La volonté d’un promoteur australien d’ériger un vaste complexe récréotouristique avec hôtels-boutiques et résidences pour retraités près d’un village de 500 habitants fait des remous dans les Laurentides.

Marc Thibodeau Marc Thibodeau
La Presse

Un promoteur australien souhaite implanter un ambitieux complexe récréotouristique de 10 à 15 hôtels-boutiques avec des résidences pour personnes âgées et des maisons de vacanciers près de Wentworth, un village des Laurentides où vivent 585 personnes. Le projet soulève une vive polémique au sein de la population locale et a mené à des échanges acrimonieux la semaine dernière au conseil municipal.

L’Association des propriétaires du Lac Louisa (APLL), le plan d’eau qui jouxte la zone ciblée pour le projet, craint qu’il transforme profondément la nature de la région et cause des dommages irréparables sur le plan environnemental. Le promoteur, Oliver Tham, maintient pour sa part que les opposants ne pensent qu’à leur quiétude et ne veulent pas voir la région se développer. Le projet serait au coeur d’une zone montagneuse très peu développée située à une centaine de kilomètres de Montréal.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK D’OLIVER THAM

Le promoteur Oliver Tham

« Wentworth, c’est essentiellement rural. Il n’y a même pas de dépanneur », relève le porte-parole de l’APLL, Karl Wockner, qui reproche à la municipalité d’avoir adopté en septembre 2018, sans consultation adéquate, une réforme du règlement de zonage favorisant l’implantation du projet.

Oliver Tham a indiqué à La Presse la semaine dernière qu’il avait revu son projet à la baisse pour tenir compte des critiques de la population. Le promoteur dit notamment avoir fait une croix sur la construction d’un golf à proximité du lac Louisa puisque cet aspect du projet alimente particulièrement les craintes des riverains, qui redoutent une contamination du lac par les pesticides. « On va commencer lentement », souligne M. Tham.

Feu vert aux hôtels de 100 chambres

Selon la responsable de l’urbanisme de Wentworth, Martine Renaud, le terrain ciblé peut désormais accueillir des hôtels de cent chambres alors qu’il était préalablement limité à des gîtes de moins de cinq chambres. La décision de permettre ce changement a cependant été prise en janvier 2018, dit-elle, bien avant qu’Oliver Tham ne manifeste ses intentions.

Elle s’inscrit, insiste la municipalité, dans une réforme beaucoup plus vaste requise pour être en conformité avec le schéma d’aménagement de la municipalité régionale de comté d’Argenteuil.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Karl Wockner, porte-parole de l’Association des propriétaires du Lac Louisa

M. Wockner relève pour sa part que le maire de la municipalité, Jason Morrison, a rencontré le promoteur et son équipe en juin, quelques mois avant la révision du règlement de zonage. Une photo de la rencontre a été utilisée dans un document commercial daté du mois d’août 2018 consulté par La Presse. Le promoteur dit travailler « étroitement » avec Wentworth et la MRC d’Argenteuil et reproduit les logos des deux organisations.

Une rencontre « pour faire connaissance »

M. Morrison reconnaît que la question du zonage a été brièvement abordée au cours de la réunion tenue en juin, mais dément catégoriquement que les échanges avec le promoteur aient pu influencer les modifications adoptées. Il s’agissait essentiellement d’une rencontre «  pour faire connaissance  », souligne-t-il.

La MRC d’Argenteuil, qui a approuvé la révision du zonage de la municipalité en novembre, abonde dans le même sens. « Il n’y a rien qui a été changé pour personne. On n’a pas tenu compte du promoteur du tout  », note le préfet de l’organisation, Scott Pearce, qui insiste sur le fait qu’aucun projet n’a encore été formellement déposé par M. Tham.

Tant la MRC que la municipalité de Wentworth ont sommé par écrit la semaine dernière M. Wockner et son association de cesser de suggérer qu’ils avaient pu chercher à favoriser indûment le promoteur par leurs actions.

Un mandat à une lobbyiste

Joint en Australie, M. Tham a assuré à La Presse que sa firme n’avait « strictement rien à voir » avec les modifications de zonage adoptées en septembre 2018 et qu’il n’en avait pas été question au cours de la rencontre de juin. « Je ne sais même pas encore quelle sera la forme finale du projet », dit le promoteur, qui espère conclure l’acquisition du terrain dans un mois.

Selon le maire Morrison, la rencontre de juin a été orchestrée par une lobbyiste, Diane Charlton, mandatée en 2018 par la société créée par le promoteur et ses associés pour chapeauter le projet, Complexes touristiques intégrés Wentworth. Le mandat, selon le registre des lobbyistes, avait officiellement pour objet d’obtenir un changement de zonage permettant l’exploitation « commerciale » du terrain ciblé. Il a été inscrit au registre des lobbyistes en octobre, plusieurs mois après le début déclaré du mandat en juin.

Un porte-parole du Commissaire au lobbyisme a indiqué qu’un délai maximal de 30 jours est prévu par la loi dans un tel cas. Il n’a cependant pas voulu confirmer si une enquête était en cours à ce sujet. Mme Charlton n’a pas donné suite aux questions de La Presse.

« Son rôle était simplement d’organiser des réunions », a indiqué en entrevue M. Tham, qui a lui-même été enregistré comme lobbyiste avec les autres administrateurs de l’entreprise au début de 2019.

La démarche d’enregistrement a été effectuée après que le promoteur a rencontré en décembre les représentants de la MRC d’Argenteuil ainsi que les maires des municipalités sur son territoire pour présenter son projet. M. Tham dit avoir promis que 30 % des profits générés par l’entreprise seraient redistribués à la communauté.

Présentation partielle

La municipalité de Wentworth a organisé en février une présentation publique du projet, qui passait sous silence son ampleur véritable, au dire de l’APLL. Le document de présentation utilisé à cette occasion, que La Presse a consulté, indique que la population est « privilégiée » que le promoteur « veuille travailler avec nous plutôt que de nous imposer ses idées ». Il précise par ailleurs que le « développement est inévitable », ce que dénonce M. Wockner.

Ce dernier reproche au maire Morrison d’avoir présenté une carte trompeuse montrant, à titre indicatif, un « centre de villégiature » de faible superficie sur le territoire que prévoit utiliser M. Tham, alors que le projet initial en couvrait de vastes pans. Au cours d’une rencontre avec un autre groupe de citoyens de la région en avril, M. Tham a déployé une carte montrant son envergure réelle.

Simon Juteau, qui réside à proximité d’un autre lac jouxtant le terrain ciblé, a reçu le promoteur chez lui en avril. Il dit qu’il a été choqué par l’étendue du projet, qui se trouve dans une zone écologique sensible comprenant notamment une héronnière protégée. « C’était hallucinant comme ça semblait énorme », dénonce-t-il. M. Juteau a pris une photo et l’a ensuite présentée au maire de Wentworth au cours d’une réunion du conseil municipal. « Il m’a dit de ne montrer ça à personne, que ça ferait peur au monde », relate M. Juteau.

PHOTO LA PRESSE

Un plan préparé par l’équipe du promoteur montre l’étendue du projet de développement initialement considéré. Olivier Tham précise qu’il visait à montrer le potentiel du site à long terme et que le projet qui sera formellement soumis à la municipalité de Wentworth sera considérablement plus limité et prendra en considération les réserves de la population.
Le promoteur dit notamment avoir fait une croix sur la construction d’un golf à proximité du lac Louisa.

Le maire Morrison explique sa réserve en relevant qu’il avait les mains liées et ne pouvait présenter le plan détaillé du promoteur sans avoir eu son autorisation au cours de la rencontre de février. « Ça aurait été une bonne chose qu’il soit là et qu’il reçoive la merde qu’on reçoit actuellement. C’est son projet après tout », note l’élu.

Des autorisations à obtenir

M. Morrison ne croit pas que le projet pourra voir le jour dans la forme initialement proposée – qu’il juge « extrême » – et pense qu’il devra être revu sensiblement à la baisse. De nombreuses autorisations devront par ailleurs être obtenues, y compris sur le plan environnemental, avant qu’il puisse aller de l’avant. « La population aura encore largement l’occasion de se prononcer », dit-il.

En entrevue à La Presse, Oliver Tham insiste qu’il avait d’ores et déjà décidé de revoir le projet à la baisse pour tenir compte des critiques. Dans sa version réduite, le projet prévoit l’aménagement de « 10 à 15 hôtels-boutiques » avec des spas thématiques, des résidences pour personnes âgées et des maisons de vacanciers sur un terrain de 1600 acres. « Mon but, c’est de faire quelque chose pour les gens, de laisser un héritage profitable pour la région », affirme le promoteur.

Karl Wockner pense que le ressortissant australien minimise l’importance du mouvement d’opposition à son projet. « Les résidants saisonniers et à temps plein ont raison de s’inquiéter que l’environnement de notre lac soit mis en péril tout comme la paisible vie de campagne qui nous a tous attirés ici », dit-il.

La présence de Dieu

Oliver Tham dit avoir participé en Australie au développement de plusieurs projets immobiliers d’envergure, notamment celui de Forest Lake, à Brisbane. Il est aussi associé à une firme internationale qui organise des conférences de motivation avec des personnalités connues. Le projet de Wentworth serait son premier au Canada. Le promoteur fait grand cas de ses convictions religieuses et affirme qu’elles sont au cœur de ses activités professionnelles. Un document promotionnel pour le projet qu’il souhaite implanter dans les Laurentides indique que ses utilisateurs devraient pouvoir « sentir la présence de Dieu » durant leur séjour.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

L'irritation de la population du village est palpable.

« Un projet pharaonique »

Le maire de Wentworth-Nord, François Ghali, doute de la viabilité du projet récréotouristique développé par Oliver Tham et s’inquiète de son impact potentiel sur la région. « C’est un projet pharaonique. Je me demande si c’est viable dans une zone comme la nôtre ayant une densité particulièrement faible », lance-t-il en entrevue à La Presse.

M. Ghali s’irrite par ailleurs des façons de faire du promoteur, qui a demandé au ministère des Affaires municipales de transférer administrativement une partie du terrain ciblé pour le projet de sa municipalité à la municipalité voisine de Wentworth. Dans une lettre envoyée aux citoyens de Wentworth-Nord en avril, il a fustigé cette démarche.

« Parmi ses motifs, pour le moins nébuleux, il invoque la difficulté de négocier avec deux municipalités et deux MRC », affirme le maire de Wentworth-Nord, qui relève d’une autre MRC que Wentworth.

Une réunion organisée par la députée

M. Ghali n’apprécie pas non plus que le maire de Wentworth, Jason Morrison, ait voulu discuter de l’opportunité d’un tel changement avec lui au cours d’une réunion en janvier organisée par la députée caquiste d’Argenteuil, Agnès Grondin. En entrevue à La Presse, M. Ghali a indiqué qu’il avait été surpris de se retrouver en présence de M. Morrison à son arrivée sur place. « Je pensais que j’allais parler de routes avec la députée », a-t-il relaté en entrevue.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE FRANÇOIS GHALI

François Ghali, maire de Wentworth-Nord

Le maire de Wentworth-Nord dit avoir trouvé un peu « bizarre » que l’élue l’invite à une rencontre à ce sujet alors que le maire Morrison aurait pu l’appeler directement pour en discuter. « Peut-être qu’elle voulait faciliter les choses », suggère M. Ghali, qui a rappelé à son homologue à cette occasion qu’une procédure détaillée était requise pour ce type de transfert.

Le maire de Wentworth, Jason Morrison, affirme qu’il voulait prévenir le maire Ghali que le promoteur entendait formuler une demande à ce sujet au ministère des Affaires municipales pour ne pas qu’il soit pris au dépourvu. « Je tentais de m’assurer que tout le monde avait les informations requises pour prendre une décision », ajoute-t-il.

La conseillère politique de la députée Grondin, Évelyne Bergeron, a indiqué à La Presse que le but de la réunion organisée avec le maire de Wentworth-Nord était de « l’informer » du projet qui s’en venait et de ses répercussions potentielles. « Ce n’était pas du tout dans l’intention de servir les intérêts du promoteur », dit-elle.

La députée était consultante en environnement à la MRC d’Argenteuil, qui chapeaute Wentworth, avant d’être élue en octobre 2018 avec la Coalition Avenir Québec. Dans un document commercial daté du mois d’août 2018, le promoteur a affirmé qu’il travaillait « étroitement » avec plusieurs représentants de la municipalité et de la MRC, dont Mme Grondin. Mme Bergeron soutient que cette information est erronée et que Mme Grondin n’a « jamais touché » au projet d’Oliver Tham alors qu’elle œuvrait au sein de la MRC.