Deux femmes d'affaires s'attaquent au sucre et demandent un meilleur étiquetage

En moyenne, 13 % des calories consommées au Canada... (Archives, La Presse)

Agrandir

En moyenne, 13 % des calories consommées au Canada proviennent du sucre, selon la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC. Du côté de l'Organisation mondiale de la Santé, on recommande idéalement un apport maximal de 5 %.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aleksandra Sagan
La Presse Canadienne
Toronto

Deux chefs d'entreprise canadiennes demandent à l'industrie alimentaire de faire preuve de transparence dans son étiquetage.

La présidente de la chaîne de librairies Indigo Books, Heather Reisman, voit le sucre comme un « ennemi ». Elle a même interdit la vente de chocolat aux caisses d'Indigo afin d'aider les clients à ne pas succomber à une fringale.

Également productrice du documentaire Fed Up sur les effets néfastes du sucre dans les aliments transformés, Mme Reisman avance que la population a développé une dépendance au sucre, qui contribuerait à l'épidémie d'obésité.

« Le sucre est dans tout. C'est dans le ketchup. C'est dans les conserves. C'est dans le pain qu'on mange », a-t-elle déclaré devant la Chambre de commerce de Toronto plus tôt cette semaine.

En moyenne, 13 % des calories consommées au Canada proviennent du sucre, selon la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC. Du côté de l'Organisation mondiale de la Santé, on recommande idéalement un apport maximal de 5 %.

Les Canadiens doivent changer leurs habitudes alimentaires, a clamé Mme Reisman. Pour ce faire, elle juge que les étiquettes alimentaires méritent plus de clarté.

L'ex-directrice générale de Lululemon Christine Day abonde dans le même sens. Maintenant administratrice de Luvo - une compagnie de repas congelés faible en sodium et en sucre -, elle demande à ce qu'on indique mieux les sucres ajoutés dans les aliments jugés « santé » comme le yogourt et les barres granolas.

« Que notre gouvernement soit prêt ou non à faire face à cet enjeu, les entreprises canadiennes sont disposées à offrir des solutions », affirme Mme Day.

À l'heure actuelle, le nombre de grammes de sucre contenus dans une portion - l'équivalent d'environ une demi-tasse - est obligatoirement indiqué sur les emballages.

Heather Reisman suggère une approche plus « franche » : indiquer la quantité de sucre en cuillères à thé. En juin dernier, Santé Canada a proposé deux modifications : ajouter le pourcentage de la recommandation quotidienne en sucre et lister les ingrédients sucrés de manière consécutive.

Santé Canada révise présentement les commentaires recueillis lors de sa consultation publique qui a pris fin en août. Le premier ministre Justin Trudeau aurait demandé à la ministre de la Santé, Jane Philpott, de faire du dossier de l'étiquetage une de ses priorités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer