Les bandelettes au service des sportifs

Inventées il y a plus de 30 ans par un chiropraticien japonais du nom de Kenzo... (PHOTO TIRÉE D'INTERNET)

Agrandir

PHOTO TIRÉE D'INTERNET

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Inventées il y a plus de 30 ans par un chiropraticien japonais du nom de Kenzo Kase, les bandelettes proprioceptives sont apparues sur le radar des athlètes en 2008, lors des Jeux olympiques de Pékin. Depuis, elles zèbrent le corps des plus grands sportifs comme celui des amateurs, se déclinant dans les couleurs les plus éclatantes et empruntant les motifs les plus intrigants. Alors, à quoi ça sert?

Alors que certains doutent des vertus des bandelettes proprioceptives, forme de taping nouveau genre, d'autres ne jurent que par elles pour soulager petits et gros bobos. Pour y voir plus clair, nous avons consulté France Brunet, physiothérapeute en chef de la Clinique de physiothérapie et de médecine du sport de l'Université de Montréal et coordonnatrice médicale des Carabins.

À quoi servent les bandelettes proprioceptives? 

C'est un bandage élastique autocollant muni de microsillons qui soulèvent le tissu sous-cutané. Selon la façon dont on l'applique, il stimule ou inhibe les muscles. Les bandelettes peuvent aussi réduire les enflures et les ecchymoses en activant la circulation sanguine et ainsi drainer la région enflammée. Une fois sur la peau, elles font l'effet d'un pansement. Environ 80 % des gens ne les sentent pas du tout. 

Dans quelles circonstances y a-t-on recours? 

Les situations sont très variées. Il peut s'agir d'un patient opéré au genou qui a du mal à contracter sa cuisse. On applique alors le taping en l'étirant, ce qui stimulera les muscles de la cuisse. On peut aussi apposer les bandelettes sans les tendre, par exemple pour diminuer des tensions musculaires dans le dos. Parfois, elles servent à maintenir les épaules dans le bon axe, comme chez des joueurs de volleyball. Même chose pour les rotules d'un coureur. Elles sont aussi utilisées pour contrôler un oedème. 

On trouve des bandelettes de toutes les couleurs: bleu azur, bleu néon, rose bonbon, rouge, noir, beige... Ont-elles une signification particulière? 

Pas du tout! C'est purement esthétique. 

Les bandelettes sont appliquées en suivant toutes sortes de motifs. Pourquoi? 

Tout dépend du bienfait recherché. Par exemple, un motif en Y contribuera à relâcher les fascias. Ce sont de minces tissus qui recouvrent la majorité des structures du corps comme les muscles et les organes. À la suite d'une blessure, il peut se produire des adhérences (NDLR: des cicatrices) dans les fascias, un phénomène qui entraîne des douleurs et des raideurs. Un bandage proprioceptif en Y aidera à réduire ces adhérences. 

Les bandelettes conviennent-elles à tout le monde? 

Elles sont hypoallergènes, mais certaines personnes sont intolérantes à la colle qui enduit l'endos des bandelettes. 

Jusqu'à présent, aucune étude scientifique n'a confirmé l'efficacité des bandelettes proprioceptives. Certains experts vont même jusqu'à dire qu'elles n'ont qu'un effet placébo. Qu'en pensez-vous? 

C'est vrai que la science n'a pas encore démontré hors de tout doute les vertus des bandelettes, mais ça s'en vient. Ici, à l'Université de Montréal, des étudiants à la maîtrise y travaillent. Ce n'est qu'une question de temps. Je dois dire qu'au départ, j'étais moi-même sceptique. Je ne voyais pas comment une petite bandelette pouvait faire autant de bien. J'ai toutefois constaté leurs bienfaits pour la première fois en 2005, pendant les Jeux de la Francophonie, au Niger. Je faisais partie de l'équipe médicale canadienne et j'ai eu à traiter un coureur qui avait mal au genou à l'aide d'un taping proprioceptif. Par la suite, il a couru son 5 kilomètres sans avoir mal. Selon moi, la réputation de ce bandage n'est pas surfaite, car il aide à diminuer l'irritation et, indirectement, accélère la guérison. 

Peut-on les appliquer nous-mêmes? 

Il faut d'abord consulter un professionnel de la santé, comme un physiothérapeute ou un thérapeute en réadaptation physique, pour obtenir un diagnostic. Si on utilise les bandelettes proprioceptives sans connaître le véritable problème, on peut faire n'importe quoi, voire aggraver la situation. Après quoi, le professionnel pourra enseigner à son patient comment faire son bandage lui-même.

Qu'est-ce que la proprioception? 

La proprioception est la sensibilité du système nerveux à des stimuli, comme de la pression ou de la tension, ressentis dans les muscles, les articulations, les os et les tendons où l'on retrouve de petits récepteurs qui font un lien entre ces parties du corps et la tête. La proprioception nous permet ainsi d'avoir conscience de notre corps et de nos mouvements dans l'espace. 

En chiffres

1979: Le chiropraticien Kenzo Kase invente les bandelettes proprioceptives, qu'il baptise «Kinesio Tape».

20: Nombre de livres publiés par Kenzo Kase sur le sujet.

300 %: Augmentation des ventes de Kinesio Tape entre 2008 et 2012.

50 000: Nombre de rouleaux de Kinesio Tape offerts gratuitement à 58 pays participant aux Jeux de Pékin en 2008, une tactique de marketing qui a remporté beaucoup de succès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer