• Accueil > 
  • Actualités 
  • > «La jeune millionnaire» Éliane Gamache Latourelle est en faillite 
Source ID:979126ff-eb68-4912-83d1-536300896ab7; App Source:alfamedia

«La jeune millionnaire» Éliane Gamache Latourelle est en faillite

Éliane Gamache Latourelle... (Photo Caroline Langevin, tirée du site de la Chambre de commerce de Magog-Orford)

Agrandir

Éliane Gamache Latourelle

Photo Caroline Langevin, tirée du site de la Chambre de commerce de Magog-Orford

Éliane Gamache Latourelle, qui s'est fait connaître sous le nom de « la jeune millionnaire » après la publication de deux livres la présentant ainsi, écrits avec l'auteur Marc Fisher, est en faillite.

Déclarant des dettes de 577 345 $, mais pratiquement aucun actif, elle a déposé un avis de faillite le 19 avril.

La pharmacienne, qui dit être devenue millionnaire à 28 ans et offrait ses services comme coach et conférencière sur le succès en affaires, affirme maintenant être incapable de rembourser ses emprunts.

Parmi ses créanciers, on trouve notamment sa mère Carmen Latourelle (125 000 $), le couple Ariane Leduc et Maxime Lachapelle (84 600 $), qui a acheté son entreprise de coaching et la poursuit en justice, son avocat André Dorais (44 300 $), deux firmes de placement et de crédit (100 000 $), deux institutions financières (71 300 $) et cinq entreprises de cartes de crédit (52 700 $).

Ses actifs ne sont que de 100 $, selon les documents remis par le syndic à ses créanciers ; ceux-ci ont donc peu d'espoir d'obtenir un quelconque remboursement.

Dans sa déclaration de faillite, elle explique que ses difficultés financières ont été causées par des « chocs post-traumatiques ».

LIBRE DANS NEUF MOIS

Si aucun créancier ne s'y oppose, Éliane Gamache Latourelle sera libérée de ses dettes après neuf mois, sauf si ses revenus dépassent 2352 $ nets par mois : le délai serait alors prolongé à 21 mois et la moitié des revenus excédentaires serait versée aux créanciers. Le processus de faillite oblige aussi la jeune femme à participer à deux séances de consultation financière.

Dans les documents de faillite, la pharmacienne se déclare sans emploi et sans revenu. Lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse, Éliane Gamache Latourelle a cependant révélé avoir recommencé à travailler depuis une semaine, précisant qu'elle touche un salaire très modeste.

« Je reprends progressivement. J'aide mon oncle Normand Latourelle sur la tournée de Cavalia, qui est présentée actuellement à Winnipeg. »

- Éliane Gamache Latourelle

Normand Latourelle, cofondateur du Cirque du Soleil, est maintenant PDG de Cavalia.

Dans un reportage publié par La Presse en janvier dernier, des clients de la société de coaching d'Éliane Gamache Latourelle et d'autres personnes qui l'ont côtoyée ont dénoncé ses méthodes, soulevé des doutes sur ses compétences et affirmé avoir payé beaucoup trop cher pour ses services. Plusieurs doutent qu'elle ait déjà été millionnaire.

La jeune femme réfute ces allégations et soutient qu'elles sont orchestrées par d'anciens partenaires d'affaires qui cherchent à lui nuire.

Elle affirme que la presque totalité de ses dettes a été contractée depuis un an, après la vente de sa société de coaching. Auparavant, elle n'était pas endettée, elle avait d'importants actifs, des revenus considérables et un train de vie élevé, assure-t-elle.

« J'AI TOUT DONNÉ »

Mais après plusieurs épreuves, elle a « décidé de changer de vie », raconte-t-elle.

« Je me suis débarrassée de toutes mes possessions, dit-elle. J'ai tout donné à des étudiants de cégep et à des gens dans le besoin. Je n'ai gardé que 50 000 $ dans mes poches. »

Elle affirme aussi avoir cédé à un ex-associé, sans rien en retour, les parts qu'elle possédait toujours dans une pharmacie. « J'avais 3 millions d'actifs et je me suis débarrassée de tout quand je suis partie », dit-elle.

Pourtant, dans les documents de faillite, Éliane Gamache Latourelle a répondu « non » à la question : « Avez-vous fait des dons de plus de 500 $ au cours des cinq dernières années ? »

Pendant l'année qui a suivi, la jeune femme raconte qu'elle était dépressive et que même si elle n'avait plus de revenus, elle continuait à vivre dans le luxe, parce qu'elle avait besoin de se « reposer ».

« J'étais habituée à des rentrées d'argent de 50 000 $ par mois. Je suis restée pendant trois mois dans un hôtel à 300 $ la nuit en Californie. »

- Éliane Gamache Latourelle

« Je continuais à dépenser sans avoir conscience de la situation. Personne ne comprend que, quand on est malade, on s'en fout, de l'argent. J'étais suicidaire, ma vie était en jeu. »

Éliane Gamache Latourelle affirme qu'elle repart à zéro, qu'elle a encore du potentiel et toute la vie devant elle. « Ce n'est plus une question d'argent, dit-elle. Même dans mon premier livre, mon message a toujours été que l'amour est plus important que tout. »

Elle ajoute qu'elle a toujours l'intention de rembourser ses créanciers si elle en a un jour les moyens. « Je veux dire à tout le monde : "Aimez-vous les uns les autres, acceptez-vous et pardonnez à ceux qui vous ont offensés" », conclut-elle.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer