Pour le bonheur des vaches

Suzanne Dufresne et sa famille se font un... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE, LA PRESSE)

Agrandir

Suzanne Dufresne et sa famille se font un point d'honneur de respecter le plus possible l'environnement et le cycle naturel de vie des animaux. La ferme suit les principes de l'agriculture biologique depuis plus d'une vingtaine d'années ; c'est l'une des dernières au Québec à produire des fromages au lait cru.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Elles sont rares au Québec, les vaches aussi heureuses que celles de la ferme Au gré des champs.

Suzanne Dufresne et sa famille se font un point d'honneur de respecter le plus possible l'environnement et le cycle naturel de vie des animaux. La ferme suit les principes de l'agriculture biologique depuis plus d'une vingtaine d'années ; c'est l'une des dernières au Québec à produire des fromages au lait cru, plusieurs ayant abandonné la pratique au fil des dernières années, découragées par les contrôles sanitaires imposés par les autorités fédérales et provinciales, alors que Suzanne Dufresne continue de défendre haut et fort cette « expression essentielle du terroir québécois ».

La ferme est bucolique à souhait. Petite, de taille humaine - on ne compte qu'une trentaine de vaches en lactation - et nichée au détour d'un rang qu'on ne saurait imaginer plus paisible. Les visiteurs peuvent se promener à leur guise aux abords des champs pour admirer le troupeau - rare au Québec - de jolies suisses brunes, réputées pour leur lait riche et goûteux. En arrivant vers 16 h 30, ils pourront assister à la traite. Règles de salubrité obligent, les visites de la fromagerie ne sont pas permises, mais l'atelier est fenestré pour permettre au public de suivre le processus à distance.

« Nous sommes là pour répondre aux questions : c'est à ça qu'on carbure, aux échanges avec les clients. On aime partager notre passion », raconte la fille de Suzanne, Marie-Pierre, qui, à 27 ans, vient de terminer son baccalauréat en agriculture à l'Université McGill pour mieux revenir travailler à la ferme.

On retrouve dans la boutique de la viande (sans hormones ni antibiotiques) et les fromages produits à la ferme de même que chez des producteurs soigneusement choisis de la région, ainsi que, la belle idée, du pain frais les samedis pour pique-niquer sur les tables à proximité. Mais surtout, on tâchera de passer le week-end du 18 juillet, alors que ce sera au tour du Gré des champs d'accueillir le Festival des fromagers artisans du Québec, grande foire gourmande où se réuniront fromagers, viticulteurs, brasseurs et boulangers dans une ambiance bon enfant, l'occasion idéale de rencontrer une foule de passionnés de la vie à la campagne. Attention : le retour à Montréal pourrait être particulièrement pénible, sans égard à la circulation...

Visites gratuites, non guidées

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Montérégie: renouer avec la ruralité

    Montérégie

    Montérégie: renouer avec la ruralité

    Dans l'imaginaire des Montréalais, Montérégie rime souvent avec banlieue-dortoir et centre commercial. Et quand on parle de son caractère agricole -... »

  • Des animaux à hauteur d'enfants

    Montérégie

    Des animaux à hauteur d'enfants

    Tout a commencé pour les enfants. « On voulait absolument les élever à la campagne », explique Pierre Pilon. C'était il y a plus de 20 ans. Il était... »

  • Démystifier la chèvre

    Montérégie

    Démystifier la chèvre

    Caroline Tardif s'amuse (encore) des questions que lui posent les Montréalais lorsqu'ils débarquent pour visiter sa ferme. « Les gens pensent souvent... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer