Le chic resto-bar Le Tops de Laval, fréquenté par d'importants acteurs du monde politique, syndical et de la construction à l'époque où il appartenait à l'entrepreneur Tony Accurso, a rouvert ses portes à Boisbriand cette semaine, sous la direction d'une nouvelle administration.

Vincent Larouche LA PRESSE

Le complexe Le Tops, qui comprenait la discothèque, le Club 1545 et le restaurant Onyx, avait été fermé par M. Accurso en avril dernier en prévision de la vente de son centre commercial des Galeries Laval au Fonds de solidarité FTQ.

L'ancien vice-président de l'établissement, Mario Boyer, affirme avoir racheté les actifs du Tops après sa mise en faillite.

«J'ai racheté une faillite, je suis rendu tout seul», a-t-il expliqué dans un entretien avec La Presse.

Selon ses dires, la soirée inaugurale tenue mercredi dernier dans les nouveaux locaux du Faubourg Boisbriand a été un franc succès.

«Le Tops a un bon nom. On est tellement demandés qu'on n'a pas besoin de publicité», dit-il. M. Boyer croit que le déménagement plus loin de Montréal ne devrait pas nuire à ses affaires. «Déjà à l'époque, le Tops attirait beaucoup de monde de la Rive-Nord», souligne-t-il.

En 2005, deux maires de la couronne nord, Robert Poirier de Boisbriand, et Paul Larocque de Bois-des-Filion étaient d'ailleurs présents à la grande fête organisée pour souligner les 10 ans du Tops.

L'établissement a été inauguré en 1995 en présence du maire de Laval. Au fil des ans, il a été fréquenté par plusieurs têtes d'affiche de la FTQ-Construction. L'Action démocratique du Québec y a également tenu une soirée de financement.

L'endroit a fait les manchettes en 1998, lorsqu'un ancien chef de la police de Laval a été suspendu pour avoir fait des recherches au Centre de renseignements policiers du Québec à la demande du Tops. Le tenancier et ses gérants voulaient en savoir plus sur des candidats à des emplois.