Le chocolat serait bon pour la santé

Les chercheurs tirent leurs conclusions de l'analyse de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les chercheurs tirent leurs conclusions de l'analyse de 21 000 participants à une enquête britannique sur la nutrition et de l'examen de différentes études réalisées sur le lien entre le chocolat et la maladie cardiovasculaire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La consommation de jusqu'à 100 grammes de chocolat par jour est associée à une réduction du risque de maladie coronarienne et d'accident vasculaire cérébral, dit une étude publiée en ligne par le prestigieux journal médical Heart.

Les chercheurs tirent leurs conclusions de l'analyse de 21 000 participants à une enquête britannique sur la nutrition et de l'examen de différentes études réalisées sur le lien entre le chocolat et la maladie cardiovasculaire.

Les participants à l'étude britannique ont été suivis, en moyenne, pendant 12 ans. Environ 15% d'entre eux ont subi un épisode mortel ou non de maladie coronarienne ou d'AVC pendant cette période.

Environ 20% des participants ne consommaient pas du tout de chocolat, mais la consommation moyenne quotidienne des autres se chiffrait à 7 grammes. Certains en consommaient 100 grammes par jour.

Les plus grands consommateurs avaient tendance à être plus jeunes, à avoir un indice de masse corporelle plus faible, à présenter une pression artérielle systolique plus favorable, à faire moins de diabète et à être plus actifs physiquement - tous des facteurs qui contribuent à la santé cardiovasculaire.

En comparaison à ceux qui ne mangeaient pas du tout de chocolat, les plus grands consommateurs réduisaient leur risque de maladie cardiovasculaire de 11% et de 25% leur risque de décès dû à cette cause.

La plus forte consommation de chocolat était également associée à une réduction de 23% du risque d'AVC.

Les chercheurs préviennent qu'il s'agit d'une étude d'observation et qu'il est donc difficile de tirer des conclusions de cause à effet. Ils rappellent aussi que les participants peuvent s'être trompés en répondant aux questionnaires sur leur alimentation. Il est aussi possible que les sujets les plus à risque de souffrir de maladie cardiovasculaire aient volontairement réduit leur consommation de chocolat.

Les chercheurs concluent malgré tout qu'une plus grande consommation de chocolat est associée à une réduction du risque de maladie cardiovasculaire.

Ils ont même noté un effet bénéfique pour le chocolat au lait, ce qui les porte à penser que des composés comme le calcium et les acides gras, et non seulement les flavonoïdes sont en cause.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer