Les trouvailles des chemins de traverse

Dans de vieilles granges chambranlantes en bord de route ou dans des entrepôts... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Hyacinthe) Dans de vieilles granges chambranlantes en bord de route ou dans des entrepôts où tout est minutieusement classé, le Québec déborde de trésors, petits et grands, qui n'attendent que d'être adoptés. Adresses et conseils pour faire de belles trouvailles, avec des experts de la brocante.

Encans Gélineau&fils, Saint-Hyacinthe, mercredi midi. L'excitation commence à se faire sentir. Le bruit monte, les gens se pressent dans la salle.

Depuis le petit matin, les collectionneurs, commerçants et autres senteux tournent autour des meubles et objets de décoration qui seront vendus aux enchères à partir de 13h. Il y a de tout. Impossible de ne rien trouver d'intéressant quand on aime un peu la déco. Et pour les chasseurs de trésors, c'est carrément Disneyworld.

Il y a un vieux vélo, de splendides enseignes de garages, un jeu de baby-foot portable en bois, un immense presse-agrumes style streamline, des boîtes en bois, des meubles en bois, quelques objets d'art naïf, des collections de petites voitures et autres jouets d'enfants magnifiques qui seraient si jolis dans une chambre en ville.

Et ils le seront: dans l'assistance, plusieurs commerçants de Montréal et d'ailleurs font leurs provisions. Il y a aussi des caméras de télévision, car les trois animateurs de La fièvre des encans, populaire émission de la chaîne Historia, tournent un épisode de leur troisième saison.

Leur succès s'explique facilement: François Saint-Georges, Ken Meany et Beau Kavanagh sont de véritables personnages de roman. Ils aiment leur métier et sont d'excellents communicateurs. En discutant autour d'un meuble, les deux plus expérimentés, Ken et François, livrent de véritables leçons d'histoire du Québec. Nous leur avons demandé où aller pour faire des trouvailles pendant l'été, mais aussi pour en profiter pour sortir de la ville.

Encans Gélineau&fils est ouvert à tous. Horaire et détails des événements: www.encangelineau.com

La fièvre des encans www.historiatv.com/emissions

Ken Meany, collectionneur.... (PHOTO Marco Campanozzi, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Ken Meany, collectionneur.

PHOTO Marco Campanozzi, LA PRESSE

Pour les chasseurs de trésors, les foires et... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 2.1

Agrandir

Pour les chasseurs de trésors, les foires et les encans sont carrément Disneyworld.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Ken

Ken Meany est tombé dans la fièvre de la collection très jeune. Une professeure avait mis une annonce au babillard de l'école. Elle vendait un lit à fuseaux, et c'est le petit Kenneth, 12 ans, qui l'a acheté. Ken Meany travaille dans le monde du cinéma depuis 30 ans. Il s'assure qu'il n'y ait pas d'anachronismes dans une scène d'époque et trouve les bons costumes et accessoires. Parfois aussi, il y déniche de beaux morceaux. Comme sa table de cuisine, qu'il a rapportée de Harrington Harbour après le tournage de La grande séduction.

Un événement à ne pas manquer pour les néophytes?

Les meilleurs endroits pour trouver des trésors sont les vide-greniers de villages, dit Ken Meany. «Je suis parfois absolument étonné de ce que l'on peut y retrouver, dit-il. Mais il faut arriver tôt.» Il a un faible pour la grande vente annuelle qui se tenait mercredi et jeudi à Saint-Valentin, un petit village situé près de Lacolle, et celle de Napierville, qui a lieu la fin de semaine prochaine, les 24 et 25 mai. «Dans les foires et les encans, dit-il, si on réussit à passer une belle journée avec quelqu'un qu'on aime, en plus, l'objet qu'on va rapporter va devenir un souvenir.» Il faut aussi se rendre à Hemmingford, assure-t-il, le troisième week-end de septembre, où commerçants et résidants organisent une grande vente.

François

François Saint-Georges est commerçant depuis toujours. Il a fait son premier achat à 16 ans, un lit en merisier payé 18$ qu'il a mis environ 100 heures à décaper et retaper. Il l'a revendu 75$ à un copain et a attrapé la fièvre des encans. Il cherche des trésors depuis et tient une boutique dans la rue Notre-Dame Ouest, Antiquité Ada, depuis 22 ans.

Un événement à ne pas manquer pour les néophytes?

L'encan d'automne chez Randall Finnegan à Rockburn, à ne pas confondre avec le célèbre marché aux puces d'Hudson. «Vous allez y trouver toutes sortes de choses, dit-il. Des petits trucs à 50 sous comme des belles pièces. C'est dehors et c'est bucolique, tout le monde s'amuse.»

www.randallfinnegan.com




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer