• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Autochtones autodéclarés: «On n'a pas le droit de parler de ça entre collègues» 
Source ID:316f2a22874934e1a8e2fad981f6a081; App Source:StoryBuilder

Autochtones autodéclarés: «On n'a pas le droit de parler de ça entre collègues»

Ex-employée autochtone du Service correctionnel du Canada, Dominique... (PHOTO FOURNIE PAR DOMINIQUE LAUNIÈRE)

Agrandir

Ex-employée autochtone du Service correctionnel du Canada, Dominique Launière affirme s'être ouvertement insurgée contre l'embauche de Québécois qui s'autodéclarent autochtones afin de décrocher des emplois réservés à ces derniers.

PHOTO FOURNIE PAR DOMINIQUE LAUNIÈRE

Une ex-employée autochtone du Service correctionnel du Canada (SCC) soutient en avoir été « évincée » après avoir dénoncé l'embauche de Québécois qui s'autodéclarent autochtones afin de décrocher des emplois réservés à ces derniers.

Dominique Launière affirme s'être ouvertement insurgée contre cette pratique, qui aurait permis à des dizaines de Québécois d'obtenir des postes destinés à des autochtones dans les pénitenciers fédéraux de la province.

Membre de la Première Nation malécite de Viger, Mme Launière était agente de développement auprès des collectivités autochtones pour le SCC. Son contrat de 90 jours, qui a pris fin la semaine dernière, n'a pas été renouvelé.

Dans un communiqué diffusé hier, l'ex-employée soutient qu'on lui a refusé un poste permanent pour avoir « préféré défendre les intérêts des détenus et des collectivités autochtones » plutôt que fermer les yeux sur ces embauches.

Une majorité d'autodéclarés

La Presse a révélé les 4 et 5 mai que des criminels québécois, dont des Hells Angels, n'avaient qu'à se déclarer autochtones lors de leur arrivée au pénitencier pour bénéficier de privilèges et de programmes destinés aux premiers peuples.

Or, la Direction des initiatives autochtones du SCC pour la région du Québec, présentée comme une « équipe autochtone dynamique », compte elle-même une majorité d'employés autochtones autodéclarés, dénonce Mme Launière.

Selon elle, les deux tiers de cette « équipe autochtone » sont composés de personnes n'ayant eu qu'à se déclarer autochtones pour être embauchées.

« C'est un tabou. On n'a pas le droit de parler de ça entre collègues », se désole-t-elle.

Le SCC refuse de confirmer ou d'infirmer ce chiffre. « Les employés ont tous le droit à l'autodéclaration ; le gouvernement du Canada détermine la composition de l'effectif grâce au questionnaire d'autodéclaration », nous a écrit l'organisme, ajoutant : « Il incombe au postulant d'être honnête dans sa demande. »

Un postulant doit remplir un « formulaire d'affirmation d'affiliation autochtone ». Ce document stipule que « fournir des renseignements faux ou trompeurs » peut entraîner la révocation de la nomination, à la suite d'une enquête de la Commission de la fonction publique (CFP).

Plainte à la CFP

Le 5 avril - un mois avant la fin de son contrat -, Mme Launière s'est justement plainte à la CFP de l'attribution de postes réservés aux autochtones à des employés québécois.

Dans sa plainte, Mme Launière allègue que les gestionnaires de la Division des initiatives autochtones du SCC « savent pertinemment que certains postulants [...] ne sont pas autochtones », mais les encouragent néanmoins à soumettre leur candidature.

« Le SCC ne peut commenter les plaintes déposées auprès de la Commission de la fonction publique. Si la CFP enquête sur une plainte déposée contre le SCC, nous collaborerons pleinement à son enquête », assure une porte-parole du SCC, Caroline Cotton.

Elle souligne par ailleurs que les employés du SCC sont assujettis au Code de valeurs et d'éthique du secteur public. « Nous ne tolérons aucune violation de nos politiques, et toutes les allégations font l'objet d'enquêtes approfondies, peu importe la source. Des mesures disciplinaires sont prises, s'il y a lieu, au terme d'une enquête sur un cas d'inconduite. Ces sanctions peuvent varier d'une suspension sans solde au licenciement. »

Mme Launière exige maintenant d'obtenir le poste permanent que ses patrons, dit-elle, lui avaient fait miroiter. « Ils doivent se réconcilier avec les autochtones et je suis la preuve tangible de leur discrimination, qui est bel et bien actuelle en 2019. »

Autochtones de 8 h à 16 h

Comme Mme Launière, un employé travaillant au SCC depuis plus de 20 ans a confié à La Presse être convaincu que « beaucoup de gens s'autodéclarent pour avoir accès à des postes permanents. Ils n'ont aucune preuve à fournir. Ils sont autochtones de 8 h à 16 h et ça finit là ».

Comme deux autres employés du SCC ayant témoigné sous le couvert de l'anonymat par crainte de perdre leur emploi, cet homme affirme avoir tenté de dénoncer les profiteurs à maintes reprises au fil des ans. En vain. « J'ai été réprimandé, dit-il. J'ai cessé de me battre contre le système. »




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer