Depuis un an, une crise secoue Développement et Paix, l’organisme de charité internationale de l’Église catholique canadienne. Un moratoire exigé par les évêques de l’Ontario et de l’Ouest prive de fonds le tiers des 183 organisations non gouvernementales (ONG) de pays pauvres financées par Développement et Paix. Pourquoi ? Elles sont soupçonnées de promouvoir ou de tolérer la contraception. Développement et Paix vient de recevoir une lettre très dure des ONG des Philippines dénonçant le moratoire.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

La lettre

« C’est avec la plus extrême douleur et une confusion considérable que nous avons appris que quatre partenaires de longue date de Développement et Paix dans les Philippines ont été l’objet d’une enquête et inclus dans un moratoire ou une éventuelle suspension de l’appui des fonds de la campagne Carême de partage de Développement et Paix. »

Signée par une dizaine d’ONG, la lettre envoyée à Développement et Paix et à la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) au début avril est « anormalement dure », selon Philippe Vaillancourt, du site Présence information religieuse, qui a publié des documents exclusifs sur le sujet depuis l’automne.

« Des dénonciations anonymes ont poussé la CECC à enquêter sur les 183 ONG partenaires de Développement et Paix. Un moratoire a été proposé pour 52 de ces ONG et les évêques de l’Ontario et de l’Ouest ont menacé de retenir les fonds de la campagne Carême de partage, destinés à Développement et Paix, si le moratoire n’était pas en vigueur. Développement et Paix a réfuté en septembre les accusations contre ces 52 organismes, mais la CECC n’a pas fini de réévaluer le moratoire, alors il a été reconduit pour la campagne Carême de partage cette année encore. C’est d’autant plus intéressant que le président de Caritas Internationalis, l’organisme dont Développement et Paix est l’antenne canadienne, est l’influent cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille. Il n’est pas directement impliqué dans cette querelle, du moins pas pour l’instant. »

Ni la CECC ni Développement et Paix n’ont souhaité commenter le dossier, dirigeant La Presse vers une déclaration commune faisant état de trois jours de rencontres depuis janvier.

PHOTO JAY DIRECTO, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Une femme fait la lessive tout en s'occupant de ses trois enfants à Manille, aux Philippines. 

La contraception

Au cœur du problème, la contraception. « Il est très difficile de trouver des ONG œuvrant avec les femmes dans les pays en voie de développement qui ne sont jamais impliquées dans des projets impliquant de la contraception, dit M. Vaillancourt. La réplique de Développement et Paix souligne que généralement, ce qui est reproché aux 52 ONG soumises au moratoire, c’est une ligne dans un communiqué commun avec d’autres ONG du pays qui mentionne la “santé reproductive”, un terme qui représente la contraception. »

Une seule des quatre organisations philippines visées par le moratoire donne un appui sans équivoque à la « santé reproductive » : la Philippine Educational Theater Association (PETA), une ONG vouée à la réforme agraire qui fait aussi campagne pour le « libre choix des femmes ». Dans sa défense de PETA, Développement et Paix explique que la liberté de conscience – et donc la liberté de faire ses propres choix – est un « principe moral fondamental de l’Église ». N’est-ce pas jouer sur les mots ? « C’est sûr qu’il y a un dialogue de sourds dans certains cas », dit M. Vaillancourt.

Claude Lacaille, un prêtre des Missions étrangères qui a beaucoup commenté ces dernières années les attaques de LifeSiteNews contre les ONG financées par Développement et Paix, estime pour sa part que « de toute façon, avec les scandales de pédophilie, l’Église est bien mal placée pour faire la morale sur la contraception ».

Un long débat

La crise qui déchire Développement et Paix est le prolongement d’un débat qui dure depuis 10 ans, selon Claude Lacaille, un prêtre des Missions étrangères.

« Ça a commencé avec l’interdiction de la participation d’un jésuite mexicain à des conférences au Canada, dit le père Lacaille. Ce sont des sites pro-vie comme LifeSiteNews qui accusent tous ces gens de favoriser la contraception ou l’avortement. En plus, il y a des jeux de pouvoir locaux. J’avais été en Bolivie en 2010 pour rencontrer les membres d’un groupe qui aidait les femmes de mineurs. Elles élevaient seules leurs enfants, étaient souvent victimes de violence conjugale quand leur mari rentrait à la maison et subsistaient en vendant de l’artisanat dans les rues. Les groupes de droite exigeaient de Développement et Paix qu’un évêque bolivien se porte garant de l’ONG. Mais les évêques ne s’intéressaient pas à cette question. Ils ne répondaient pas aux appels de l’ONG défendant les femmes de mineurs, qui avaient besoin d’une lettre de référence d’un évêque. Il avait fallu que les responsables de l’ONG fassent le pied de grue devant les bureaux d’un diocèse bolivien pour avoir cette lettre de référence. Et l’évêque leur avait dit : “Vous êtes du côté d’Evo Morales”, le président de l’époque, qui était en froid avec les compagnies minières. Dans le fond, les évêques boliviens étaient du côté des compagnies minières, pas du côté des femmes de mineurs. »