La montée de l'islamophobie au Québec découle d'une «crise d'identité non résolue et à la peur de ne plus exister comme peuple ou comme culture», estime un professeur d'anthropologie de l'Université Laval. Dans les circonstances, estime Abdelwahed Mekki-Berrada, le musulman est devenu, au même titre que le Juif ou le Noir d'une autre époque, le «symbole de l'étranger érigé en menace existentielle».

Publié le 4 déc. 2017
LE SOLEIL

«Quand le "nous" est en souffrance, la haine de l'autre, l'aversion du "eux" devient une stratégie désespérée de survie, stratégie sans laquelle cette société retournerait cette violence destructrice contre elle-même», explique le professeur titulaire, invité à prononcer lundi la conférence d'ouverture de la Semaine des sciences sociales de l'Université Laval, au Musée de la civilisation.

Lire la suite sur le site du Soleil.