Le pow-wow de Mashteuiatsh, la fête traditionnelle amérindienne, a été un véritable succès. L'achalandage a doublé pendant les trois jours de festivités.

Mis à jour le 21 juill. 2008
Louis Potvin

"Ça dépasse vraiment nos espérances, on s'attendait à avoir du monde, mais pas autant que ça. Nous avons accueilli beaucoup de gens provenant de différentes nations", explique le responsable du grand rassemblement des Premières Nations, Nelson Robertson.

En effet plus de 400 autochtones, provenant de différentes communautés du Québec, mais aussi de North Bay et Peterborough en Ontario sont venus festoyer au site communautaire de Mashteuiasth. Au total, c'est plus de 1500 personnes qui ont foulé le site samedi et dimanche.

Danseurs

C'est le nombre de danseurs qui se sont présentés pour effectuer les danses traditionnelles qui a surpris le plus l'organisation. "On pensait avoir 75 danseurs, comme l'an dernier. Ce nombre a doublé avec près de 150 danseurs. C'est formidable", lance Robertson.

Plusieurs non autochtones se sont rendus sur le site pour voir l'impressionnant spectacle de ces danseurs qui se tortillent au son des tambours que font vibrer une équipe d'une dizaine de batteurs. Chaque danse a une symbolique importante et a pour objectif d'interpeller différents esprits.

"Ils ont donné un excellent spectacle qui fut fort apprécié. On sent que nos communautés ont besoin de se rapprocher de ces traditions", souligne Robertson.

Aussi plusieurs activités sportives se sont déroulées pendant les trois jours. Samedi, ce fut le traditionnel triathlon autochtone ainsi que différentes courses de canots. La soirée s'est terminée par un feu d'artifice avec comme arrière-scène les eaux calmes du lac Saint-Jean.

Hier, plusieurs colosses ont participé aux compétitions de portage. Le chef Gilbert Dominique a fait bonne figure dans la catégorie endurance. Il a terminé au quatrième rang. Le défi consiste à porter une charge de 250 livres le plus longtemps possible.

Les festivités se sont achevées avec le fameux souper traditionnel. Au menu; gibiers, poissons, banique et autres spécialités autochtones.

En soirée, la fête s'est poursuivie au son de plusieurs musiciens qui se sont succédé sur la scène située sur les rives du Piékuagami.