Rando sans s'écraser le dos

Un sac à dos trop rempli peut rendre... (Photo fournie par Mike Clelland)

Agrandir

Un sac à dos trop rempli peut rendre une randonnée très désagréable.

Photo fournie par Mike Clelland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quel randonneur ne s'est pas déjà comparé à une mule, ployant sous 15, 20 ou 30 kg, peinant à avancer et à apprécier la nature? Que ce soit pour une randonnée de deux jours ou de plusieurs semaines, un sac à dos réduit à l'essentiel soulage tant votre pas que votre coeur.

«Plus votre sac est léger, plus c'est le bonheur»

Presque tous les grands randonneurs pédestres se demandent un jour comment alléger leur sac à dos. Faire un trek léger est bien plus une question de liberté et de plaisir que de sacrifices, affirment les adeptes de la légèreté.

L'aventurier américain Andrew Skurka, qui a désormais plus de 48 000 km dans les jambes, a appris sur le tas. «Je n'avais aucune idée de ce que je faisais», dit-il à propos de sa première randonnée, en 2002. Alors âgé de 21 ans, c'est avec un sac à dos de 75 litres pesant 22 kg qu'il a fait ses premiers pas sur l'Appalachian Trail (AT), un sentier de plus de 3500 km dans le Nord-Est américain. «Pour moi, un backpacker, c'était ce qu'on voit dans les magazines: un randonneur avec un gros sac à dos et des bottes.»

En chemin, il a, entre autres, changé de sac à dos, de sac de couchage, de matelas de sol, d'abri, de réchaud et de système pour purifier l'eau. Il s'est débarrassé de plusieurs articles, dont son chargeur solaire de piles. De quoi diminuer de moitié le poids de son sac à dos et... faire mal à son portefeuille. «Mon objectif n'était pas tant d'alléger mon sac que d'être plus heureux en randonnant», raconte au téléphone l'auteur du livre The Ultimate Hiker's Gear Guide, publié chez National Geographic, de son domicile au Colorado.

Et pas besoin de partir des milliers de kilomètres pour profiter d'une cure minceur. Mike Clelland, instructeur américain de plein air, préfère les sorties de deux à cinq jours. Il n'est jamais parti plus de deux semaines. «C'est simple: plus votre sac à dos est lourd, plus c'est de la torture; plus il est léger, plus c'est le bonheur», dit celui qui est aussi illustrateur. Il est habitué à souffrir quand, en 2005, on lui demande d'illustrer un livre sur la randonnée légère et ultralégère. Ça l'intrigue. Il part alors quelques jours en révisant complètement ses pratiques. «J'ai eu une illumination, en même pas 30 secondes, j'étais converti!» Depuis, il a écrit le livre Ultralight Backpackin' Tips, qui présente 153 trucs faciles et économiques pour se sentir moins misérable en chemin.

«Les randonneurs traditionnels transportent trop de choses parce qu'ils ont des craintes, par habitude ou en raison d'un manque d'éducation, affirme Mike Clelland, qui vit dans l'État de New York. Ils ont peur d'avoir faim ou d'avoir froid, alors ils traînent trop de nourriture ou de vêtements, et aussi plein d'eau même s'ils enjambent des ruisseaux. Ils emportent ce gros couteau suisse parce qu'ils l'ont toujours apporté.»

Apprendre à se délester

Aujourd'hui, Mike Clelland «s'amuse» à réduire au maximum le poids de base - sans eau, sans nourriture, sans combustible - de son sac à dos. Un exercice dont chacun, débutant ou expert, sort gagnant. Porter un sac à dos plus léger demande moins d'efforts et réduit le risque de blessures ou de douleurs, que ce soit à cause du stress induit aux muscles, aux tendons et aux articulations ou à cause de la fatigue.

«Soyez audacieux. Le problème n'est pas tant l'équipement que ce qui se passe entre les deux oreilles. Osez partir avec le minimum, ne serait-ce que dans le sous-bois à côté de chez vous. Expérimentez!»

