Recherche Voyage

La plus vieille librairie du voyage

Catherine Domain, propriétaire de la librairie Ulysse, a... (Photo Anabelle Nicoud, la Presse)

Agrandir

Catherine Domain, propriétaire de la librairie Ulysse, a été la première à ouvrir une librairie consacrée au livre de voyage.

Photo Anabelle Nicoud, la Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(PARIS) Quand on passe la porte du 26, rue Saint-Louis-en-l'Île, à Paris, on entre directement chez Catherine Domain. La librairie Ulysse ne ressemble en effet à aucune autre. Avec plusieurs milliers de guides, romans, récits de voyage, des cartes rares, on ne s'y repère qu'avec l'aide de Catherine, grande voyageuse et libraire depuis... 1971.

« Je suis allée dans tous les pays qui sont là », dit Catherine en souriant, montrant d'un geste vaste les étagères remplies du sol au plafond. Sa vie est en effet un roman, et Catherine Domain est tombée dans les voyages dès son plus jeune âge : adolescente, elle a été envoyée en pensionnat en Angleterre, puis est partie sur un campus américain. Ç'a été la révélation.

« C'était un univers complètement différent, se souvient-elle. Je me suis dit : si c'est comme ça, je vais aller partout. » On peut dire qu'elle a tenu parole. Pendant 10 ans, Catherine Domain a bourlingué. Katmandou, Oman, îles du Cap-Vert, Hawaii, Brésil... Nous étions dans les années 60, et elle faisait figure de précurseure à la mode des grands voyages.

Après 10 ans de voyage autour du monde, elle a décidé de poser ses valises à Paris et d'ouvrir la première librairie consacrée au livre de voyage, dans l'île Saint-Louis.

« Quand je partais en voyage, je cherchais des choses à lire avant. Mais cela n'existait pas », confie Catherine Domain.

Son commerce a rapidement été remarqué par la presse parisienne, et les années 70 ont été une période faste. « Après sont venues les crises. Je ne sais faire que ça : alors je m'accroche », dit Catherine Domain. Elle a notamment dû quitter son premier local, au numéro 35 de la même rue, poussée par la spéculation immobilière, mais elle en a trouvé un nouveau, quelques pas de porte plus loin.

Le local actuel de sa librairie a été une banque - connue pour avoir été le théâtre d'un braquage spectaculaire dans les années 70. Catherine glisse en riant qu'au sous-sol, on trouve encore les coffres-forts. Mais ce que l'on trouve surtout ici, c'est le travail d'une vie, et d'une passion pour le voyage et la découverte. Afrique, Europe, Asie, Amérique ou tours du monde (« et un peu de France »). La librairie est une invitation aux voyages. Pendant que nous discutons avec la libraire, un couple passe la porte. Il cherche à préparer un voyage au Rajasthan.

Catherine Domain a également ouvert une autre librairie Ulysse à Hendaye, dans le Pays basque français, où elle passe une partie de ses étés. Elle y a créé un prix littéraire et nous montre fièrement une photo de sa librairie. La vue sur l'océan Atlantique y est spectaculaire. Comme une invitation à prendre le large, encore et encore.

Librairie Ulysse 26, rue Saint-Louis-en-l'Île, Paris

L’usage du monde, de Nicolas Bouvier... (PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR) - image 2.0

Agrandir

L’usage du monde, de Nicolas Bouvier

PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR

Oasis interdites – De Pékin au Cachemire, d’Ella Maillart... (PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR) - image 2.1

Agrandir

Oasis interdites – De Pékin au Cachemire, d’Ella Maillart

PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR

LIVRES DE VOYAGE : LA LISTE DE CATHERINE DOMAIN

L'usage du monde, Nicolas Bouvier (1963)

« Nicolas était un ami. Ce livre est l'essence même du voyage. C'est le premier qui a tout compris. Mais à l'époque où il a été publié, il n'a eu aucun succès. Pourquoi ? Parce que les gens n'avaient pas voyagé. Ils ne comprenaient pas. Nicolas avait dû racheter les stocks de son livre à son éditeur. Je lui ai dit : donne-les-moi, je vais te les vendre. Et c'est ce que j'ai fait. Je disais aux clients, ramenez-le-moi si vous ne l'aimez pas. Eh bien, il y a des gens qui me l'ont rapporté ! Mais je leur ai fait honte. »

Oasis interdites - De Pékin au Cachemire, Ella Maillart (1937)

« J'ai lu ça sur un canapé en Suisse, chez un ami. Je lui ai dit : "Cette femme est formidable ! J'aimerais la connaître." Il la connaissait, il lui a téléphoné, nous sommes allés la voir chez elle, à Chandolin [Suisse]. C'était une femme éblouissante. Je n'étais pas encore libraire, mais j'ai contribué à faire rééditer ses livres. »

Au-dessous du volcan, Malcolm Lowry (1947)

« J'ai eu toutes les peines du monde à le lire ! J'ai finalement réussi à le lire en Égypte. C'est le livre le plus difficile au monde que j'ai eu à lire. »

Le Prophète, Khalil Gibran (1923)

« Un jour, je reçois un courrier d'un prisonnier. Il m'écrit qu'il a l'intention de partir en voyage. Je choisis de lui répondre en faisant comme s'il n'était pas en prison. À l'époque, il était question de le condamner à la peine de mort. C'est la première fois que la peine de mort m'a interpellée. Je suis tombée sur le livre Le Prophète et je le lui ai envoyé, et la correspondance s'est arrêtée là. Je ne voulais plus continuer. Mais je recommande à tous les gens qui ont des problèmes graves de le lire. »

Seul autour du monde à la voile, Joshua Slocum (1899)

« C'est le premier navigateur qui a traversé l'Atlantique seul. J'adore les bateaux, et j'adore ses livres. J'avais beaucoup aimé aussi J'ai choisi les îles de Sir Arthur Grimbel. Je suis d'ailleurs allée aux îles Gilbert dans les années 90. Mais je ne voyage plus pour voyager aujourd'hui. Zoner, j'ai donné : dormir dans les fossés ou sur les tables de cuisine, je n'ai plus 20 ans, c'est fini. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer