Trente ans après la tuerie de Polytechnique, les organisateurs des évènements de commémoration insisteront cette année sur l’importance de mettre des mots précis sur la tragédie. « C’était un féminicide », martèle la présidente du comité Mémoire, Catherine Bergeron, sœur de l’une des 14 femmes tuées le 6 décembre 1989.

JUDITH LACHAPELLE JUDITH LACHAPELLE
La Presse

Le comité Mémoire, formé notamment de membres des familles des victimes et d’ingénieurs, a rencontré hier les médias pour détailler les évènements prévus dans le cadre de la commémoration de la tuerie, commise par un homme qui accusait les féministes d’avoir gâché sa vie.

En 2014, pour souligner le 25e anniversaire, « on avait senti le besoin de dire : “Voilà ce qui est arrivé”, dit Catherine Bergeron. Maintenant, c’est le temps de nommer les choses de la bonne façon. » L’ancien chef de police de Montréal Jacques Duchesneau, également membre du comité, reprend les mêmes mots. « C’était un féminicide, et on ne l’a pas assez dit. »

Le 6 décembre 1989, peu après 17 h, un homme armé d’une carabine semi-automatique a assassiné 13 étudiantes et 1 employée à l’École Polytechnique Montréal. Dès la première classe où il a commencé à faire son carnage, il avait ordonné aux hommes de sortir du local avant de tirer sur les femmes. « Je lutte contre le féminisme », avait-il déclaré avant d’abattre ses premières victimes. La tuerie a duré environ 20 minutes, le temps pour le tireur de visiter deux classes, la cafétéria, des locaux administratifs, puis de se suicider. Dans une lettre retrouvée après sa mort, il s’en prend de toute évidence aux « féministes », qui lui ont « toujours gâché la vie », notamment en « s’accaparant [les avantages] des hommes ».

Panneau corrigé

« Ça nous a pris beaucoup de temps collectivement à accepter ce qui s’est passé, observe Catherine Bergeron. Je pense qu’au début, c’était trop difficile à accepter, ça faisait trop mal. » Elle se réjouit de la décision de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce de modifier le panneau descriptif de la place du 6-Décembre-1989, qui qualifiera d’« attentat antiféministe » la tragédie commémorée par le parc. « Dire que le tireur était dérangé, ça n’explique pas tout », dit-elle. Il faut « mettre les vrais mots sur ce qui est arrivé ».

Le « comité de mémoire », formé notamment de membres des familles des victimes et d’ingénieurs, organisera le soir du 6 décembre une cérémonie au sommet du mont Royal. Comme c’est maintenant la tradition depuis 2014, 14 faisceaux de lumière seront allumés à partir de 17 h, heure où le tireur a commencé son carnage.

Cette année, le Comité a souhaité étendre le souvenir de l’évènement à tout le pays. Ainsi, 14 universités canadiennes, de Halifax à Vancouver, participeront elles aussi à l’évènement en direct, en allumant tout à tour un faisceau lumineux. Les familles ont également participé à la rédaction d’un livre, Ce jour-là – Parce qu’elles étaient des femmes, qui sera lancé officiellement le 6 décembre.