À quelques heures du réveillon de Noël, les bénévoles d’Opération Nez rouge dénombrent 40 823 raccompagnements partout au Québec. Et la veille du jour de l’An n’est pas encore arrivée. Au total, 29 644 volontaires ont pris part à la vaste opération pour contrer la conduite avec les facultés affaiblies.

SARA CHAMPAGNE SARA CHAMPAGNE
La Presse

Comme d’habitude, la demande la plus forte est venue de la région de Québec-Lévis, avec 4808 retours de soirée en voiture. Le territoire de Laval et les Basses-Laurentides remportent la palme dans la région métropolitaine, avec 2303 raccompagnements. À Montréal, on dénombre 1794 raccompagnements jusqu’à maintenant ; à Longueuil et ses environs, 1217 transports en voiture.

Même si des bénévoles sont au rendez-vous dans la plupart des régions, 16 endroits ont cessé les raccompagnements le week-end dernier. Du nombre, quatre villes de l’Abitibi-Témiscamingue (Val-d’Or, Amos, La Sarre, Rouyn-Noranda). Les autres sont Baie-Comeau, Chibougamau, Sept-Îles, Dolbeau-Mistassini, Roberval, Saint-Félicien, Matane, Nicolet, Portneuf, Rimouski, Thetford Mines et la vallée de la Matapédia.

Dans ces villes, Opération Nez rouge explique que la demande n’était plus assez forte pour mobiliser des bénévoles. Par ailleurs, le service n’a pas du tout été offert cette année à Rivière-du-Loup et à Cowansville. Et la région de Gatineau a failli devenir orpheline.

Danielle Vien, directrice des communications d’Opération Nez rouge, explique qu’il est nécessaire qu’un organisme voué aux jeunes et aux sports chapeaute les opérations. Ce qui complique parfois la mise en place du service.

« Ce n’est pas toujours facile de trouver un organisme volontaire, explique-t-elle. Il faut offrir les repas aux bénévoles tous les soirs, il y a les commandites, il faut aussi trouver un local pour le centre d’appels, etc. Mais, quand on compare nos chiffres avec ceux de l’an dernier, on remarque qu’ils sont stables. »

Virage vert

Olivier Gagnon est coordonnateur des opérations de l’organisme dans le secteur de Saint-Jérôme depuis 15 ans. Son père est aussi dans l’organisation. Opération Nez rouge est une histoire de famille chez les Gagnon. Dans la région, entre 500 $ et 2000 $ sont remis à différents organismes, dont les scouts, un club de natation, un club de hockey.

Cette année, il remarque que les dons sont en hausse dans son secteur grâce au paiement en ligne. Son équipe est fière d’enregistrer un temps de réponse d’environ 3 minutes avant qu’un transport ne soit déployé à l’adresse demandée. Nouveauté cette année à Saint-Jérôme, ajoute-t-il, les kilomètres parcourus seront transformés en arbres plantés.

« C’est notre façon de diminuer notre empreinte carbone. J’ai fait les calculs, je crois qu’on plantera entre 20 et 25 arbres. La région de Sherbrooke fera la même chose », affirme M. Gagnon.

Souvenir de Noël

Olivier Gagnon se souvient d’un raccompagnement en particulier, celui d’un homme éméché qui avait ramassé le mauvais manteau, avec les mauvaises clés dans la poche. Sans trop savoir comment, il a été raccompagné dans la mauvaise voiture, qui ressemblait à la sienne et qui était d’une couleur semblable. « Il a fallu refaire le trajet inverse, de Saint-Jérôme à Boisbriand, quand il s’est rendu compte qu’il n’avait pas les clés de sa maison et que quelqu’un devait se demander où était son automobile. En fin de compte, il a versé un don généreux », rigole M. Gagnon.