Avant de couper le manche de sa brosse à dents et de déshydrater le dentifrice (si, si!), il faut d'abord laisser à la maison tout ce dont on n'a pas besoin... et ainsi apprendre à distinguer un besoin d'un désir. «Un débutant va réduire énormément le poids en retirant tout ce qu'il apporte au cas où», dit Andrew Skurka. Et c'est en fonction des conditions de chaque sortie (température, précipitations, disponibilité de l'eau, type de terrain, etc.) qu'on choisit consciencieusement son équipement.

Quel randonneur ne s'est pas déjà comparé à... (Photo fournie par Mike Clelland) - image 2.0

Agrandir

Photo fournie par Mike Clelland

Un sac à dos est dit léger lorsque son poids de base passe sous les 20 lb (arrondi à 10 kg), et ultraléger sous les 10 lb (5 kg). Pour délester son sac, une balance s'impose: il faut peser chaque article.

Une fois le superflu enlevé, il faut chercher des options plus légères. Par où commencer? Les chaussures: chaque tranche de 100 g aux pieds équivaut à 500-600 g sur le dos, selon les recherches. Ainsi, la majorité des adeptes de la légèreté chausse des souliers de course de sentier. Puis, on vise moins de 3 kg pour le «big three», soit le sac à dos, l'abri et le système dodo (matelas, sac de couchage). Les grands magasins de plein air offrent des produits intéressants, mais plusieurs adeptes s'approvisionnent aussi auprès d'entreprises de niche. Enfin, on ne traîne que de la nourriture qui contient environ 125 calories par once.

Andrew Skurka rappelle par contre que de trop s'alléger peut nuire à l'efficacité en compromettant le confort ou la sécurité - c'est ce qu'il qualifie de «stupid light». Il raconte des exemples vécus sur son site internet: partir sans filet à moustiques pour gagner 35 g dans une zone où leur nombre est à rendre fou; laisser derrière soi des pantalons imperméables de quelque 160 g et devoir monter d'urgence son abri durant des orages, car on risque l'hypothermie; ne pas utiliser de guêtres qui ajoutent moins de 30 g par pied et perdre son temps à vider ses chaussures de débris en plus de risquer plus d'ampoules.

Et, évidemment, si l'objectif d'une sortie est de camper plus que de randonner, on ajoutera à son sac ces douceurs dont on a envie.

«Il y a tant de ressources aujourd'hui: c'est facile de s'informer, de profiter de l'expérience des autres et d'éviter de perdre son temps et son argent, affirme Andrew Skurka. Faites vos devoirs et sortez!»

***

Quelques ressources

Plusieurs livres sur l'ultraléger sont disponibles pour parfaire nos connaissances, dont Ultralight Backpackin' Tips, de Mike Clelland. Celui d'Andrew Skurka, The Ultimate Hiker's Gearguide publié chez National Geographic, est une précieuse ressource pour le choix de l'équipement. Pour faire une liste de son matériel et préparer ses sorties, on peut, par exemple, utiliser geargrams.com ou lighterpack.com plutôt qu'un fichier Excel. Il existe aussi des applications pour téléphone intelligent, dont Backpack OptimizerGram WeenieBackpacking Checklist ou GearZoo.

Le site internet du randonneur professionnel Andrew Skurka, le site Backpacking Light, fondé et administré par l'aventurier Ryan Jordan, ou encore les sites OutdoorGearLab et Section Hiker, pour ne nommer que ceux-là, valent le détour, que ce soit pour y trouver des trucs ou des critiques sur de l'équipement. Le contenu de ces sites peut être général ou pointu et hautement détaillé.

Il est intéressant de fouiller afin de découvrir ce que font des entreprises comme Evernew, Gossamer Gear, Granite Gear, Hyperlight Mountain Gear, Katabatic Gear, Mountain Laurel Designs, Nemo, Six Moon Design, TarpTent, Ultralight Adventure Equipment, Zpacks, etc.

andrewskurka.com

backpackinglight.com

outdoorgearlab.com

sectionhiker.com

S'équiper légèrement

Même si les besoins et les goûts des randonneurs varient énormément, ces articles, pour l'été ou les trois saisons, permettent à de nombreux backpackers d'être à l'aise sur les sentiers. Certains sont chers, mais ce qui revient cher, aussi, c'est de ne pas investir dans le bon équipement dès le départ.

Big Agnes Fly Creek... - image 4.0

Agrandir

Big Agnes Fly Creek

TENTE

Il y a plusieurs modèles de tente légère sur le marché. Les plus communes ont des arceaux, souvent un double toit et sont assez faciles à monter. Certaines se montent avec des bâtons de marche, ce qui permet de se passer d'arceaux. Des randonneurs expérimentés, qui savent repérer un campement approprié, opteront pour une bâche qui peut se jumeler, selon les conditions de la sortie, à une moustiquaire, à un sac bivouac ou à un mince plastique comme toile de sol.

Big Agnes Fly Creek

La tente Big Agnes Fly Creek HV UL1 (936 g, 500 $CA) ou sa version HV1 Platinum (822 g, 750 $CA) sont parmi les plus visibles sur des sentiers de longue randonnée, là où importe le poids.

MSR Carbon Reflex

Moins chère et plus légère que la Big Agnes Fly Creek, la MSR Carbon Reflex 1 offre un large vestibule pratique (790 g, 460 $CA). Ces deux modèles existent pour accueillir deux personnes.

Tarptent Notch

La Tarptent Notch est un modèle sans arceaux qui s'installe avec des bâtons de marche. Possédant un double toit et deux vestibules, cette tente est offerte en nylon enduit de silicone (770 g, 314 $US) ou en tissu composite dernier cri Dyneema (570 g, 599 $US).

Zpacks Solplex

La Zpacks Solplex, tente à simple paroi, est aussi un modèle sans arceaux. Elle n'est offerte qu'en Dyneema (environ 530 g avec piquets, 555 $US tente seulement) et son équivalent pour deux personnes est populaire.

Bâche

Certains randonneurs expérimentés s'abritent sous une bâche, comme la Mountain Laurel Design Grace Tarp (en nylon enduit de silicone, 260 g sans piquets, 140 $US, ou en Dyneema, 140 g sans piquets, 270 $US).

Osprey Exos... - image 5.0

Agrandir

Osprey Exos

SAC À DOS

Les sacs légers, d'environ 400 g à 1,2 kg, sont simples : une seule poche centrale, des filets de rangement à l'extérieur, une armature légère, souvent amovible, ou aucune armature. Pour choisir un sac, il faut, entre autres, avoir une idée du volume nécessaire pour notre matériel et du poids total à transporter. Le mieux est d'essayer le sac avec tout son matériel, quitte à se faire rembourser après l'achat.

Osprey Exos

Le sac à dos Osprey Exos (modèle de 48 litres, 1190 g, 260 $) ainsi que le modèle de 58 litres (1230 g, 290 $CA) et l'Eja pour femmes sont assez faciles à trouver en boutique au Québec et populaires sur les sentiers de longue randonnée.

ULA Circuit

Plusieurs randonneurs ont adopté les sacs de l'entreprise de niche américaine ULA pour leur confort et leur durabilité, dont le ULA Circuit (68 litres dont 39 litres dans la poche centrale, 1162 g, 235 $US).

Gossamer Gear Mariposa

Si des sacs à dos se ferment en se repliant (roll top), le Gossamer Gear Mariposa (60 litres, dont 36 litres dans la poche centrale, 927 g, 225 $US) est plutôt muni d'un système de rabat sur le dessus (top lid).

Sierra Designs Flex Capacitor

Le Sierra Designs Flex Capacitor (jusqu'à 60 litres, 1168 g, 200 $US), désigné par Andrew Skurka en collaboration avec l'entreprise, se ferme par un zip, la technique que l'aventurier préfère pour accéder facilement au contenu.

