Recherche Voyage

48 heures à Maastricht

Une rue résidentielle de Maastricht, aux Pays-Bas.... (Photo: Peter Szustka, Photos.com)

Agrandir

Une rue résidentielle de Maastricht, aux Pays-Bas.

Photo: Peter Szustka, Photos.com

Partager

(Maastricht) L'euro y est né, d'Artagnan y est mort. Mais outre la monnaie européenne et le plus célèbre des mousquetaires, Maastricht a bien des trésors dans son sac. Cette petite ville des Pays-Bas était jadis un avant-poste de l'Empire romain. Elle en a conservé quelques vestiges, ainsi que son centre historique médiéval. Mais elle sait aussi être très moderne, cosmopolite, grâce à son université et à sa proximité avec la Belgique et l'Allemagne.

JOUR 1

9 h

Prendre des forces

Notre tournée sera exigeante, on la commence par un petit-déjeuner au grand magasin Hema, à 10 mètres de l'Office de tourisme où on ira chercher l'indispensable documentation. Pourquoi cette publicité gratuite? Ce repas copieux coûte... 1 euro!

10 h

Pedibus Cum Jambis

Ce latin de cuisine illustre l'une des plus agréables particularités de Maastricht: cette ville de 120 000 habitants, toute resserrée sur elle-même, se visite à pied à travers un labyrinthe de ruelles aussi étroites que hautes, d'où la circulation automobile est bannie. Dire que des promoteurs avaient voulu détruire le quartier historique dans les années 50 pour «faire plus moderne»! Dans le coeur du vieux Maastricht, tout en pavés, s'élève la cathédrale Notre-Dame. Un édifice qui a plus de 1000 ans, massif, sombre, hors du temps. En comparaison, la boulangerie voisine, la Bisschopsmolen, a l'air d'une jeunesse: son moulin, alimenté par un petit, mais impétueux ruisseau, n'a que 700 ans et moût encore sa farine tous les jours de la semaine...

Midi

L'heure du kibbeling

On peut marcher sans relâche ici, sans jamais se perdre: on finit toujours par retrouver ses repères dans cette ville en forme d'escargot. L'hôtel de ville en fait partie. Sur la place, les commerçants tiennent marché trois jours par semaine. On y trouve de tout, dans un brouhaha bon enfant et dans la langue que l'on voudra: néerlandais, français assez souvent, et invariablement anglais, que tout le monde parle avec une aisance presque gênante... Le marché, c'est l'occasion de goûter aux kibbelings, de goûteuses boulettes de poissons frites qu'on mange seules ou avec des frites, à un prix dérisoire.

14 h

Un gros Lego

Les églises abondent à Maastricht. Saint-Servais est peut-être la plus connue, et ne manque effectivement pas d'intérêt. À côté, l'église Saint-Jean a pour particularité d'avoir une tour ouverte aux visiteurs. Du sommet - 218 marches bien comptées! - la vue est splendide sur la ville et la région. À nos pieds les maisons anciennes semblent tout juste sorties d'un jeu de Lego, avec leurs grands toits étrangement pointus. Ce n'était pas une coquetterie d'architecte: on entreposait les vivres dans ces vastes greniers, en prévision des nombreux et interminables sièges dont la ville a fait les frais.

17 h

Drôle de libraire

Autre source d'étonnement, la librairie Selexyx-Dominicanen, à courte distance de marche: les rayons s'étalent sur trois étages dans cette église romane transformée de manière respectueuse et avec un goût parfait. Outre les nourritures intellectuelles, on en sert aussi de plus temporelles, comme ces excellentes pâtisseries accompagnées d'une belle sélection de cafés.

JOUR 2

10 h

Promenade champêtre

La capitale du Limbourg est encore partiellement entourée de remparts, qu'on peut découvrir en marchant sur le chemin de ronde. Un canal, de la verdure, des canards, des cygnes, la statue de d'Artagnan aussi, mort ici lors du siège de 1673... On domine les petites maisons en contrebas, ainsi que la vieille université dont la cour déborde de vélos.

Midi

Une Meuse bien présente

Maastricht signifie «passage de la Meuse». D'immenses péniches y transportent les chargements les plus divers. L'été, des croisières d'un jour vous amèneront à Liège, à 30 km de là. En toutes saisons, c'est du pont Saint-Servais qu'on a la plus belle vue de ces activités. Ce pont, solide et toujours en fonction, a été construit à partir de 1280. De quand date le pont Champlain, déjà?

14 h

Un musée hors de l'ordinaire

Les buvettes abondent sur la rive droite de la Meuse, un beau prétexte pour goûter la Wieckse Witte, la bière locale, ou la Brand, brassée pour l'ensemble du Limbourg. Cela donne du coffre pour attaquer le Bonnefantenmuseum, littéralement le Musée des Bons Enfants. Un musée à l'architecture moderne qui s'intègre très bien à cet ancien quartier industriel. Bonnenfanten a des collections à l'opposé: le Moyen Âge et les peintres flamands d'une part, l'hyper-contemporain de l'autre. Entre les deux, presque rien! Reste que c'est un incontournable de toute visite à Maastricht, notamment pour qui apprécie les Bruegel.

16 h

Centre céramique

À quelques mètres de là se trouve le Centre céramique, justement édifié sur le terrain d'une ancienne usine. Là aussi l'architecture est remarquable de modernisme bien assimilé. Ce centre polyvalent propose, on s'en doute, des milliers de céramiques à admirer. Mais le plus émouvant, c'est cette maquette de Maastricht de 1750, un ouvrage d'une précision impressionnante.

20 h

Un adieu gastronomique

Les restaurants locaux ont l'avantage de se frotter à de multiples influences. D'où une cuisine nettement supérieure à ce qu'on trouve souvent aux Pays-Bas. La décoration traditionnelle du très animé De Lanteern nous ramène justement aux restos d'antan, avec un menu à l'avenant. L'été, la terrasse donne sur l'église Notre-Dame. Ainsi, tous les péchés sont permis...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer