L'ancien chef de police de Montréal, Philippe Pichet, deviendra directeur général de Fermont, la ville la plus nordique atteignable par la route au Québec.

VINCENT LAROUCHE
VINCENT LAROUCHE LA PRESSE

« Il a su nous convaincre qu'il souhaitait connaître autre chose et relever de nouveaux défis », raconte Martin St-Laurent, maire de la ville minière située à 1200 kilomètres de route de Montréal, à la frontière du Labrador.

Nommé chef de police de Montréal en 2015, Philippe Pichet avait été suspendu temporairement de son poste à la fin 2017, dans la foulée d'un rapport sur la crise qui sévissait au sein du corps policier à l'époque. L'enquête concluait que le directeur n'avait pas su redresser la barre de l'organisation, minée par les rivalités internes, un climat malsain et une gestion déficiente de la division des affaires internes.

M. Pichet avait toutefois pu conserver son lien d'emploi avec la Ville, avec le grade d'inspecteur-chef. L'an dernier, il avait été envoyé en prêt de service au Centre international pour la prévention de la criminalité.

« C'est un homme qui a beaucoup donné au SPVM. Alors on voulait reconnaître cet apport », avait indiqué la mairesse Valérie Plante à l'époque.

Pendant ce temps, la municipalité de Fermont se cherchait un directeur général. Le précédent titulaire du poste était resté en fonction moins de deux ans avant de repartir vers le Sud, plus proche de sa famille. Martin St-Laurent en convient, il est parfois difficile de trouver des candidats qualifiés prêts déménager en milieu aussi éloigné.

« C'est clairement un défi », dit le maire de la ville de 2500 habitants, célèbre pour son « mur » d'inspiration scandinave, qui sert d'écran contre le vent en plus d'abriter des centaines de logements et les principaux services de la communauté.

L'appel de candidatures avait été diffusé à travers le Québec. Dix-huit personnes avaient soumis leur candidature, presque toutes issues des régions : Abitibi, Lac-Saint-Jean, Côte-Nord, Gaspésie, Bas-Saint-Laurent. Une seule candidature venait d'un centre urbain : celle de Philippe Pichet.

Les sept candidats jugés les plus prometteurs ont passé une entrevue téléphonique, puis les trois meilleurs ont été convoqués pour une entrevue en personne à Fermont. Deux finalistes ont ensuite été soumis à une série d'évaluations plus poussées, et M. Pichet a été choisi. La Ville de Montréal s'est rapidement montrée ouverte à prêter son employé à Fermont. Le prêt a été approuvé cette semaine par les élus.

Titulaire d'un diplôme d'études supérieures spécialisées et d'une maîtrise en administration publique ainsi que d'un certificat en gestion d'entreprises, M. Pichet devra notamment gérer la réponse de Fermont à l'expansion de la mine Champion Iron, qui veut doubler sa production d'ici 20 ans.

Plusieurs employés des mines font des blitz de travail intensif de deux semaines dans le nord avant de retourner dans le sud pour deux semaines de congé, mais la municipalité veut convaincre un maximum d'entre eux de s'installer sur place de façon permanente.

« On veut avoir des familles qui s'installent. Convaincre les gens de rester et venir habiter en milieu nordique, c'est un enjeu de tous les jours », dit le maire St-Laurent.

M. Pichet sera en prêt de service par la Ville de Montréal de septembre prochain jusqu'à sa date d'admissibilité à la retraite, à l'hiver 2021. Son salaire de 132 000 $ sera remboursé par la Ville de Fermont.