À Montréal, automobilistes et piétons continueront à maugréer malgré les vacances de la construction. La réfection des trottoirs, de la chaussée, des viaducs, des ponts et des tunnels ne s'arrêtera pas. La Ville de Montréal compte même accélérer les travaux pendant cette période, étant donné que plusieurs personnes seront à l'extérieur de la région métropolitaine.

Pascal Ouandji

«On utilise de façon optimale cette période», lance Sammy Forcillo, le responsable des infrastructures au comité exécutif. «La période estivale est le moment propice: il y a moins d'usagers sur la route.»

La Ville a pour objectif d'achever les travaux dans une cinquantaine de chantiers d'ici à la fin du mois de novembre. En dépit de la pénurie de main-d'oeuvre, Robert Marcil, le directeur de la réalisation des travaux, reste optimiste: «On devrait atteindre nos objectifs.»

Cette année, les investissements consentis à l'amélioration des infrastructures routières et du réseau d'eau s'élèvent à 401 millions de dollars. En 2002, ils étaient de 126 millions. En six ans, les investissements ont triplé.

Selon M. Marcil, ces dépenses sont justifiées étant donné la désuétude des infrastructures: «Il y a eu très peu d'investissements dans les années 80-90. Le réseau est vétuste à cause du manque d'entretien.» « En ce moment, c'est une période de rattrapage», renchérit M. Forcillo.