• Accueil > 
  • Actualités 
  • > La chercheuse qui ne voulait pas se faire appeler «madame» 
Source ID:fe013712-dc29-4913-9d0f-2a4884b3d5e9; App Source:alfamedia

La chercheuse qui ne voulait pas se faire appeler «madame»

Stephanie Carvin, au coeur d'une controverse sur l'utilisation... (Photo Adrian Wyld, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Stephanie Carvin, au coeur d'une controverse sur l'utilisation du terme « docteure », est professeure adjointe d'affaires internationales à l'Université Carleton, à Ottawa.

Photo Adrian Wyld, archives La Presse canadienne

Combat féministe incompris ? Malentendu entre les proverbiales deux solitudes ? Fossé culturel entre les milieux universitaire et journalistique ? Il y a un peu de tout cela dans cette controverse déclenchée par une chercheuse anglophone qui s'est indignée de s'être fait appeler « Mrs. » plutôt que « Dr. » par un journaliste francophone. Portrait d'une polémique dans laquelle chaque mot compte.

Stephanie Carvin, professeure adjointe d'affaires internationales à l'Université Carleton... (Photo tirée du site internet de l'Université Carleton) - image 1.0

Agrandir

Stephanie Carvin, professeure adjointe d'affaires internationales à l'Université Carleton

Photo tirée du site internet de l'Université Carleton

« Hi Mrs Carvin ». Voilà comment un journaliste francophone de Radio-Canada a commencé un courriel adressé à la chercheuse Stephanie Carvin, professeure adjointe d'affaires internationales à l'Université Carleton, à Ottawa. 

Mme Carvin l'a très mal pris. 

Sans nommer le journaliste, elle a retranscrit son courriel sur Twitter en étalant son insatisfaction. « Ce n'est pas la bonne façon de commencer un courriel envoyé à une femme professeure non mariée », a-t-elle écrit. En anglais, le titre « Mrs. » s'emploie en effet pour s'adresser à une femme mariée. 

Le message a généré de vifs échanges, au fil desquels Stephanie Carvin s'est demandé si le journaliste aurait fait la même chose face à un professeur masculin, avant de laisser tomber que son « nouveau plan est de ne plus parler aux journalistes ». Elle aurait voulu qu'on utilise le titre « docteure » ou « professeure ».

LE RÉFLEXE FRANCOPHONE

Plusieurs internautes ont souligné que le journaliste s'était sans doute exprimé ainsi en raison de ses réflexes linguistiques de francophone. L'Office québécois de la langue française précise qu'au Québec, c'est le Code des professions qui régit l'utilisation des titres « docteur » et « docteure ». On peut dire que telle personne est « docteure en biologie », par exemple. Mais les abréviations « Dr » ou « Dre », utilisées seules, ne s'appliquent qu'aux médecins, aux dentistes et aux vétérinaires.

« En français, il aurait été fautif de s'adresser à une chercheuse en l'appelant docteure simplement parce qu'elle a un doctorat. "Madame" est le titre de civilité qui convient, que la femme soit mariée ou non. »

- Lucie Côté, conseillère linguistique de la rédaction et chef de la révision à La Presse 

Voilà pourquoi nous écrivons « Mme Carvin » dans cet article.

« Also, fuck that », a lancé sur Twitter Stephanie Carvin, sous des propos expliquant que le journaliste avait en effet plaidé une erreur linguistique auprès d'elle.

« Je dois confesser que je n'étais pas au courant de l'usage des titres en français », a-t-elle admis hier à La Presse d'un ton plus posé.

UNE PLACE À PRENDRE

En entrevue, Mme Carvin (qui a insisté pour se faire appeler Stephanie !) a expliqué que son commentaire survient alors même qu'une campagne déferle sur Twitter pour que les femmes titulaires d'un doctorat inscrivent « Dre » devant leur nom. Le mouvement, alimenté par le mot-clic #ImmodestWomen (les femmes non modestes), a été lancé par la Britannique Fern Riddell.

« Mon titre est Dre Fern Riddell, pas mademoiselle Riddell. Je porte ce titre parce que je suis une experte [...]. J'ai travaillé fort pour gagner cette autorité et je n'y renoncerai devant personne », a écrit cette dernière.

« Les femmes dans le milieu universitaire en ont ras le bol de se faire appeler littéralement n'importe comment sauf par leur titre formel, et de se sentir coupables d'insister pour qu'on l'utilise. »

- Stephanie Carvin, professeure adjointe d'affaires internationales à l'Université Carleton

La professeure nous a mis au défi de taper « professor » dans Google. Nous l'avons fait. Résultat : la première femme apparaît à la 10e image renvoyée, et seulement sept femmes apparaissent parmi les 50 premiers résultats.

« Je reçois des courriels dans lesquels mes collègues masculins se font appeler "professeur" et moi simplement "Stephanie" ou "Ms.". La semaine dernière, j'étais dans un magasin, quelqu'un m'a demandé ce que je faisais et j'ai répondu que j'étais professeure. On m'a répondu que je n'avais pas l'air d'un professeur », raconte Stephanie Carvin.

« Les femmes dans les milieux universitaires sont moins prises au sérieux que leurs collègues masculins. Si on utilise un titre lié au sexe plutôt qu'un titre formel, l'implication est que les propos seront aussi moins pris au sérieux. Le titre donne une autorité, une crédibilité, et nous y tenons. Sans compter que mon statut matrimonial ne concerne que moi », résume-t-elle.

Plusieurs internautes ont plutôt vu une crise d'ego dans les propos de Mme Carvin.

LE GLOBE AND MAIL DANS LE VISEUR

Preuve que la controverse n'est pas que linguistique, Stephanie Carvin a expliqué que sa « frustration » découle aussi d'une nouvelle politique sur les titres officiels du Globe and Mail.

Cette politique, pondue la semaine dernière, calquerait les règles québécoises francophones. Le quotidien anglophone utiliserait donc le titre « Dr. » seulement pour les « gens possédant un doctorat dans les professions liées aux soins de la santé (médecin, dentiste, psychiatre, etc.) ».

Les autres titulaires de doctorat seraient simplement décrits comme « Mr » et « Mrs » afin « d'éviter une confusion potentielle chez les lecteurs à savoir si une personne est médecin ». Gary Salewicz, chef de l'édition du quotidien, a précisé que le comité qui a rédigé la politique « discute encore avec les journalistes et les éditeurs » pour savoir si elle sera officiellement adoptée.

Si c'est le cas, le Globe and Mail demanderait à ses journalistes de préciser le titre des intervenants une première fois, mais de ne pas utiliser le titre « professeur » lors des occurrences suivantes. Le quotidien justifie la règle par le fait qu'un grand nombre de fonctions (chargé de cours, professeur adjoint, etc.) qui ne correspondent pas tous à la définition de « professeur » se retrouvent dans les universités.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer