Source ID:d302636003d23ef28a2e76526eb49e42; App Source:StoryBuilder

Inondations: un bilan pire qu'en 2017

Une préparation proactive dans les municipalités éprouvées il y a deux ans et les apprentissages de 2017 laissaient croire que le bilan serait moins catastrophique cette année. Or, avec la rupture d'une digue naturelle à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le nombre d'évacués a triplé en fin de semaine au Québec. Lueur d'espoir, toutefois, la météo s'annonce clémente aujourd'hui et demain et laisse entrevoir une mince amélioration.

Prêts à partir

« On a débordé en termes de conséquences 2017. Il y a plus [de maisons et de citoyens évacués]. C'est sûr que Sainte-Marthe a donné un coup sur les chiffres », affirmait hier soir Éric Houde, porte-parole de la Sécurité civile.

« Ce sont des chiffres importants, nous en sommes bien conscients », a reconnu la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors de son point de presse quotidien.

Bilan en date d'hier

De 3584 à 6424 résidences inondées (environ 5300 au total en 2017)

De 2572 à 9522 personnes évacuées  (environ 4000 au total en 2017)

Les digues font l'objet d'une surveillance constante, assure la Sécurité civile, qui rappelle néanmoins aux habitants des secteurs névralgiques de se tenir prêts à évacuer à tout moment. « Ça peut être une digue, ça peut être un incendie, ça peut être n'importe quoi. On est dans des zones à risque. Les gens devraient avoir des kits de prêts avec médicaments, passeports, papiers importants, etc. [...] Et quand la police te dit que tu as deux minutes pour évacuer, tes affaires sont prêtes. Tu ramasses les enfants, les animaux et tu lèves les feutres », suggère M. Houde.

Attention ! Glissements de terrain

Les habitants des zones inondables ne sont pas les seuls qui doivent être aux aguets pour les jours à venir. Les propriétaires de maisons particulièrement surélevées avec d'importants talus sur leur terrain sont appelés à ouvrir l'oeil. « S'il y a des fissures, des bonnes fissures qui apparaissent, il faut [le signaler et] faire vérifier par les autorités municipales. Il faut faire attention parce qu'on va tomber dans la période des glissements de terrain aussi. On l'a vu, il y en a eu quelques-uns à Charlevoix déjà », prévient M. Houde.

Une première en 100 ans

Les images d'un drone captées par Hydro Ottawa sont saisissantes et illustrent sans contredit la puissance de l'eau. Pour la deuxième fois en plus de 100 ans, Hydro Ottawa a été dans l'obligation d'ouvrir l'ensemble des 50 vannes de son barrage hydroélectrique aux chutes de la Chaudière, samedi, afin de protéger ses installations de la crue des eaux. La situation est telle que les autorités ont fermé le pont Union de la traverse des Chaudières qui relie Gatineau à Ottawa, hier matin, pour une période indéterminée. La Ville de Gatineau a déployé un plan de contingence routier afin de réduire la pression sur le réseau routier, fragilisé d'un bout à l'autre de la région. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin demande à ceux qui ne peuvent pas aider physiquement les sinistrés de le faire en agissant «  par solidarité  », en réduisant leurs déplacements et en libérant le réseau routier. «  Moins on a de véhicules, mieux c'est  », a-t-il mentionné en conférence de presse, hier après-midi. Le maire prévoit que ces opérations d'urgence seront maintenues pendant deux semaines. À Gatineau, 1100 personnes sont évacuées.

Routes fermées

Au Québec, plusieurs routes et ponts demeurent fermés à la circulation automobile. Dans la région montréalaise, l'autoroute 20 restera fermée aujourd'hui à la hauteur des ponts Proulx et Galipeault, à l'ouest de Montréal. De ce fait, la gratuité de la ligne de train de banlieue Vaudreuil-Hudson et la suspension du péage sur l'autoroute 30 sont en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Exo a aussi annoncé que la ligne de train Saint-Jérôme sera gratuite à partir d'aujourd'hui.

Les derniers seront les premiers

« Ça a monté par centimètres, ça va descendre par centimètres. Les derniers inondés seront les premiers à ne plus avoir d'eau et les premiers inondés seront les derniers. Physiquement, c'est dur. Psychologiquement, c'est dur. Et ça va être long. » 

- Éric Houde, porte-parole de la Sécurité civile

Les prévisions sont néanmoins encourageantes dans les circonstances. Les niveaux d'eau continueront de monter légèrement, mais pourraient atteindre leur plafond entre aujourd'hui et mercredi, en commençant par l'Outaouais. « Après, on devrait avoir une diminution, observe M. Houde. Mais ça va dépendre vraiment du système [de pluie] de mercredi. » Entre 10 et 20 mm de pluie sont attendus en Outaouais dans la nuit de mardi à demain, ce qui influencerait la situation en aval jusqu'à Montréal. « La goutte d'eau qui va tomber à Gatineau va voyager et avoir un impact en bas. [...] La météo, si elle est de notre bord, ça va aider en crime », soulève M. Houde, qui invite dans tous les cas les sinistrés à s'armer de patience.

Un brin d'amélioration

Le lac Saint-Pierre, lui, pourrait bien descendre plus rapidement, l'effet des marées agissant comme « un bouchon qui s'enlève » en laissant le surplus se déverser dans le fleuve en aval. Hier, seules 14 personnes étaient toujours évacuées en Mauricie et dans le Centre-du-Québec. En Beauce aussi, la situation semble se résorber. À Sainte-Marie, le nombre de maisons inondées avait chuté à 100, mais 10 personnes avaient été évacuées. Dans les Laurentides, la ville d'Amherst a annoncé qu'elle levait les mesures d'urgence même si, selon les données de la Sécurité publique, 200 maisons étaient encore inondées, hier soir. La situation semble aussi s'améliorer du côté de Rigaud, en Montérégie, où le nombre d'évacués avait légèrement baissé à 567. Par ailleurs, le barrage de la Chute-Bell, à Grenville-sur-la-Rouge, tient le coup, assure Éric Houde : « L'avis d'évacuation est encore en vigueur, mais la pression est moins forte. »

Situation maîtrisée à Laval

Près d'une centaine de rues sont toujours inondées à Laval, mais la situation est maîtrisée. En point de presse hier, le maire de Laval a lancé un appel aux citoyens auxquels on demande de quitter leur domicile. « Lorsqu'on vous demande de quitter votre résidence, c'est parce qu'on ne peut plus assurer votre sécurité. Obtempérez, donnez suite à notre demande », a exhorté Marc Demers. Samedi, Laval a ordonné l'évacuation de 22 bâtiments de la partie sud-est de l'île Verte. Une recommandation d'évacuation est toujours en cours pour les résidants des Îles-Laval et de l'île Roussin. Depuis le début de la crue des eaux, environ 150 foyers lavallois ont été inondés, tandis que près de 600 adresses sont isolées par l'eau, a précisé le chef de la police de Laval. Pas moins de 385 000 sacs de sable ont été remplis depuis le début de la crue des eaux à Laval.

- Avec Marie-Eve Morasse, La Presse, Le Droit et La Presse canadienne




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer