Recherche Voyage

Le maire de Venise dément l'interdiction des valises à roulettes

Le «commissaire extraordinaire» de Venise, faisant fonction de maire, a démenti... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ROME

Le «commissaire extraordinaire» de Venise, faisant fonction de maire, a démenti vendredi toute volonté d'interdire les bagages à roulettes en plastique pour soulager les habitants exaspérés par le bruit de millions de roulettes sur les pavés.

«Je souhaite démentir avec fermeté que la municipalité de Venise n'ait jamais pensé à interdire les trolleys dans le centre historique», assure Vittorio Zappalorto dans un communiqué.

Un précédent document de la municipalité indiquait que «le transport de matériaux, choses ou personnes» ne serait autorisé dans le centre historique et dans les îles qu'avec des moyens disposant de roues en caoutchouc, ou gonflées avec de l'air ou des liquides.

La Cité des doges est «le plus grand monument touristique du monde aujourd'hui, agressé par au moins 27 millions de touristes», faisait valoir ce premier communiqué, alors que la presse évoquait des amendes allant de 100 à 500 euros (entre 140 et 700 dollars).

Mais selon M. Zappalorto, la mesure envisagée ne concerne que les chariots de marchandises qui viennent livrer, tôt le matin, magasins, hôtels et restaurants dans les zones piétonnes.

«En ce qui concerne les trolleys, il est sûr que les roues dures contribuent à endommager les pavés des ruelles et surtout des ponts, justement en raison des coups provoqués par les montées et descentes. Mais cela ne veut pas dire que la municipalité en interdira l'usage», a insisté M. Zappalorto.

Il a cependant espéré que le «battage médiatique» autour du projet incite des entreprises à chercher «une solution adaptée aux problèmes de Venise comme des autres vieilles villes» assaillies par les touristes et leurs valises.

Cela serait «certainement une bonne action qui contribuerait à la sauvegarde des biens architecturaux et à la tranquillité des résidents et touristes», a estimé M. Zappalorto, nommé en juin après la démission du maire Giorgio Orsoni en raison de son implication dans un vaste scandale de corruption et de blanchiment d'argent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer