Coincé à Cuba depuis 2017, le Québécois Toufik Benhamiche est de retour au bercail depuis samedi. Ému et fébrile, l’homme qui a été accusé d’homicide par imprudence par la justice cubaine après avoir été impliqué dans un accident de bateau est maintenant soulagé de « ce cauchemar finalement terminé », a-t-il dit vendredi. Un soulagement teinté d’amertume, à la suite de ses démêlés judiciaires à l’étranger.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

La saga cauchemardesque de Toufik Benhamiche a pris fin. Heureux d’être de retour, il a toutefois émis des critiques à l’égard du traitement injuste dont il a été victime à Cuba. 

« Ma responsabilité n’a jamais été démontrée dans les deux procès à Cuba », a dit l’homme originaire de Mascouche avec colère en conférence de presse. « Ils n’ont pas pu faire la démonstration de ma responsabilité », a-t-il répété.  

Accompagné de sa conjointe Kahina Bensaadi, l’homme de 48 ans a remercié sa famille, son avocat, Me Julius Grey, et le député du Bloc québécois Luc Thériault, qui se sont portés garants de son cas complexe pendant les deux dernières années. 

« Ce soutien m’a donné du courage pour affronter ma situation », a-t-il dit avec émotion aux journalistes présents.

Sa famille lui a énormément manqué. Mme Bensaadi avait les larmes aux yeux alors qu’elle exprimait son soulagement, tout en déplorant le manque de soutien des autorités canadiennes au début de cette épreuve difficile. 

« Le mérite de ce dénouement leur revient amplement », a déclaré le bloquiste Luc Thériault, député de Montcalm, qui a offert son support au couple tout au long de la bataille judiciaire de Toufik Benhamiche.