Démystifier la chèvre

On va donc au Ruban bleu, d'une part,... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORTION SPÉCIALE, LA PRESSE)

Agrandir

On va donc au Ruban bleu, d'une part, pour découvrir la vaste gamme de produits maison (essentiellement faits de lait de chèvre pasteurisé) : on raffole du Tuyau de poêle, un cendré, ou de La Beurrasse, une pâte très fraîche à tartiner, délicieuse avec du confit d'oignons dans les sandwichs.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORTION SPÉCIALE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Caroline Tardif s'amuse (encore) des questions que lui posent les Montréalais lorsqu'ils débarquent pour visiter sa ferme. « Les gens pensent souvent qu'on travaille 300 heures par semaine, qu'on n'a jamais une seule seconde de répit, ils ne comprennent pas comment on peut élever deux enfants en plus. Notre métier est bien mal connu. »

Il faut dire que la jeune mère de famille a de la graine d'entrepreneur - une formation en administration à l'UQAM - et qu'elle a bien retenu ce conseil que lui a donné un jour son père : « Si ta business est trop petite, tu y seras emprisonnée. » Très vite après avoir racheté la Fromagerie Ruban bleu, elle s'est donc débrouillée pour embaucher deux employés pour l'épauler et lui donner un peu de répit. Et pour ce faire, il fallait diversifier les activités.

On va donc au Ruban bleu, d'une part, pour découvrir la vaste gamme de produits maison (essentiellement faits de lait de chèvre pasteurisé) : on raffole du Tuyau de poêle, un cendré, ou de La Beurrasse, une pâte très fraîche à tartiner, délicieuse avec du confit d'oignons dans les sandwichs.

Mais on y va aussi pour admirer le verger que son conjoint, Jean-François Hébert, diplômé en gestion de plantation d'arbres fruitiers, a entrepris de planter il y a cinq ans, en suivant les meilleures règles de l'art botanique (dont la croissance en arcure Lepage) et de la culture biologique : un verger éclectique (pêches, poires, cerises, alouette). On a beaucoup à y apprendre.

Des visites d'une durée de 30 minutes sont organisées deux dimanches par mois, ou alors sur demande pour les groupes de 12 personnes et plus, visites qui sont alors plus longues (deux heures, avec une présentation PowerPoint) et qui survolent les aléas de l'élevage caprin et les rudiments de la fabrication du fromage. « On souffre encore de la méconnaissance des fromages de chèvre, il y a encore beaucoup de préjugés », regrette Caroline Tardif. Quelques minutes plus tôt, un client venait de demander s'il était possible d'acheter « des fromages qui ne goûtent pas trop ». « On serait plus populaires si on faisait du fromage en grains ! », constate Caroline Tardif. Mais c'est hors de question. On préfère l'éducation, qui passe par de généreuses dégustations tous les week-ends. S'instruire goûte parfois terriblement bon.

Visites exploratoires proposées deux dimanches par mois : gratuites ; 8 $ pour celles, plus élaborées, offertes sur demande aux groupes de 12 personnes et plus

http://www.rubanbleu.net/

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Des animaux à hauteur d'enfants

    Montérégie

    Des animaux à hauteur d'enfants

    Tout a commencé pour les enfants. « On voulait absolument les élever à la campagne », explique Pierre Pilon. C'était il y a plus de 20 ans. Il était... »

  • Montérégie: renouer avec la ruralité

    Montérégie

    Montérégie: renouer avec la ruralité

    Dans l'imaginaire des Montréalais, Montérégie rime souvent avec banlieue-dortoir et centre commercial. Et quand on parle de son caractère agricole -... »

  • Pour le bonheur des vaches

    Montérégie

    Pour le bonheur des vaches

    Elles sont rares au Québec, les vaches aussi heureuses que celles de la ferme Au gré des champs. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer