Recherche Voyage

Tableaux de Normandie

Claude Monet a souvent peint les clochers en... (Photo: CRT Normandie)

Agrandir

Claude Monet a souvent peint les clochers en Normandie. En haut, le détail d'une peinture du clocher de l'église Sainte-Catherine de Honfleur. En bas, le clocher de la athédrale de Rouen, qui a servi de modèle à une série de 40 tableaux.

Photo: CRT Normandie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:6857:liste;la boite:1217582:box

En photos

Andrée Lebel
La Presse

Le Vieux Bassin de Honfleur, le port du Havre, la cathédrale de Rouen et les jardins de Giverny ne sont pas seulement des titres de tableaux. Plusieurs de ces lieux devant lesquels les impressionnistes ont planté leur chevalet au XIXe siècle n'ont pas changé. Après les avoir découverts en peinture, c'est un véritable bonheur de les visiter.

Jusqu'à la fin du mois de septembre, le festival Normandie impressionniste célèbre la contribution des peintres de la lumière à l'évolution de l'art. Plusieurs expositions, des bals populaires et des déjeuners sur l'herbe sont au programme. Les vitrines des magasins prennent les teintes des oeuvres de Monet tandis que les chefs s'inspirent des recettes du peintre pour concocter des menus tout en finesse. Une centaine de villes et villages de Normandie, situés à proximité les uns des autres, participent à cette grande fête multidisciplinaire.

Au-delà du festival, il y a le charme tranquille de la région avec les vaches assoupies sous les pommiers, les nombreuses plages et les magnifiques ciels humides, qui ressemblent étrangement à ceux des toiles peintes dans la région.

Voici les principales étapes d'un parcours impressionnant.

Honfleur

Le berceau de l'impressionnisme

En arrivant à Honfleur, j'ai immédiatement retrouvé l'ambiance des tableaux impressionnistes. C'est là que tout a commencé quand Eugène Boudin, originaire de la ville, a convaincu son ami Claude Monet, qui vivait au Havre, de venir peindre avec lui en plein air. Bazille, Pissarro, Corot, Courbet, Renoir, Degas, Jongkind et quelques autres se sont ensuite joints à eux.

Grande admiratrice du tableau Le déjeuner sur l'herbe d'Édouard Manet, j'ai fait un pique-nique au Domaine d'Apreval, situé tout près de l'ancienne ferme Saint-Siméon où se rencontraient les impressionnistes. En plus de la nappe et des victuailles dans un panier d'osier, on fournit le canotier. À l'orée de cet immense verger, avec les ânes qui se promenaient dans les champs et la distillerie d'où émanaient des odeurs de pommeau et de calvados, j'ai eu l'impression d'entrer dans un tableau. Les excellents fromages de la région (Camembert, Livarot, Pont-L'Évêque) ont transformé le pique-nique en festin.

Le centre-ville de Honfleur est une fenêtre ouverte sur le parcours des artistes célébrés dans le monde entier. En plus d'un musée consacré à Eugène Boudin, reconnu comme le précurseur de l'impressionnisme, les nombreuses galeries d'art témoignent de leur héritage.

Honfleur a conservé son authenticité avec ses rues pavées et ses vieilles maisons à colombages. Autour de l'église Sainte-Catherine, dont le clocher a été immortalisé par Monet, le marché attire aussi bien les résidants que les touristes. Tout comme le Vieux Bassin avec ses voiliers et ses nombreuses terrasses d'où émanent les odeurs de moules et de galettes normandes.

La cité portuaire, d'où partit Champlain pour venir fonder Québec en 1608, est si agréable qu'on peut y passer deux ou trois jours. Situé à proximité de Trouville et de Deauville, Honfleur est un bon point de départ pour visiter la Normandie.

Le havre

Une lumière exceptionnelle

Au Havre, la mer semble sans fin, le vent du large est envoûtant, le ciel constamment changeant et les couleurs gorgées de lumière. C'est là qu'a grandi Monet avant d'y peindre Impression, soleil levant, le tableau qui donna son nom au mouvement impressionniste.

Maintenant classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, Le Havre est l'un des plus grands ports de plaisance d'Europe et le deuxième port de France. J'ai eu un coup de coeur pour cette ville entièrement reconstruite de 1946 à 1965, après avoir été anéantie par les bombardements de 1944.

L'audace des immeubles comme l'hôtel de ville et l'église Saint-Joseph, d'Auguste Perret, ou encore de l'intrigante masse blanche du Volcan (surnommé le «pot de yaourt»), d'Oscar Niemeyer, ont de quoi surprendre.

Près du port, le musée Malraux, tout en verre et en acier, compte l'une des plus belles collections impressionnistes en dehors des musées parisiens. Plusieurs des tableaux ont été achetés directement des peintres par l'amateur d'art havrais Olivier Senn, dont la collection a été offerte au musée par sa petite-fille. Le musée possède aussi 70 oeuvres de Raoul Dufy, né au Havre.

Les amateurs d'architecture voudront passer plusieurs jours au Havre tandis que les fans de l'impressionnisme visiteront les alentours. La station balnéaire Sainte-Adresse, qu'ont peinte Monet et Renoir, est devenue un beau quartier avec ses maisons cossues et ses célébrités.

Étretat est un joli petit village dont les falaises crayeuses ont fasciné plusieurs peintres. En bord de mer, des tables de lecture avec photo sont posées à l'endroit même où certains tableaux ont été réalisés. On constate ainsi que le paysage qui a servi de modèle à Monet pour Les bateaux de pêche à Étretat est demeuré intact.

Rouen

La capitale de l'impressionnisme

Plusieurs rues, églises et ponts de Rouen ont été peints à toute heure du jour. Par exemple, la série des 28 Cathédrales de Monet a été réalisée en 1892 dans trois ateliers loués successivement en face du chef-d'oeuvre de l'art gothique qu'est la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Monet, qui a instauré les séries en peinture, voulait capter les subtils et rapides changements de la lumière sur la façade ouest de la cathédrale. N'hésitez surtout pas à y entrer car l'intérieur est tout aussi remarquable.

Dans le cadre de l'exposition Une ville pour l'impressionnisme, le Musée des beaux-arts de Rouen a réuni 11 tableaux de la série des Cathédrales. Un bel exploit puisqu'ils sont normalement éparpillés dans différents musées et collections privées partout dans le monde.

Cette exposition, la plus spectaculaire du festival Normandie impressionniste, comprend aussi six oeuvres de Gauguin. Elles font partie d'une série de 40 tableaux réalisés en 1884 pendant les 10 mois que le peintre a passés à Rouen. N'ayant pas réussi à en vendre un seul, Gauguin a décidé de s'éloigner des impressionnistes.

Les touristes sont invités à peindre leurs impressions dans un des ateliers que louait Monet en face de la cathédrale. Le matériel est fourni et s'initier à la technique du grand maître dans l'espace où il a travaillé est une belle expérience.

Ça vaut la peine de passer au moins une nuit à Rouen, ne serait-ce que pour voir le spectacle Les nuits impressionnistes projeté sur le Musée des beaux-arts à la tombée de la nuit.

Le Vieux Rouen est très pittoresque autour de la rue du Gros Horloge et les vitraux de l'église Sainte-Jeanne-d'Arc sont l'un des plus beaux ensembles d'Europe. On peut aussi se rendre à La Bouille, dont le nom revient souvent dans les titres des peintures. À partir de ce charmant petit village, on offre des croisières d'une heure et demie jusqu'à Duclair. Ce trajet sur l'une des plus belles boucles de la Seine m'a permis de comprendre la passion de Sisley et de Pissarro pour les reflets argentés qui dansent sur l'eau et les lumières diffuses qui enveloppent la vallée de la Seine.

Giverny

Le jardin de Monet

L'endroit où vécut l'artiste pendant les 43 dernières années de sa vie est un incontournable du parcours impressionniste. Après le Mont- Saint-Michel, le jardin de Monet est l'attraction touristique la plus populaire en Normandie. «Mon plus beau chef-d'oeuvre, c'est mon jardin», disait le peintre.

Après avoir fait creuser un étang, dessiné et aménagé lui-même les espaces selon sa palette de couleurs, l'artiste s'est entouré de jardiniers quand ses toiles ont commencé à se vendre aux États-Unis en 1889. Il a passé le reste de sa vie (il est mort en 1926 à l'âge de 86 ans) à peaufiner son jardin et à le peindre sous tous les angles. Sa série Nymphéas constitue le summum de ses deux passions, jardinage et peinture.

C'est avec émotion que j'ai marché sur le pont japonais où les touristes font la queue pour se faire photographier. Un conseil: allez-y en fin d'après-midi quand les lieux retrouvent leur tranquillité et que les ombres jouent avec les couleurs.

La maison du peintre, restaurée à l'identique, est tout aussi fascinante. Elle permet de saisir son état d'esprit, de se faire une idée de sa vie familiale et sociale. De plus, elle renferme une extraordinaire collection d'environ 300 estampes japonaises que Monet a acquises au cours de sa vie.

Juste à côté, le Musée des impressionnismes présente cet été une exposition qui retrace le fil du mouvement de 1833 à 1906. Même s'il s'agit d'oeuvres mineures, elles ont le mérite de bien illustrer les différentes périodes de l'impressionnisme. J'ai eu un coup de coeur pour deux peintures de Gustave Caillebotte que l'on voit rarement.

En revenant vers Paris, on peut s'arrêter à Lyons-la-Forêt, au milieu de la plus grande forêt de Normandie. C'est l'un des plus beaux villages de France. J'ai dormi à l'hôtel Le Grand Cerf superbement restauré après avoir dégusté dans sa magnifique salle à manger les délices du chef Christophe Poirier. Ce dernier vient d'être reconnu par Gault&Millau pour sa cuisine inventive et raffinée.

On y va

La Normandie est à environ 200 km de Paris. On s'y rend facilement en voiture ou en train.

Hébergement

Les villes et villages de Normandie offrent plusieurs types d'hébergement à tous les prix. Cela va des hôtels de grand luxe comme le Normandy Barrière de Deauville à des chambres d'hôtes en passant par les nombreux hôtels de charme.

À lire

Normandie Carto (éditions Gallimard, 15,95$). J'adore les guides de la collection Carto. Ils sont légers, précis et faciles à consulter.

Impressionnisme (de Karin H. Grimme, éditions Taschen, 96 pages, 13,95$). C'est complet sans être indigeste.

La Normandie des impressionnistes (Le Guide du Routard 2010, Hachette, 24,95$). Un Routard tout en couleur et avec 12 itinéraires.

Quelques expositions de l'été

Une ville pour l'impressionnisme, Musée des beaux-arts de Rouen.

L'impressionnisme au fil de la Seine, Musée des impressionnismes, à Giverny.

L'estampe impressionniste, Musée des beaux-arts de Caen.

Honfleur entre tradition et modernité, Musée Eugène-Boudin, à Honfleur.

Degas inédit, Musée Malraux, au Havre.

Renseignements

www.normandie-impressionniste.fr

ca.franceguide.com

Les frais de ce voyage ont été payés par Atout France. Transport assuré par Air France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer