Recherche Voyage

Le tourisme de l'horreur

Les «Killing Fields» à Phnom Penh.... (Photo Chor Sokunthea, Archives REUTERS)

Agrandir

Les «Killing Fields» à Phnom Penh.

Photo Chor Sokunthea, Archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Si la plupart des touristes parcourent la planète en quête de beauté, d'autres plongent au coeur de l'horreur et du drame pour ne jamais oublier. Survol des lieux de guerre, de torture, de génocide et d'emprisonnement qui fascinent les voyageurs.

Cambodge

Entre 1975 et 1979, les Khmers rouges ont exécuté au moins 1,7 million de personnes, soit plus de 20 % de la population cambodgienne de l'époque. Quatre décennies plus tard, des voyageurs replongent dans l'horreur en visitant les «Killing Fields» à Phnom Penh. Difficile de contenir ses émotions en découvrant le mausolée rempli de crânes humains, en apprenant que le «Killing Tree» servait à tuer des enfants et en réalisant que des ossements surgissent encore des fosses en période de mousson. À visiter aussi: la prison S21, un ancien lycée transformé en lieu de détention et de torture durant le génocide.

Nelson Mandela a joué un rôle de premier plan... (Photo Mike Hutchings, Archives REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Nelson Mandela a joué un rôle de premier plan dans la résolution du conflit racial sud-africain.

Photo Mike Hutchings, Archives REUTERS

Afrique du Sud

On ne peut comprendre l'apartheid et le rôle joué par Nelson Mandela dans la résolution  du conflit racial sud-africain sans penser aux 27 années durant lesquelles il a été emprisonné  à Robben Island, une île au large du Cap. Transformé en musée il y a 20 ans, le lieu de détention a également servi de léproserie, d'asile et de prison coloniale à différents moments de son histoire. Certains visiteurs se sentiront claustrophobes devant la petitesse de la cellule de Mandela (3 mètres sur 2 mètres), tandis que d'autres seront soufflés par la discrimination qui sévissait là-bas dans un passé pas si lointain.

Plus grand camp de concentration et d'extermination du... (PHOTO WOJTEK RADWANSKI, archives agence france-presse) - image 3.0

Agrandir

Plus grand camp de concentration et d'extermination du Troisième Reich, Auschwitz a vu 1,1 million de personnes mourir.

PHOTO WOJTEK RADWANSKI, archives agence france-presse

Pologne

Plus grand camp de concentration et d'extermination du Troisième Reich, Auschwitz  a vu 1,1 million de personnes mourir dans les chambres à gaz, par arme à feu ou des conséquences des mauvais traitements, d'expériences médicales, de maladies et de malnutrition. Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979, symbole des dérives nazies et véritable devoir de mémoire, Auschwitz se visite en plusieurs heures. Le temps d'assimiler l'horreur, de comprendre le fonctionnement de cette usine de la mort et de voir les objets laissés sur place (lunettes, valises, chaussures, cheveux, etc.). Non loin, Birkenau est également ouvert aux visiteurs.

Quelque 800 000 Tutsis, ainsi que des Hutus... (PHOTO SIMON MAINA, Archives Agence France-Presse) - image 4.0

Agrandir

Quelque 800 000 Tutsis, ainsi que des Hutus modérés, ont été massacrés en moins de trois mois au Rwanda. Ici, un mémorial sur le génocide.

PHOTO SIMON MAINA, Archives Agence France-Presse

Rwanda

Le pays des mille collines est tristement célèbre pour le génocide qui l'a secoué en 1994, quand quelque 800 000 Tutsis, ainsi que des Hutus modérés, ont été massacrés en moins de trois mois. Les autorités rwandaises ont décidé de mettre en lumière la tragédie et la reconstruction du pays. Chacun de ses 30 districts possède un mémorial sur le génocide: une occasion de visiter des lieux de recueillement, des expositions, des espaces où a sévi  la violence, et même de voir des corps conservés depuis 1994. Une expérience émotive  et pédagogique.

En périphérie d'Hô Chí Minh-Ville, on retrouve les... (Photo Kham TPX, Archives REUTERS) - image 5.0

Agrandir

En périphérie d'Hô Chí Minh-Ville, on retrouve les Cu Chi Tunnels, soit 250 km de constructions souterraines qui ont permis aux Viêt-công de se déplacer et de se cacher.

Photo Kham TPX, Archives REUTERS

Viêtnam

En périphérie d'Hô Chí Minh-Ville, on retrouve les Cu Chi Tunnels, soit 250 km de constructions souterraines qui ont permis aux Viêt-công de se déplacer et de se cacher, particulièrement durant les assauts de l'armée américaine. Les touristes peuvent tenter de  se faufiler dans une minuscule entrée au sol et de ramper dans les tunnels. Certains prennent même plaisir à s'exercer au champ de tir sur les lieux... Un détour au Musée de la guerre du Viêtnam permet de mieux comprendre les origines du conflit et les conséquences de l'agent orange, un défoliant aux effets dévastateurs.

France

Savamment et crûment illustré par le réalisateur Steven Spielberg dans le film Saving Private Ryan, le débarquement de Normandie n'en demeure pas moins une expérience qu'on ressent autrement lorsqu'on est sur les lieux. En visitant les cinq plages stratégiques (Omaha, Utah, Gold, Juno, Sword), les touristes rendent hommage à leur façon aux 5000 navires, 10 000 avions et 155 000 hommes qui y ont combattu le 6 juin 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale. Parcours pédagogiques, musées, mémoriaux, reconstitutions, objets et vestiges guerriers permettent de concrétiser la bataille historique qui y a été livrée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer