Recherche Voyage

Paris fait du charme aux touristes pour les attirer pendant les soldes

Paris réitère cette année son opération séduction pour attirer les touristes à... (Photo PHILIPPE WOJAZER, Reuters)

Agrandir

Photo PHILIPPE WOJAZER, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Kauffmann
Agence France-Presse
Paris

Paris réitère cette année son opération séduction pour attirer les touristes à l'occasion des soldes, convaincue que «tourisme et commerce constituent un cercle vertueux» et que les visiteurs étrangers sont le nerf de la guerre.

«À Paris, un touriste chinois dépense six fois plus en magasinage qu'un touriste français», a souligné mardi Christian Mantei, directeur général d'Atout France (qui promeut la destination France), lors de la présentation d'une étude de l'Office du tourisme de Paris (OTCP) à la veille de l'ouverture des soldes.

Avec la crise, la fréquentation de la capitale par les touristes français a baissé d'environ 7% en nuitées hôtelières l'an dernier, estime l'Office d'après les chiffres à fin novembre. À l'inverse, celle des étrangers a progressé de 5%. Paris avait accueilli 29 millions de touristes en 2012 et l'année 2013 devrait finir en recul de 0,5%, a dit à l'AFP Thomas Deschamps, le responsable de la statistique.

Par ailleurs, selon l'étude, 53% des touristes étrangers à Paris font du magasinage contre 26% des Français. «Les touristes qui consomment le plus sont aussi ceux dont la croissance de fréquentation a été la plus forte ces dernières années», relève le directeur général de l'OTCP, Nicolas Lefebvre.

Pour Christian Mantei, «les soldes d'hiver sont un bon argument pour remplir les hôtels parisiens en période de creux» et pour inciter les touristes à dépenser -- l'un des objectifs clés de la France, qui rêve de damer le pion à l'Espagne en la matière...

Paris a ainsi lancé la 8e édition de son Paris Shopping Book, proposant adresses, réductions et itinéraires de magasinage, du «trendy» au luxe.

Difficile de mesurer les retombées économiques de l'initiative. Mais '«il faut absolument promouvoir l'idée que le magasinage est un but en soi», estime Thierry Le Roy, le président de l'Office, alors que l'étude souligne l'évolution de l'offre ces dernières années (nouveaux centres commerciaux, boutiques d'aéroport, etc.).

Pour M. Mantei, «il y a une vraie marge de progression sur le magasinage de Noël par rapport à celui du Nouvel An et une carte à jouer avec les soldes». Atout France va «renforcer la promotion via les réseaux sociaux en visant surtout la clientèle européenne», la plus encline à venir passer quelques jours à Paris pour du magasinage, affirme-t-il à l'AFP.

«Derrière le romantisme, les sacs à main»

Les clientèles lointaines, souvent plus dépensières, seront elles aussi visées. «Derrière le romantisme qu'on vend aux Chinois, par exemple, il y a souvent des sacs à main», dit M. Mantei.

Quand ils séjournent à Paris, les touristes étrangers consacrent au magasinage 19% de leurs dépenses, contre 11% pour les Français, relève l'étude. Au prorata, les champions sont les Chinois (34%) -- environ 1500 euros par séjour, devant les Japonais (29%), les Russes (27%), les Coréens (24%), les clients du Moyen-Orient (23%), les Brésiliens (22%) et Mexicains (20%).

Les Américains, première clientèle étrangère, ne consacrent au magasinage que 13% de leur budget, comme les Allemands et les Néerlandais, les Suisses 16%, les Belges 15%, les Italiens 12% et les Britanniques 9%.

En volume global d'achats détaxés, ce sont les Chinois qui dépensent le plus à Paris, devant les Russes et les Japonais, rappelle l'étude. Le Top 5 de la dépense moyenne est lui entièrement asiatique, Chinois en tête.

Au Printemps, un touriste étranger laisse en moyenne 1700 euros, selon l'étude.

Les touristes sont-ils contents de l'offre de magasinage parisienne ? Oui à 92%, assure l'étude. Les Anglo-saxons sont «les plus dithyrambiques». Les plus critiques sont les Coréens (81%) et les Japonais (84%).

Et non, «il n'y a pas de fuite des touristes le dimanche» pour cause de commerces fermés, assure l'Office de tourisme, qui est toutefois «convaincu qu'un assouplissement du travail dominical contribuerait à une activité accrue et à une hausse des dépenses» touristiques.

Sur ce terrain, Lyne Cohen-Solal, adjointe au maire de Paris, a rétorqué devant la presse que «le charme de Paris» est aussi lié à ses «petits commerces», qui «vont mourir si tous les grands magasins veulent ouvrir le dimanche».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer