Le roupillon, gage de santé?

Diane Boivin est professeure au département de psychiatrie de... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Diane Boivin est professeure au département de psychiatrie de l'Université McGill et chercheuse à l'hôpital Douglas, spécialisée dans les troubles d'adaptation aux horaires atypiques.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La sieste en milieu de travail est-elle vraiment nécessaire? Nous avons discuté  de la question avec la Dre Diane Boivin, professeure au département de psychiatrie de l'Université McGill et chercheuse à l'hôpital Douglas, spécialisée dans les troubles d'adaptation aux horaires atypiques.

Quelle est la valeur réelle d'une sieste?

La sieste est une très bonne idée. Même si on ne dort pas profondément, une pause ou une courte période de repos a un effet bénéfique sur notre corps. Plusieurs études nous indiquent qu'une courte sieste ou un temps d'arrêt augmente la vigilance, la créativité et la performance.

Il serait donc normal de faire une sieste tous les jours?

Le plus de sommeil qu'on accumule sur une période de 24 heures, le mieux. Notre société moderne nous conditionne à dormir une seule fois la nuit, mais notre horloge biologique a deux phases de sommeil, dont la première se passe durant la première tranche de 12 heures. Il y a encore plusieurs pays où les gens font la sieste l'après-midi. Ce n'est pas pour rien.

On est fait pour ça?

Oui, mais ça ne s'applique pas à tout le monde. J'ai des patients qui passent trop de temps au lit, ça occasionne d'autres problèmes. Ça ne devrait jamais être obligatoire. Mais de le proposer à ses employés, c'est une façon d'encourager de saines habitudes de vie, comme bien manger et être actif. Rester assis devant son ordinateur pendant huit heures, ce n'est pas efficace.

Est-ce que la sieste peut nous prémunir contre l'épuisement?

Non. D'abord, il y a plusieurs causes à l'épuisement, même si la privation de sommeil peut être un facteur. Faire une sieste le jour ne va pas nécessairement vous aider si, après, vous avez de la difficulté à dormir le soir. Au fond, tout ce qu'on peut faire pour ne pas rester cloué à son siège toute la journée sera bénéfique: marcher, méditer ou prendre une pause.

La sieste est-elle fréquente dans le milieu médical?

Ça dépend. Si on parle des médecins qui travaillent en salle d'urgence, c'est déjà difficile de se trouver une pause repas, alors la pause sieste, n'y pensez pas. Mais oui, c'est facile de trouver un lit pour se reposer quelques minutes. Que ce soit le jour ou la nuit, la sieste sera bénéfique.

Même pour les travailleurs de nuit?

Oui. Les siestes préventives quand on sait qu'on sera en privation de sommeil ou les siestes qui suivent des périodes de privation sont toujours recommandées. Mais il ne faut pas dormir trop longtemps. Plus on dort longtemps, plus la période d'inertie qui suit le réveil est longue. Il reste que la sieste sera toujours préférable à une privation de sommeil.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Au boulot? Non, au dodo!

    Santé

    Au boulot? Non, au dodo!

    Somnoler pendant ses heures de travail peut être mal perçu. Sauf lorsque c'est votre employeur qui vous encourage à piquer un petit roupillon ou à... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer