Recherche Voyage

Airbnb aux Catacombes fait grincer des dents à la mairie de Paris

Les catacombes comprennent des murs entiers d'ossements provenant... (Photo tirée du site Airbnb)

Agrandir

Les catacombes comprennent des murs entiers d'ossements provenant essentiellement des cimetières parisiens qui «débordaient» à la fin du 18e siècle.

Photo tirée du site Airbnb

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

La privatisation des Catacombes de Paris, à l'occasion de la nuit d'Halloween et au profit du site américain de location Airbnb, fait grincer des dents à la mairie, où l'opposition veut demander l'annulation de l'opération.

Airbnb a loué, pour une somme qui serait de 350 000 euros, l'ossuaire des Catacombes pour proposer au gagnant d'un jeu-concours de vivre «une expérience qui sort de l'ordinaire».

«Descendez dans les tréfonds de la Terre et découvrez les histoires à glacer le sang de ce mystérieux labyrinthe souterrain (...)», a promis Airbnb au futur couple gagnant, avec «cauchemars garantis» dans ce lieu très prisé des touristes, le tout avec «vrai lit» et petit-déjeuner inclus.

L'opposition de droite au Conseil municipal, qui se réunira lundi prochain, a annoncé son intention de demander «l'annulation du jeu-concours».

«Qu'on loue les égouts ou les dessous des ponts ne nous pose pas de problème», a déclaré à l'AFP Eric Azière (UDI-Modem, centre-droit), «mais là, il s'agit d'un ossuaire et donc la mémoire de femmes et d'hommes, on ne joue pas avec ça».

Les catacombes comprennent des murs entiers d'ossements provenant essentiellement des cimetières parisiens qui «débordaient» à la fin du 18e siècle. Ils ont alors été entreposés dans des carrières souterraines abandonnées.

Le groupe écologiste a lui montré du doigt Airbnb qui «pratique l'optimisation fiscale». «Quitte à faire cette opération, 350 000 euros nous semblent insuffisants», ont déclaré les deux présidents de ce groupe qui s'étaient déjà insurgés d'apprendre l'opération «par voie de presse».

Selon la mairie, toutes les garanties de respect du lieu ont été données par Airbnb. Toujours d'après la mairie, le produit de la privatisation serait «dédié à la préservation de ce patrimoine».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer