Recherche Voyage

L'univers en 26 minutes au Planétarium

Les spectateurs de Nous sommes des étoiles découvrent l'histoire... (Image fournie par Espace pour la vie)

Agrandir

Les spectateurs de Nous sommes des étoiles découvrent l'histoire de l'Univers avec des personnages campés dans une fête foraine.

Image fournie par Espace pour la vie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De quoi sommes-nous faits? D'où provenons-nous? Voilà les deux questions posées dès les premières minutes du nouveau film Nous sommes des étoiles présenté au Planétarium de Montréal. Ce n'est pas dévoiler le punch de dire que nous sommes issus des étoiles, puisque le titre le révèle tout de go. Expliquer l'affirmation en 26 minutes tient toutefois de l'exploit.

Ce sont 13,8 milliards d'années auxquelles s'attaque le film d'animation projeté sur le vaste écran à 360 degrés. Bien installés sur de gros coussins dans le théâtre du Chaos, les spectateurs découvrent l'histoire de l'Univers avec des personnages qu'on a campés dans une fête foraine. Du big bang à aujourd'hui, Nous sommes des étoiles entreprend d'expliquer comment l'être humain est né. Vaste opération, mais fort heureusement, de mignons personnages interviennent ici et là pour apporter un peu de légèreté dans cette demi-heure très touffue.

«Il y a beaucoup de choses dans ce film, reconnaît Loïc Quesnel, communicateur scientifique au Planétarium. Si à la sortie, les spectateurs ne sont pas capables de reformuler tout ce qu'ils ont vu, ce n'est pas si grave», dit-il.

«L'important, c'est de comprendre qu'il y a une grande Histoire, que l'ensemble de ce que nous sommes est issu de la fusion nucléaire.»

De fait, le film s'attarde à deux concepts bien précis, soit la fusion nucléaire et la création des molécules, les «clés de la compréhension», dit Loïc Quesnel. Comme les grands, les plus jeunes pourraient ne pas tout comprendre des explications scientifiques qui sont données, mais il ne s'agit pas d'un impératif.

«Il y a un décalage entre la tranche d'âge et le contenu, mais on se rend compte que ce n'est pas irréconciliable. Les enfants vont s'attacher aux personnages et apprécier le langage visuel. À l'école, on leur parle déjà de planètes et de dinosaures», dit le communicateur scientifique.

Un peu étourdis!

À cet égard, les plus jeunes apprécieront peut-être davantage la deuxième moitié du film. Plus on s'approche de notre siècle, plus les images sont familières. À l'échelle de milliards d'années, les tyrannosaures sont presque nos contemporains... Quant aux plus grands, ils auront tout le loisir de s'attarder aux concepts plus complexes.

Qu'ils aient saisi tous les concepts ou pas, il y a fort à parier que bien des spectateurs quitteront la salle un peu étourdis. C'est un peu la faute à ce grand écran et aux images qui tournoient, mais c'est surtout en raison de la vaste histoire de l'Univers qui nous rappelle qu'on a beau être issus des étoiles, on n'en est pas moins petits.

Le film Nous sommes des étoiles est présenté en programme double avec le film Un jour sur Mars jusqu'au 14 mai 2017. L'âge minimum recommandé est de 7 ans ou plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer