Alors que l'administration Plante souhaite qu'il y ait des appels d'offres auprès de promoteurs de spectacles pour le nouvel amphithéâtre du parc Jean-Drapeau à partir de 2021, le nouveau président du C.A. de la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD) veut se donner le temps d'étudier la question avant de trancher.

Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

«Il est beaucoup trop tôt pour se prononcer. Peu importe ce que je pense, je n'ai pas eu la chance de rencontrer le C.A. ni la direction [de la SPJD]. [...] Il serait mal venu d'arriver avec les manchettes dans les journaux. On va se donner la chance de rencontrer les gens intelligemment. C'est sûr que c'est un dossier que nous allons regarder, il capte l'attention des gens», dit Renaud Coulombe, un avocat, chef des affaires juridiques au Mouvement Desjardins qui a été nommé jeudi président du conseil d'administration de la SPJD par l'administration Plante.

M. Coulombe indique ne pas avoir discuté du dossier de l'après-bail du Groupe CH avec l'administration Plante. «Nous n'avons pas parlé de ce dossier-là, et je ne sais pas si ç'aurait été approprié [d'en parler avant la nomination]», dit-il en entrevue à La Presse.

Le Groupe CH a un bail jusqu'en 2020 qui lui donne un «droit de regard» sur les autres spectacles de musique internationale à l'amphithéâtre du parc Jean-Drapeau. Le Groupe CH a payé 1,3 million de dollars en loyer en 2017 pour présenter ses spectacles et ses festivals de musique au parc Jean-Drapeau.

Aucun autre promoteur n'a présenté des spectacles de ce type au parc Jean-Drapeau depuis 10 ans, si bien que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a demandé en mai dernier à la SPJD d'«enclencher un processus transparent pour solliciter ouvertement le marché» auprès de promoteurs en 2021, à l'expiration du bail du Groupe CH. L'administration Plante avait ajouté que «le conseil d'administration [de la SPJD] est d'ailleurs tout à fait d'accord avec cette vision», mais la SPJD n'avait pas commenté ni confirmé cette affirmation.

Nouveaux membres au C.A.

L'administration Plante a nommé jeudi quatre nouveaux membres au C.A. de la SPJD. Outre M. Coulombe - ancien associé chez Ogilvy Renault spécialiste en droit des affaires, qui est l'avocat en chef du Mouvement Desjardins depuis 2009 -, l'environnementaliste Karel Mayrand (directeur général de la Fondation David Suzuki), le banquier Claude Michaud (DNA Capital) et l'architecte paysagiste Pierre Bouchard (ex-directeur du Service des grands parcs à la Ville de Montréal) siégeront au conseil d'administration de la SPJD. Le conseil d'administration compte maintenant neuf membres.

La SPJD travaille actuellement à l'élaboration d'un plan directeur de 10 ans sur l'avenir du parc Jean-Drapeau. Des consultations pilotées par l'Office de consultation publique de Montréal auront lieu. «L'objectif premier est de proposer une orientation intelligente, dit le président du C.A. Renaud Coulombe. Le parc doit appartenir aux citoyens, aux résidants, et nous allons avoir l'occasion de convenir d'une stratégie et d'une orientation intelligentes. Nous avons comme mandat de digérer les commentaires de la population et d'en faire une synthèse. Le parc Jean-Drapeau est un actif absolument magnifique, et une vitrine pour Montréal et le Québec.»