La physicienne, astronome et professeure à l’Université McGill faisait partie de l’équipe internationale qui a dévoilé il y a deux semaines la première photo d’un trou noir. Daryl Haggard est notre personnalité de la semaine.

Marie-Claude Lortie
Marie-Claude Lortie La Presse

Daryl Haggard est physicienne et astronome. Une grande astronome. Le genre d’astronome prof à McGill qui vient de participer au vaste projet international ayant permis de finalement photographier un trou noir dans une galaxie voisine, oui, une de ces sombres et intrigantes entités de masse immensément dense à des millions d’années-lumière de la Terre, décrites en théorie par Einstein, mais qu’on n’avait jamais vues jusqu’à la semaine dernière.

Pourtant, quand elle était toute jeune, Daryl n’était pas une petite fille rêveuse, couchée dans l’herbe à regarder les étoiles ou scotchée à un télescope, comme le veulent les clichés sur les astronomes.

Enfant, Daryl n’était pas particulièrement intéressée par le ciel.

D’ailleurs, quand elle est entrée à l’université, au St. John’s College, à Santa Fe, dans les montagnes du Nouveau-Mexique, où elle est née et a grandi – son père y était prof de maths et de philo –, c’était pour étudier la philosophie.

Sauf que justement, durant un cours de philosophie, alors qu’elle lit et s’instruit sur les théories de Newton, philosophe, géant de l’astronomie, des mathématiques, de la physique, elle se découvre une fascination pour ses théories en astrophysique, notamment sur la gravité dans le système solaire. « Moi, ce dont je me souviens, c’est que c’est là que je me suis dit : “Je veux étudier ça.” Ma mère se souvient d’autre chose. »

Sa mère, biologiste entrepreneure spécialiste des plantes autochtones du Nouveau-Mexique – qui vivent avec peu d’eau –, se souvient surtout d’une petite fille qui faisait des projets scientifiques, alors qu’elle était toute jeune, en première secondaire, sur ce qui arrive quand deux galaxies entrent en collision.

Et qu’est-ce qui se passe ?

Elles fusionnent. Et c’est ce qui arrivera à la Voie lactée, précise l’astrophysicienne.

Mais pas tout de suite. Dans quelques milliards d’années.

On entrera en collision avec Andromède.

Mais d’ici là, dans quelques milliards d’années aussi, mais un peu moins de milliards, la Terre aura été détruite par le Soleil, de toute façon…

Spécialité : rayons X

Pour se tourner de la philosophie vers la physique, l’astrophysique et l’astronomie, Daryl a dû se rattraper en sciences, mais cela ne l’a pas empêchée d’obtenir deux maîtrises, d’abord en physique à l’Université d’État de San Francisco, puis en astronomie à l’Université de Washington, à Seattle, où elle a aussi fait son doctorat.

C’est là qu’elle a rencontré un autre astronome, québécois, avec qui elle a eu un fils et avec qui elle est venue vivre à Montréal il y a quatre ans, après des arrêts à Chicago et à Amherst, dans le Massachusetts. Les deux, aujourd’hui, enseignent à McGill et vivent dans Pointe-Saint-Charles.

La spécialité de Daryl Haggard ? Les rayons X.

Son rôle, dans le grand projet de photo du trou noir rendue publique il y a 10 jours et prise par le multitélescope Event Horizon – c’est ainsi qu’on appelle le pourtour du trou noir, une couronne photographiable, contrairement au trou noir lui-même, qui est… noir –, touche l’activité de ce pourtour, justement, et des rayons qui y sont émis. Y compris des rayons X.

« Il y a beaucoup de différentes énergies et de différentes lumières qui proviennent du trou noir », dit-elle. Et les scientifiques veulent comprendre le comment et le pourquoi de ce qui s’y passe.

Un jour, toutes ces personnes qui travaillent sur le projet d’imagerie du trou noir aimeraient avoir une vidéo du mouvement des trous noirs.

« On aimerait voir comment [les trous noirs] changent », dit la professeure Haggard.

On sait qu’ils existent. Maintenant, on les a vus. Mais on ne sait toujours pas, notamment, comment tant de masse peut se retrouver concentrée au point de devenir invisible.

Pourquoi vouloir savoir tout cela ?

Pour toujours mieux comprendre l’infiniment grand, loin, petit. Et développer la technologie, en chemin.

Saviez-vous, demande la professeure Haggard, que les appareils photo de nos téléphones ont été mis au point grâce aux techniques développées en astronomie ? La miniaturisation de la prise d’image a été propulsée par la mise au point d’appareils destinés à être envoyés dans l’espace.

Donc, faire une vidéo du trou noir est à l’ordre du jour.

Prendre une photo d’un autre trou noir l’est aussi. Un trou noir plus proche de nous, appelée Sagittaire A*, dans la Voie lactée, mais plus petit et difficile à capter que celui de la galaxie M87 de l’Amas de la Vierge – un méga-ensemble de galaxies loin de chez nous – qui vient d’être photographié.

Passe-t-elle beaucoup de temps derrière un télescope pour trouver des réponses à tout cela ?

Pas trop. Le boulot, rendu là, se passe pas mal devant l’ordinateur, au sein d’équipes où les femmes sont de plus en plus présentes, surtout en astronomie, plus qu’en physique.

Et le domaine est en explosion actuellement, précise la chercheuse. « Les gens sont intéressés par la beauté, la philosophie de l’astronomie », explique-t-elle.

Et en plus, les percées en intelligence artificielle (IA) permettent de faire des bonds en avant. Contrairement aux soins de la santé, un autre secteur où on dispose de mines de données parfaites pour les nouvelles applications développées en IA, l’astronomie n’a pas à protéger la vie privée des étoiles. On peut donc plonger dans ces informations pour les travailler. Et en tirer parfois des images spectaculaires.

DARYL HAGGARD EN QUELQUES CHOIX

Un livre : Their Eyes Were Watching God (Une femme noire) de Zora Neale Hurston. « C’est sur la vie d’une esclave, juste magnifiquement bien écrit. » Ou Le bruit et la fureur de William Faulkner.

Un film : E.T. de Steven Spielberg. « Un film qui traverse vraiment bien les années. »

Deux personnages historiques : Eleanor Roosevelt et Cecilia Payne-Gaposchkin, première femme chef du département d’astronomie de Harvard, nommée en 1956. Elle fut la première, notamment, en 1924, à établir que les étoiles étaient composées principalement d’hélium et d’hydrogène, découverte qu’elle n’a pas pu publier avant que son directeur de thèse ne la vérifie lui-même, avec ses expériences, et s’en attribue le mérite…

Une personnalité contemporaine : Michelle Obama

Une phrase : « La diversité est une réalité, l’inclusion est un choix. » — Stephen Frost, expert mondial en matière d’inclusion dans les organisations

Une cause qui vous ferait manifester : Les changements climatiques. « Et sur ma pancarte, je ferais référence à cette idée des Premières Nations qui dit qu’on doit toujours penser à l’impact de ce qu’on fait pour sept générations. »