Le premier ministre Stephen Harper a souligné, samedi, l'investiture du nouveau président haïtien, Michel Martelly, en offrant ses félicitations au chef d'État au nom du gouvernement du Canada. La ministre québécoise du Travail, Lise Thériault, se trouvait samedi à Port-au-Prince pour l'investiture de M. Martelly.

Mis à jour le 14 mai 2011
LA PRESSE CANADIENNE

M. Harper a expliqué, par voie de communiqué, que le peuple haïtien avait fait preuve de patience et de détermination dans l'expression de leur volonté, en plus de démontrer son attachement à la démocratie et au processus électoral. Selon le premier ministre, cette transition marque une «étape importante» dans la voie du redressement après le tremblement de terre de janvier 2010 qui a fait près de 300 000 morts. L'élection présidentielle serait également un tournant vers la stabilité et le développement à long terme.

Le premier ministre a aussi tenu à rappeler que le Canada entretient depuis longtemps des liens «profonds» avec Haïti, soulignant que plus de 100 000 Canadiens avaient des racines provenant de la Perle des Antilles. Stephen Harper tient d'ailleurs à souligner que le Canada continuerait de soutenir Haïti dans ses efforts pour rebâtir ses communautés et renforcer la primauté du droit.

M. Harper a dit finalement se réjouir à la perspective de travailler avec le président Martelly pour l'aider à relever les défis auxquels il doit faire face.

Le Québec sur place

La ministre québécoise du Travail, Lise Thériault, se trouvait samedi à Port-au-Prince en Haïti, samedi, pour l'investiture du nouveau président Michel Martelly.

Dans une entrevue accordée à La Presse Canadienne, Mme Thériault a dit avoir constaté d'importantes différences entre l'ambiance régnant lors de la cérémonie et celle prévalant lorsque le président précédant, René Préval, avait été assermenté. Selon elle, le peuple place beaucoup d'espoirs dans les futures réalisations du président Martelly, et une bonne partie de la capitale de la Perle des Antilles est peinte ou couverte de rose, la couleur du chef de l'État.

La ministre a par ailleurs repris les mots du premier ministre Stephen Harper, qui avait plus tôt qualifié cette investiture de début d'une nouvelle ère. Il s'agit uniquement de la seconde fois où le pouvoir est cédé d'un président à un autre en Haïti, a souligné Mme Thériault, expliquant qu'elle sentait que M. Martelly était véritablement engagé envers la reconstruction du pays, et qu'il désirait «vraiment» travailler avec la communauté internationale, y compris le Québec, où vit une forte proportion de la diaspora haïtienne.

M. Martelly devrait d'ailleurs rencontrer Mme Thériault samedi, et cette dernière a déclaré vouloir en profiter pour réaffirmer l'engagement de la province à la reconstruction.

Les efforts pour rebâtir le pays vont de l'avant, a précisé la ministre, bien que certaines zones, dont celle du palais présidentiel, n'aient pas encore été remises en chantier. L'activité économique aurait redémarré, et les artistes seraient de retour au travail.

Une réception officielle devait être donnée samedi soir dans un hôtel de Port-au-Prince.

La ministre sera de retour au Québec dimanche.