Hyperlite Mountain Gear Windrider

Certains sacs sont conçus à base de Dyneema, matériau reconnu entre autres pour son imperméabilité. C'est le cas, par exemple, du Hyperlite Mountain Gear Windrider (modèle 2400 de 50 litres, dont 40 litres dans la poche centrale, 830 g, 300 $US).

Zpacks Arc Blast

Le sac à dos léger, mais relativement fragile, Zpacks Arc Blast (55 litres dont 42 litres dans la poche centrale, 595 g, 325 $US) est aussi conçu à base de Dyneema.

Sans armature

Certains sacs à dos n'ont pas d'armature, comme le Mountain Laurel Design (MLD) Prophet 48L (454 g, 48 litres dont 32 litres dans la poche centrale, 215 $US) et le MLD Exodus 58L (454 g, 58 litres dont 40 litres dans la poche centrale, 215 $US). On installera, par exemple, son matelas de sol le long du dos pour augmenter le confort. En général, on préfère un sac avec une armature si le poids total dépasse de 8 à 13 kg.

Quilt Enlightened Equipment Revelation... - image 6.0

Agrandir

Quilt Enlightened Equipment Revelation

SYSTÈME DODO

Malgré les grammes en plus, plusieurs randonneurs priorisent la qualité de leur sommeil en optant pour un matelas gonflable plutôt qu'un matelas en mousse court. Au lieu du sac de couchage momie typique, certains optent pour un quilt, soit un sac habituellement sans capuchon et ouvert dans le dos afin d'utiliser le matelas comme isolant. On choisit l'isolation du sac de couchage selon les conditions des sorties. Le duvet de qualité est plus léger, chaud et durable que le synthétique, mais il ne faut pas le mouiller.

Quilt Enlightened Equipment Revelation

Voici un quilt apprécié parmi d'autres, l'Enlightened Equipment Revelation. Il peut être fabriqué avec une cote de confort de 10 °C à -17 °C et du duvet à l'indice gonflant 850 ou 950. Par exemple, il faut débourser 373 $US pour un -7 °C en duvet 850 qui pèsera 567 g.

Western Mountaineering SummerLite

Les dormeurs écrasent jusqu'à 30 % de l'isolation d'un sac momie pendant leur sommeil, mais il n'y a pas de risque de courant d'air. L'entreprise Western Mountaineering offre, dans sa série légère, des sacs de 7 °C à -12 °C, dont le SummerLite (0 °C, duvet 850, 540 g, 480 $) ou l'UltraLite (-7 °C, duvet 850, 820 g, 595 $CA).

Rab Mythic 600

Le sac momie Rab Mythic 600 en duvet 900 traité pour être hydrophobe (-12 °C, 958 g, 750 $CA) est intéressant pour des sorties en conditions plutôt froides et humides.

Thermarest XLite NeoAir

Le Thermarest XLite NeoAir se distingue par son confort, son poids et sa capacité isolante. Le modèle régulier (183 cm, 210 $) pèse 340 g, fait 6,3 cm d'épaisseur et a une cote R de 3,2 (capacité du matelas de résister à la perte de chaleur ; plus le nombre est élevé, plus il résiste au froid).

Sportiva Ultra Raptor... - image 7.0

Agrandir

Sportiva Ultra Raptor

CHAUSSURES

Les adeptes de la légèreté optent pour des chaussures de randonnée ou de course de sentier pour diminuer l'énergie requise pour bouger. De plus, ces souliers sèchent plus vite lorsqu'ils sont mouillés que de robustes bottes de cuir. Voici quelques modèles chaussés par les randonneurs Andrew Skurka, Ryan Jordan ou Lint Bunting... mais l'important reste son propre confort.

