Imaginez un téléphone qui vous dit que vous avez trop bu, qui vous ordonne de ne pas prendre le volant et qui vous indique la station de métro la plus proche. Voilà la dernière trouvaille d'Éduc'alcool, qui espère séduire les jeunes avec une nouvelle application iPhone.

Gabriel Béland LA PRESSE

«C'est comme un copain qui vous accompagne dans votre soirée, illustre le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy. Il peut vous suggérer d'aller prendre un verre d'eau ou de ne plus consommer d'alcool. Il interpelle les gens, les force à se poser des questions.»

L'application offerte sur l'App Store d'Apple et sur le site d'Éduc'alcool est gratuite. Son fonctionnement est simple: l'utilisateur doit indiquer lui-même le type et le nombre de consommations qu'il a bues, en combien de temps, son poids, son sexe, etc.

L'utilisateur peut le faire à la fin de la soirée, mais M. Sacy recommande de le faire à chaque consommation. «À la fin, on ne se souvient pas bien de ce qu'on a bu», dit-il. Le téléphone vous indique ainsi votre degré d'alcoolémie. Une barre jaune vous avertit que votre taux d'alcoolémie a dépassé 0,05. Lorsque le seuil légal est franchi (0,08), une ligne rouge s'affiche.

Dans ces zones critiques, l'application prend certaines libertés, comme vous encourager à boire de l'eau, à cesser de boire de l'alcool ou à ne pas prendre votre voiture. D'une touche, l'utilisateur peut aussi appeler un taxi, Opération Nez rouge, ou trouver un arrêt d'autobus ou une station de métro. L'historique de consommation est aussi mis à profit: si vous avez trop bu dans des soirées précédentes, l'application se fera un devoir de vous le rappeler.

Design léché

Selon M. Sacy, il existait déjà plusieurs applications iPhone pour calculer le degré d'alcoolémie. «Mais elles étaient mal faites», déplore-t-il. Celle qui a été officiellement lancée hier est précise et son design est léché: «Il y a un aspect ludique à l'application, un aspect divertissant. La modération ne doit pas être une punition.»

Éduc'alcool prend le soin de préciser que l'application n'a aucune valeur légale. «Montrer votre iPhone à un barrage policier ne vous sauvera pas d'une contravention», dit-il. Il rappelle aussi que si l'appareil arrive à calculer fidèlement le taux d'alcoolémie, ce dernier n'est pas l'ultime mesure de la capacité de conduire. Une personne fatiguée, par exemple, peut avoir un taux de 0,04 et ne pas être en mesure de prendre le volant.

«C'est une application très utile et novatrice. Mais en définitive, les gens doivent utiliser leur jugement.»