Le lac Waterloo a connu son premier épisode d'algues bleues lundi. Fermée en matinée, la plage a toutefois pu être rouverte aux baigneurs dès hier.

Mis à jour le 23 juill. 2008
Isabel Authier

C'est en faisant des analyses visuelles que le sauveteur de la plage municipale a détecté dans l'eau la présence de filaments.

«Ce courant passait à travers l'aire de baignade, alors on a fermé la plage et avisé le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, ainsi que la Santé publique», explique le maire de Waterloo, Pascal Russell.

La municipalité a attendu 24 heures avant de réaliser d'autres analyses. Hier, l'eau était à nouveau limpide, ce qui lui a permis de rouvrir la plage.

«Là, on fait un suivi radical à toutes les heures», laisse entendre M. Russell, qui s'attend «à jouer au yo-yo comme ça tout l'été».

Au début du mois, M. Russell se réjouissait de l'absence d'algues bleues dans le lac. «Mes enfants se baignent. Ça fait quatre ans qu'on ne pouvait pas faire ça, avait-il déclaré à La Voix de l'Est. Je me croise les doigts par contre, parce que ça peut changer en 24 heures»

Malgré ce premier incident, le maire considère que la municipalité est choyée comparativement à l'année dernière, alors que la baignade avait été interdite dès la fin du mois de juin, après l'apparition d'une couche verdâtre sur l'eau.