Sportiva Ultra Raptor

Les robustes et durables Sportiva Ultra Raptor, 343 g (par soulier), 150 $

Altra Lone Peak

Les larges et confortables Altra Lone Peak 3.5, 295 g, 180 $

Salomon X Ultra

Les chaussures de randonnée légères et techniques Salomon X Ultra 3, 365 g, 150 $

Salomon Speedcross

Conçus pour la vitesse en sentier, les Salomon Speedcross 4, 300 g, 150 $

La «Cadillac» d'Andrew Skurka... (Photo tirée du site d’Andrew Skurka) - image 8.0

Agrandir

La «Cadillac» d'Andrew Skurka

Photo tirée du site d’Andrew Skurka

RÉCHAUD

Le choix d'un réchaud dépend de plusieurs facteurs. Par exemple, combien de fois cuisinez-vous par jour ? Pour combien de personnes ? Êtes-vous prêt à attendre ou voulez-vous voir l'eau bouillir dès que possible ? Devrez-vous acheter du carburant en chemin ? Si oui, quel type de carburant est disponible ? Si le temps est clément et que les carburants comme l'alcool ou les cartouches de gaz liquéfié sous pression sont faciles à trouver, voici quelques propositions.

La « Cadillac » d'Andrew Skurka

À ses débuts sur l'Appalachian Trail, le matériel de l'aventurier Andrew Skurka pour cuisiner pesait 1,8 kg. Aujourd'hui, il en rit. Son système solo trois saisons préféré - brûleur à l'alcool Zelph, cône en titane Trail Designs fait sur mesure pour supporter une casserole Evernew 900 ml en titane, tasse, briquet et cuillère - ne pèse que 270 g et coûte moins cher.

À fabriquer chez soi

Si on veut économiser, on peut se confectionner à coût faible son propre brûleur à alcool avec une boîte de nourriture à chat ou une cannette ainsi qu'un paravent maison. Jim Wood, un passionné de plein air, a élaboré un modèle apprécié des randonneurs qui aiment bricoler.

BRS 3000T

Plusieurs réchauds fonctionnent avec des cartouches de gaz liquéfié sous pression. Évidemment, leurs performance, efficacité, fiabilité ou stabilité varient. Un très léger modèle est le BRS 3000T Titanium Metal Gas Stove (25 g, 23 $).

Kovea Supalite Titanium

Le réchaud à cartouches Kovea Supalite Titanium Stove (60 g, 60 $US) est compact, léger, puissant et sera apprécié par ceux qui veulent faire bouillir l'eau sans trop attendre.

MSR PocketRocket 2

Le réchaud à cartouches MSR PocketRocket 2 (73 g, 55 $CA) est facile à trouver dans les boutiques du Québec, performant et fiable.

Fenix LD02... - image 9.0

Agrandir

Fenix LD02

LAMPE

Traîner une lampe avec soi est souvent nécessaire, mais a-t-on besoin d'un modèle puissant avec une grande autonomie ? Selon l'environnement et les conditions d'utilisations, un modèle léger suffira la majorité du temps.

Fenix LD02

Une lampe frontale, c'est pratique, mais on peut très bien se débrouiller avec la lampe de poche Fenix LD02 (41 $, 28 g avec la batterie) accrochée à ses vêtements ou coincée sous un bandeau. Elle n'utilise qu'une batterie AAA et offre une puissance d'éclairage jusqu'à 100 lumens.

Black Diamond Iota

La Black Diamond Iota se distingue avec sa pile lithium-ion rechargeable au moyen d'un câble USB (56 g, jusqu'à 150 lumens, 50 $).

Petzl e+LITE

Pour s'éclairer simplement autour du campement, la Petzl e+LITE peut convenir (26 g, 2 piles lithium CR2032, jusqu'à 50 lumens, 40 $).

Bouteille Glaceau SmartWater... - image 10.0

Agrandir

Bouteille Glaceau SmartWater

BOUTEILLE D'EAU

Des bouteilles en métal ou en plastique rigide style Nalgene dureront longtemps, mais pèsent autour de 150-225 g. Or, une bouteille de plastique souple comme celle de Glaceau SmartWater (34 g), appréciée pour sa forme allongée et plus résistante que d'autres bouteilles jetables, pèse une fraction du poids et suffit souvent. Au besoin, les randonneurs soucieux du poids traîneront leur réserve d'eau dans une bouteille pliable Platypus.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer