Pas question pour la Société québécoise du cannabis (SQDC) de vendre des chocolats, des brownies ou des jujubes au cannabis à partir du 16 décembre prochain, mais des « barres granolas » ou des « muffins au son » infusés au THC pourraient se frayer une place sur les étalages de la société d’État. Son PDG, Jean-François Bergeron, l’a évoqué lors d’une entrevue avec La Presse à l’occasion du premier anniversaire de la légalisation.

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Le PDG de la SQDC, Jean-François Bergeron

Une mince ligne

C’est à partir d’aujourd’hui que les producteurs de cannabis sont autorisés à soumettre à Santé Canada des produits comestibles qui pourront être mis en marché après une période d’évaluation de 60 jours. Au Québec, le gouvernement Legault compte interdire par voie réglementaire tous les produits comestibles qui sont « une friandise, une confiserie, un dessert, du chocolat ou tout autre produit attrayant pour les mineurs ». Jean-François Bergeron dit cependant être en discussion avec des producteurs « pour qu’ils arrivent à développer des produits qui seraient acceptables sur le plan de la réglementation. » Comme quoi ? « Des barres granolas, par exemple. Mais pas aux pépites de chocolat, parce qu’elles seraient attrayantes pour les enfants. Un muffin au son pourrait être acceptable, mais pas un cupcake ou un muffin au chocolat. La ligne va être là. À mesure que les producteurs vont nous faire signe sur leurs intentions, on va les guider », a-t-il dit. 

PHOTO MATTHEW STAVER, THE NEW YORK TIMES

C’est à partir d’aujourd’hui que les producteurs de cannabis sont autorisés à soumettre à Santé Canada des produits comestibles qui pourront être mis en marché après une période d’évaluation de 60 jours.

Surprise chez les producteurs

Le cabinet du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, qui pilote le projet de règlement interdisant les produits sucrés au cannabis, n’a pas voulu commenter l’affirmation de M. Bergeron. Pour certains producteurs, l’ouverture démontrée par la SQDC est une surprise. « C’est un pas de l’avant. On ne sait pas ce qu’il se passe dans les officines du gouvernement, mais c’est une ouverture », indique Michel Timperio, président de l’Association québécoise de l’industrie du cannabis, qui fait pression pour que le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, assouplisse le règlement. 

PHOTO KEITH SRAKOVIC, ASSOCIATED PRESS

Les vapoteuses au cannabis pourront aussi en théorie être légalement vendues par la SQDC à partir du 16 décembre prochain, mais la société d’État admet se questionner à leur égard.

Questionnements autour des vapoteuses

Les vapoteuses au cannabis pourront aussi en théorie être légalement vendues par la SQDC à partir du 16 décembre prochain, mais la société d’État admet se questionner à leur égard. « On est inquiets. On se positionne, on se prépare, on négocie avec des fournisseurs, mais on pourrait décider de ne pas en vendre », explique M. Bergeron. Aux États-Unis, les autorités médicales enquêtent sur 1299 cas de maladie pulmonaire aiguë liés à l’utilisation de cigarettes électroniques, dont une grande proportion contenait des extraits de THC. Les premiers développements laissaient croire que des diluants de mauvaise qualité vendus sur le marché noir étaient en cause, mais d’autres études indiquent que la condensation des extraits de THC dans les poumons pourrait être problématique. « C’est sérieux, ce qui se passe aux États-Unis. Nous sommes en discussion avec les producteurs. Eux aussi sont inquiets », ajoute M. Bergeron. La SQDC vendra aussi du haschisch, pourvu que sa concentration en THC soit limitée à 30 %. 

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

De gros producteurs, comme Hexo, qui s’est associé à Molson-Coors, ont investi des millions pour concevoir des boissons reproduisant l’effet d’une bière.

Des boissons reproduisant l’effet d’une bière

Les boissons infusées au THC risquent en fait d’être les principaux produits comestibles que la SQDC commercialisera dans un premier temps. De gros producteurs, comme Hexo, qui s’est associé à Molson-Coors, ont investi des millions pour en concevoir. « Ils veulent reproduire l’effet que peut avoir une bière de type lager. Ils veulent proposer une solution de rechange à l’alcool », explique M. Bergeron. Des boissons sans alcool à base de malt, contenant un maximum de 5 mg de THC, pourront être vendues, pourvu qu’elles ne soient pas attrayantes pour les enfants, ni sucrées. « On ne vendra pas des produits qui s’apparentent à des boissons gazeuses, mais un thé glacé destiné aux adultes, qui ne serait pas bourré de sucre, ou une boisson pétillante au goût de citron, ça passerait. C’est la SQDC qui interprétera la réglementation. Dans le doute, nous nous référerons au ministère de la Santé et des Services sociaux pour avoir son opinion. » 

PHOTO ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Le patron de la SQDC préférerait s’en tenir à la vente de fleurs de cannabis, dont le prix est déjà à la baisse en raison des capacités de production qui augmentent.

« Je trouve que c’est prématuré »

Même s’il se dit prêt pour cette nouvelle phase de la légalisation, Jean-François Bergeron estime que l’arrivée des produits comestibles « est prématurée ». « C’est extrêmement rapide d’avoir ça un an après la légalisation. On aurait pu prendre notre temps et attendre que la première phase soit bien intégrée et que les producteurs aient optimisé leurs procédés avant d’en ajouter une couche. Ce n’est pas une course », lance-t-il. Le patron de la SQDC préférerait s’en tenir à la vente de fleurs de cannabis, dont le prix est déjà à la baisse en raison des capacités de production qui augmentent. La SQDC annonce d’ailleurs qu’elle vendra à partir d’aujourd’hui une souche de cannabis en format de 28 grammes (une once) à 125,70 $, soit 4,49 $ le gramme toutes taxes incluses. « On est déjà à 20 % en bas des prix nationaux sur le marché légal. On sait que nos prix sont à la bonne place pour concurrencer le marché noir », croit-il.