Le candidat conservateur dans Chicoutimi-Le Fjord, Jean-Guy Maltais, veut ramener la circonscription dans le giron du pouvoir dans l'objectif de créer de la richesse pour permettre aux jeunes d'espérer avoir un avenir prometteur ici.

Louis Tremblay

Le candidat Maltais a lancé officiellement sa plate-forme électorale, hier, à son local de campagne, en présence de ses principaux organisateurs. Jean-Guy Maltais n'a jamais fait allusion au Parti libéral du Canada et à son candidat Marc Pettersen. Il a effectivement concentré ses attaques sur le Bloc québécois.

Jean-Guy Maltais se définit comme un véritable nationaliste qui a à coeur au premier plan les intérêts de la région au sein du Canada. Il affirme sans réserve que les bloquistes ne sont pas les seuls à pouvoir s'identifier au Québec comme ils le font sans gène avec le drapeau du Québec.

Tout au long de cette campagne, le candidat, qui a oeuvré pendant 40 ans dans le domaine des services financiers, entend convaincre les électeurs de l'importance d'élire un député qui sera en mesure d'obtenir l'appui du gouvernement pour réaliser des projets déjà mis de l'avant par d'autres organismes. Il rappelle que pendant les 30 derniers mois, la présence du ministre Jean-Pierre Blackburn a permis à la région d'obtenir des réalisations totalisant 240 millions $.

Le candidat a identifié d'entrée de jeu trois grands projets qui permettraient de créer des emplois à Saguenay. Le premier est celui de la création d'un parc technologique dédié à l'aéronautique dans le périmètre du terminal civil de l'aéroport de Bagotville. Selon ce dernier, le secteur de l'aéroport Trudeau à Montréal est totalement occupé et la région peut constituer une alternative. Il ajoute à ce projet la construction d'une desserte ferroviaire pour le terminal de Grande-Anse.

// La version complète du texte est disponible dans votre Quotidien.