(QUÉBEC) Québec a largement sous-estimé le coût de l’installation de gicleurs dans les résidences pour personnes âgées. La facture est 60 % plus élevée que prévu, a appris La Presse.

Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Résultat : plus d’un millier de résidences n’ont toujours pas de gicleurs plus de cinq ans après la tragédie de L’Isle-Verte. Nombre d’entre elles auront du mal à en installer avant la date butoir du 2 décembre 2020.

C’est ce que révèle un document interne du ministère de la Santé et des Services sociaux obtenu par La Presse.

Le Ministère recommande de bonifier les subventions versées aux résidences. Sans entrer dans le détail, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a déjà signalé son intention de revoir le programme d’aide financière annoncé par le gouvernement Couillard en 2015.

Ce dernier avait alors décidé d’obliger les résidences, à l’exception des très petites, à se munir de gicleurs d’ici décembre 2020. C’était ce que recommandait le coroner qui avait enquêté sur le drame survenu à la Résidence du Havre, où 32 aînés ont péri dans un incendie en janvier 2014.

Le gouvernement Couillard avait annoncé un programme d’aide financière de 115,9 millions. Il avait estimé à 252 millions la facture totale pour installer des gicleurs dans les résidences. À la suite de nombreuses critiques, il avait bonifié le programme l’an dernier, faisant porter les subventions à 183,3 millions – ce qui représente 72 % de la facture totale, disait-il à ce moment.

Estimation erronée

Or l’estimation des coûts s’avère erronée. La Régie du bâtiment du Québec avait avancé que le coût moyen pour l’installation de gicleurs serait de 193 034 $ par résidence. Toutefois, « le coût moyen constaté », celui observé dans les résidences qui ont fait les travaux, est beaucoup plus élevé. Il a augmenté rapidement au cours des deux dernières années pour atteindre 303 506 $ en décembre. C’est un écart considérable de 110 472 $ (ou de 58 %) par rapport aux prévisions.

« Ce rehaussement peut être attribuable à l’augmentation due à un marché en croissance et une limitation d’accès à des entrepreneurs qualifiés en la matière », peut-on lire dans le document interne. Il ajoute que, « malgré l’augmentation du niveau de financement de 2018, plusieurs RPA peinent à réaliser les travaux avant la date butoir du 2 décembre 2020 ».

En date du 10 mars, seulement 52 résidences ont fait une demande de paiement de la subvention et, donc, installé des gicleurs en vertu du programme. À peine 9,8 des 183,3 millions prévus ont été versés jusqu’ici.

La vaste majorité des résidences se trouvent dans les étapes préliminaires du programme ; 700 résidences ont franchi la première étape, celle visant à vérifier leur admissibilité aux subventions. Et 219 ont soumis une demande de subvention, l’étape qui précède la réalisation des travaux.

Statistiques variables

Au total, 1306 des quelque 1800 résidences pour personnes âgées du Québec ne sont toujours pas munies de gicleurs, selon le Ministère. Il semble y avoir eu confusion dans le passé autour des statistiques. En novembre 2017, le même ministère disait que 926 résidences avaient des gicleurs, contre 902 qui n’en avaient pas.

Le Ministère recommande de bonifier à nouveau le programme d’aide. Il ne précise pas si le gouvernement devrait suivre la hausse du coût moyen et relever ses subventions de 60 %.

Le Ministère suggère plus précisément un « rehaussement du montant maximum admissible à la subvention par unité » d’habitation. Le montant maximal avait été fixé dès le départ à 3300 $ par unité. Une résidence reçoit une part plus ou moins importante de cette aide maximale en fonction de sa taille : 100 % pour les 30 personnes ou moins, 80 % pour les 31 à 99 personnes, et 60 % pour les 100 personnes et plus. Il faut comprendre qu’un pourcentage de 100 % ne signifie pas que la facture totale est assumée entièrement par l’État puisque celle-ci est plus élevée dans les faits.