre fournisseur de l’armée américaine, l’entreprise Cree, basée en Caroline du Nord. C’est un consultant californien employé par Ishiang Shih qui a réalisé la transaction. Après son arrestation en 2018, il a plaidé coupable et a tout raconté à la police.

Un échantillon a été envoyé au laboratoire d’Ishiang Shih à McGill, faussement identifié comme un échantillon de verre teinté, selon le témoin. Le FBI croit que le professeur l’a transféré en Chine illégalement après l’avoir soumis à divers tests.

Les autorités des États-Unis croient, sur la base de courriels, que [les suspects] utilisent les installations de McGill pour faciliter certains aspects de l’activité criminelle.

Extrait d’un message des autorités américaines transmis à la GRC

Selon le FBI, une grande partie du projet des frères Shih a été financé par des organisations liées au gouvernement chinois, notamment l’Institut 607. Mais les suspects cherchaient aussi du financement privé. Les enquêteurs ont découvert un courriel envoyé en 2012 par un troisième frère de la famille Shih, le médecin Yiu Fei Shih (aujourd’hui mort), aussi diplômé de McGill, qui tentait de mettre les deux chercheurs en contact avec un investisseur privé.

Le médecin avait en sa possession un plan d’affaires portant le nom de ses deux frères, qui citait plusieurs débouchés militaires pour leur projet et mentionnait un besoin d’investissement de 450 millions. Le plan était ambitieux. « Dominer le marché. D’ici 2015, être numéro un en Chine. D’ici 2020, numéro un au monde », lisait-on dans le document, déposé à la cour.

Pour ce qui est du volet québécois de l’enquête, le FBI a retracé environ 5 millions de dollars américains qui ont été envoyés au professeur Ishiang Shih et à sa femme en provenance d’individus ou d’organisations établis en Chine, entre 2007 et 2016.

Contactée par La Presse, l’Université McGill a souligné que le professeur Shih n’est plus à son emploi et que l’établissent d’enseignement supérieur est bien conscient des enjeux liés à l’exportation de marchandises contrôlées. Des courriels internes obtenus par la loi d’accès à l’information montrent que McGill a évoqué la possibilité de lancer sa propre enquête interne sur le professeur et collabore avec les services de renseignement canadiens sur les enjeux d’espionnage, particulièrement en ce qui a trait à la Chine.

Des contrats avec l’Agence spatiale canadienne

Au Canada, jusqu’à ce que le FBI sonne l’alarme, Ishiang Shih semblait au-dessus de tout soupçon.

Ses travaux étaient largement subventionnés et son entreprise avait même été choisie pour développer des systèmes de l’Agence spatiale canadienne entre 1998 et 2004, dont une antenne de télécommunication, révèlent des documents obtenus par La Presse en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. Avec ses partenaires, il avait été payé de 300 000 à 400 000 $ pour ses services dans le cadre de plusieurs contrats.

L’Agence spatiale est toutefois incapable de dire aujourd’hui à quel genre d’informations il a eu accès. « Nous ne possédons pas le descriptif des projets, car ces contrats ont été détruits conformément au calendrier de conservation du gouvernement du Canada qui demande de garder les contrats six ans après la date », explique Audrey Barbier, porte-parole de l’organisme fédéral.

Son frère risque 219 ans de prison

Ishiang Shih, qui a quitté son poste à McGill après le premier article de La Presse à son sujet, clame toujours son innocence. Rose-Mélanie Drivod, l’avocate d’Ishiang Shih, ne comprend pas pourquoi les enquêteurs américains se soucient de l’achat de circuits intégrés à Taiwan auprès de l’entreprise Win. « Win est une compagnie taïwanaise et nous ne voyons pas comment les États-Unis peuvent alléguer une exportation illégale d’une compagnie non américaine. À notre connaissance, la compagnie Win n’a fait aucune plainte et n’a jamais allégué aucune illégalité à l’égard des différentes personnes mentionnées », a-t-elle déclaré à La Presse.

Les États-Unis réclament l’extradition d’Ishiang Shih depuis octobre 2018 et attendent toujours une réponse du Canada à ce sujet. Les procureurs américains ont indiqué à la cour qu’ils comptaient exiger son incarcération dès qu’il mettrait le pied dans leur pays, dans l’attente de son procès. En attendant, il demeure libre de ses mouvements.

Son frère a été arrêté par le FBI en 2018 et trouvé coupable par un jury de 18 chefs d’accusation en juin dernier. Il attend sa sentence et risque un maximum de 219 ans de prison.

Selon la justice américaine, l’usine créée par les deux frères en Chine est aujourd’hui opérationnelle et rivalise avec les entreprises dont les secrets ont été pillés.

— Avec la collaboration de Louis-Samuel Perron et William Leclerc, La Presse

L’espionnage pour équilibrer les capacités militaires

Christian Leuprecht, professeur au Collège militaire royal du Canada et expert des questions de défense, souligne que la Chine compte beaucoup sur l’espionnage industriel pour améliorer les capacités de ses forces armées face aux États-Unis. « Leur budget est tellement faible par rapport aux Américains et leurs alliés, il semble qu’il y a un grand rattrapage à faire sur le plan de la technologie militaire, et donc un fort incitatif à profiter de l’espionnage pour équilibrer les capacités technologiques », dit-il. Mais copier une technologie étrangère n’est pas la panacée, souligne l’expert. La Chine doit ensuite en comprendre le fonctionnement pour pouvoir l’incorporer et la rendre compatible à ses propres systèmes déjà existants. « Si on vole, il faut aussi arriver à maîtriser la technologie. Il faut des programmeurs, il faut faire la rétro-ingénierie et ensuite adapter le produit à la technologie du pays. La technologie militaire est complexe : on ne peut pas juste prendre un système canadien et l’utiliser dans un autre pays », illustre-t-il.

> À LIRE DEMAIN
La suite de notre dossier : « Le Canada, base de lancement pour espions chinois »