Deux des trois individus de race noire, soupçonnés d'appartenir à des gangs de rue de la métropole, et arrêtés sur la zone portuaire de Chicoutimi dans le cadre d'une opération spéciale, demeureront derrière les barreaux. Ils subiront leur enquête sur remise en liberté, le 7 août.

Publié le 1er août 2012
Louis Tremblay LE QUOTIDIEN

Les trois individus sont revenus devant le tribunal, ce matin, pour la suite des procédures. Rappelons que les policiers avaient retrouvé dans le véhicule qu'ils utilisaient un pistolet Glock de calibre .40 ainsi que des stupéfiants. L'un des individus avait également en sa possession une arme à autorisation restreinte dans un dessein dangereux, un pistolet Ekol Lady de calibre 9 mm. Les policiers avaient saisi aussi de la marijuana, de l'argent provenant de la criminalité et de la cocaïne.

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a autorisé la remise en liberté de Cubahiro Bellard. Le jeune homme de 18 ans ne possède aucun antécédent judiciaire et il a été en mesure de présenter un cautionnement de 1000 $.

Il bénéficie du support de sa soeur. Elle s'est présentée devant le tribunal pour confirmer au juge qu'elle prenait son frère en charge pour la suite de choses.

Le procureur de la couronne au dossier, Me Michaël Bourget, a énuméré plusieurs conditions que le jeune homme devra respecter à son retour dans la métropole. Il demeurera à la maison entre 6h00 le matin et 19h00 le soir. Il devra aussi fréquenter l'école et s'abstenir d'entrer en contact avec ses deux complices.

//La suite dans la version papier du Quotidien, demain.