Recherche Voyage

Balade dans la mythique forêt de Brocéliande

En s'élançant sur les traces de la fée Morgane, les promeneurs prennent bien... (photo RelaxNews)

Agrandir

photo RelaxNews

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
TRÉHORENTEUC, France

En s'élançant sur les traces de la fée Morgane, les promeneurs prennent bien garde à ne pas déranger les korrigans tout en écoutant avec attention la conteuse qui les plonge au coeur de la légende arthurienne, le temps d'une balade en forêt de Brocéliande.

En préambule aux trois heures de balade au «Val sans retour», le domaine dont Morgane, demi-soeur du roi Arthur, ne peut pas s'échapper, les maris infidèles sont prévenus qu'ils risquent de ne plus en ressortir, car les sortilèges qui entourent le lieu sont nombreux.

Ici, entre les nuances vertes des arbres et des fougères et le pourpre du schiste ferreux, qui affole les boussoles, c'est le pays des fées, des chevaliers et des magiciens. Chaque pierre, chaque arbre, chaque plan d'eau sont intimement liés à une histoire.

Même le houx que l'on croise au bord des chemins n'est autre que des serpents transformés par Merlin qui hante encore les lieux. «On a l'impression d'être immergés dans la légende, c'est assez mystérieux», commente Santiago Ficher, venu en famille de Belgique.

À chaque étape, les légendes arthuriennes se mêlent aux contes populaires et aux histoires inventées par Marie-Laure Pilard, la conteuse du jour.

On y découvre le «Miroir aux fées», un étang dans lequel sept fées vivaient cachées des hommes, se mirant à la surface de l'eau, avant de se déchirer à cause d'un chevalier dont l'une d'elles est tombée amoureuse, leur sang donnant à la terre cette teinte pourpre.

Plus loin l'»Arbre d'or», vestige d'un incendie qui a ravagé le val, transformé par l'artiste François Davin en 1990 qui l'a recouvert de feuilles d'or, domine cinq arbres calcinés, symbole de la préciosité de la nature. Il est protégé par une mer de pierres pointues dont d'aucuns vous diront qu'il s'agit de korrigans, pétrifiés pour avoir tenté de voler les feuilles d'or de l'arbre.

Tomber sous le charme

Bernard participe pour la seconde fois à cette balade, charmé par «l'imaginaire, le côté mystérieux, la confusion entre les arbres, les animaux, les humains». «Il faut accepter d'être un enfant», explique-t-il, pour tomber sous le charme du lieu.

Après un sentier abrupt, entre boue et rochers glissants, le chemin mène au «Siège de Merlin», un énorme rocher dentelé, vestige d'un dragon pétrifié par l'enchanteur, sur les hauteurs du val.

Plus loin un autre rocher en forme de coeur brisé n'est autre que l'amant de la fée Morgane et sa maîtresse, pétrifiés par la fée et désormais séparés l'un de l'autre de quelques centimètres, inaccessibles pour l'éternité.

La balade de quatre kilomètres se termine par le retour à Tréhorenteuc pour visiter l'étonnante église du village surnommée «l'église du Graal», mêlant sur ses vitraux et iconographies motifs chrétiens et légendes arthuriennes.

Un moment qui a enchanté David et Michèle Vincent, venus du Pas-de-Calais avec leurs deux enfants, armés d'épées en bois, pour baigner une semaine dans l'imaginaire du pays de Brocéliande.

Leur périple les a déjà menés dans la matinée à la Fontaine de Barenton, où se cachent les fées et où il ne faut surtout pas verser d'eau sur la pierre plate située à côté, de peur de réveiller un orage. Ce que d'ailleurs aucun visiteur ne s'est aventuré à faire.

Ils iront aussi voir le tombeau de Merlin et d'autres lieux de légende de cette forêt. Car le choix est vaste entre les balades contées de l'office du tourisme du pays de Mauron, celles de l'office du tourisme de Paimpont, et aussi les balades contées proposées par les guides privés et le centre de l'imaginaire arthurien.

L'accès est possible grâce à un accord passé avec les propriétaires privés de la forêt, qui possèdent 90% des 7500 hectares accessibles. Les 5000 hectares restants sont la propriété de l'école militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan.

Rien qu'à Tréhorenteuc, ce sont ainsi pas moins de 13 500 personnes qui ont profité des balades contées en 2012.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer