Recherche Voyage

Cinq raisons de sortir de San Juan

Culebra est l'une des îles où il fait... (Photo Thinkstock)

Agrandir

Culebra est l'une des îles où il fait bon de ne rien faire.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Pier Duplessis
La Presse

(Porto Rico) Le tiers des touristes qui s'arrêtent à Porto Rico le font de passage en croisière. Ils débarquent à la marina du Vieux San Juan et s'imprègnent, le temps d'une journée ou deux, de l'ambiance du quartier historique. Bien que la cité péninsulaire mérite amplement que l'on s'y attarde, l'île au complet a beaucoup plus à offrir aux touristes en quête d'aventures et de paysages paradisiaques. Voici cinq incontournables.

Se faire dorer à Vieques ou à Culebra

Envie de faire le farniente et de s'imprégner du style de vie typique et décontracté des Caraïbes? Il suffit de voguer ou de s'envoler vers Vieques ou Culebra, deux petites îles situées à une dizaine de kilomètres à l'est de l'île principale. Véritables petits bijoux pour les amateurs de plages de sable blanc et d'eau cristalline, ces territoires ont longtemps servi de base militaire pour l'armée américaine. Le territoire aujourd'hui protégé n'a donc pas été envahi par les complexes hôteliers.

La plage Flamenco à Culebra est souvent considérée comme l'une des plus belles plages du monde, tandis que Vieques n'est pas en reste avec sa dizaine de plages isolées dans son refuge naturel, à mi-chemin entre les villes d'Esperanza et d'Isabel Segunda.

On se rend à Vieques et à Culebraen en traversier (1h-1h30 min, 2$ par personne) à partir de Fajardo ou en avion (10 minutes, environ 35$) de l'aéroport régional de Ceiba, à une dizaine de kilomètres au sud de Fajardo ou de San Juan (30 minutes, environ 70$).

Rincón est l'endroit où l'on trouve les meilleures... (Photo Thinkstock) - image 2.0

Agrandir

Rincón est l'endroit où l'on trouve les meilleures vagues de l'île.

Photo Thinkstock

Faire du surf à Rincón

Amateurs de surf, sachez que l'ouest est la destination pour vous! Rincón, dont le nom vient du fait qu'il forme un «coin» sur la carte où l'on trouve les meilleures vagues de l'île, a tout du paradis typique des surfeurs qui affluent de partout dans le monde, surtout de l'est des États-Unis, pour s'exercer sur leur planche.

Le meilleur de la saison s'étire de la mi-octobre à la fin du mois d'avril. En dehors de cette période - septembre étant le mois le plus creux -, il se peut que vous vous sentiez parfois seul sur la plage, à moins que ce ne soit la fin de semaine. «Parfait pour attraper plus de vagues!», diront les instructeurs, qui offrent des cours d'initiation de deux heures pour 80 à 100$ par personne. Parfait aussi pour la plongée en apnée, qui se pratique à Steps Beach, aire protégée pour la conservation de la vie marine.

Pagayer dans des eaux phosphorescentes

Porto Rico est l'une des rares destinations où l'on peut faire du kayak de nuit pour observer le phénomène des baies bioluminescentes. La plus spectaculaire est certainement la Bahia Mosquito, à Vieques, reconnue comme étant l'endroit du monde où l'on trouve la plus grande concentration de dinoflagellés, ces micro-organismes qui illuminent la baie sous le mouvement de l'eau.

Ne vous attendez pas à voir une aura fluorescente se dessiner sous votre embarcation, comme le laissent croire certaines publicités, mais vous verrez très certainement que chaque coup de pagaie formera une traînée lumineuse et bleutée dans l'eau particulièrement chaude de la baie. Si certains guides tolèrent que vous y piquiez une saucette, sachez que la baie est interdite à la baignade depuis septembre 2011.

Le parc national d'El Yunque est une destination... (Photo Thinkstock) - image 3.0

Agrandir

Le parc national d'El Yunque est une destination prisée par les touristes.

Photo Thinkstock

S'évader dans la forêt d'El Yunque

Végétation luxuriante, chutes d'eau paradisiaques, sommets dans le brouillard... Le parc national d'El Yunque est reconnu comme étant la seule forêt tropicale des États-Unis (car oui, on est bien aux États-Unis, et le parc est régi par le gouvernement américain). Situé à seulement 30 minutes de la capitale, il s'agit d'une destination prisée par les touristes, même les plus pressés qui ne disposent que d'un après-midi.

La route 181, qui permet aux automobilistes de monter vers le sommet, s'arrête peu après le kilomètre 13, l'asphalte s'étant écroulé plus haut en raison de glissements de terrain. On peut donc parcourir le parc très rapidement, d'autant plus que les différents sentiers pédestres parsemés le long de cette route sont tous courts et pavés (environ 30 à 45 minutes de randonnée). Préparez-vous à être trempé, puisque la pluie se joint souvent à la partie dans cet endroit parmi les plus humides de l'île.

Faire le plein de saveurs locales

Un des plus grands plaisirs pour le vacancier gourmand est de goûter à la panoplie de saveurs locales qui s'offrent à lui. Comme beaucoup de Latino-Américains, les Portoricains sont de grands mangeurs de viande, de riz, de haricots et de bananes plantains. Les fruits de mer se trouvent souvent sur le menu, mais bien que la mer soit à proximité, crevettes, langoustines et autres délices ne sont pas nécessairement meilleur marché.

Un des plats typiques à essayer sans hésiter est le mofongo, constitué de bananes plantains pilées dans du beurre et du sel, rempli de différents aliments (poisson, poulet, porc et d'autres fantaisies) selon l'inspiration du chef. Un accompagnement immanquable et plus que délicieux est l'incontournable arroz con habichuelas, riz blanc servi avec une savoureuse portion de haricots rosés dans une sauce tomate et herbes.

La voiture, meilleure alliée

Un bon conseil, afin de profiter pleinement du voyage en toute liberté: la voiture est indispensable pour vos déplacements. Les transports en commun interrégionaux en minibus (público) ne sont pas vraiment efficaces ni ponctuels. Les distances étant passablement courtes entre la majorité des villes, la plupart des sociétés de taxi vont accepter de vous amener d'une agglomération à une autre pour des sommes prédéterminées (exemple : 80$ pour environ une heure de route entre San Juan et Fajardo). Or, une fois à destination, vous aurez nécessairement besoin de débourser encore pour vous rendre aux différents points d'intérêt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer