Poids et grossesse: réduire les risques

« Même s'il y a des femmes qui sentent qu'on est contre elles, on travaille... (Photomontage La Presse)

Agrandir

Photomontage La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Même s'il y a des femmes qui sentent qu'on est contre elles, on travaille POUR elles.  »

Lorsqu'elle demande à une patiente de perdre du poids avant une fécondation in vitro, ce n'est pas pour l'embêter, encore moins pour la « rentabiliser », assure Louise Lapensée, obstétricienne-gynécologue à la clinique Ovo. C'est pour maximiser ses chances de tomber enceinte et réduire les risques pour sa santé et celle de l'enfant à venir.

«Il ne faut pas banaliser l'impact et les risques de la fécondation in vitro. Quand on travaille de façon aussi importante à faire des petits bébés, il faut le faire dans les conditions les plus sûres possible. C'est notre devoir moral.»

Dre Louise Lapensée

La clinique Ovo a resserré ses règles concernant le poids des patientes en 2011, après la publication d'études démontrant que les chances de grossesse diminuent avec le gain de poids et que les taux de fausses-couches augmentent. Les femmes obèses sont aussi plus sujettes à des complications pendant le processus de fécondation, mais aussi pendant la grossesse et l'accouchement.

Soulignons que, en 2011, la question des traitements de fertilité chez les femmes obèses avait été débattue lors d'un colloque à Toronto. Des obstétriciens-gynécologues plaidaient pour établir une limite stricte, tandis que d'autres jugeaient cette mesure simpliste, voire paternaliste et discriminatoire.

DES AVANTAGES

Aucun médecin ne le niera : les femmes obèses ont avantage à perdre du poids avant une fécondation in vitro.

Souvent, souligne le Dr Jacques Kadoch, directeur médical de la clinique de procréation assistée du CHUM, le surpoids est directement lié à l'infertilité. Au-delà d'un seuil de poids propre à chacune, les femmes peuvent avoir des cycles menstruels irréguliers ou pas de règles du tout.

«Parfois, il suffit qu'elles perdent deux ou trois livres pour qu'elles passent sous le seuil critique, commencent à avoir des cycles parfaitement réguliers et tombent enceintes naturellement.»

Dr Jacques Kadoch

La perte de poids permet aussi d'augmenter les chances de succès de la FIV et de diminuer les risques de fausse-couche, bien que les études qui portent sur la question ne soient pas unanimes.

Selon une étude de l'Université de Valence publiée en 2009, le taux de grossesse est de 45 % chez les patientes ayant un poids normal et de 38 % chez les femmes dont l'indice de masse corporelle (IMC) dépasse 30. L'été dernier, une étude de l'Université de Dalhousie (Halifax) a plutôt conclu qu'il n'y avait pas de différence significative dans les taux de grossesse et de naissance, que les femmes aient un poids normal ou un surplus de poids.

Selon le Dr Neal Mahutte, directeur du Centre de fertilité de Montréal, l'étude la plus exhaustive menée sur le sujet a été publiée en 2011 par une équipe de chercheurs américains. Dans cette étude, le taux de grossesse est de 43 % chez les femmes dont l'IMC est normal, de 39 % chez celles dont l'IMC va de 35 à 40, et de 37 % pour les femmes dont l'IMC est supérieur à 40.

« Il n'y a pas de doute qu'il y a une différence, mais cette différence est relativement faible », estime le Dr Mahutte.

ENCEINTE NATURELLEMENT

Le CHUM s'apprête à publier une étude réalisée sur 127 patientes obèses (IMC de 35,8 à 38,2) suivies par un nutritionniste et un endocrinologue. Après sept mois et demi, plus de la moitié étaient enceintes. Fait à noter : la majorité des femmes qui sont tombées enceintes n'ont pas eu besoin de fécondation in vitro. Elles y sont arrivées en perdant du poids et - pour la plupart - en prenant une médication pour contrôler le diabète, l'ovulation ou le taux d'hormones.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Maigrir avant de tomber enceinte

    Santé

    Maigrir avant de tomber enceinte

    En clinique de fertilité, les femmes en surpoids obtiennent presque tous les services... sauf quand vient le temps de la fécondation in vitro.... »

  • Poids et fertilité: chercher un équilibre

    Santé

    Poids et fertilité: chercher un équilibre

    Lorsqu'une femme ayant un excès de poids consulte le Dr Neal Mahutte, directeur médical du Centre de fertilité de Montréal, elle a bien souvent... »

  • Poids et fertilité: des critères qui varient

    Santé

    Poids et fertilité: des critères qui varient

    Vous rêvez à un enfant depuis longtemps, mais vous accusez un excès de poids ? Voici les critères des cliniques pour entreprendre la fécondation in... »

  • Un Estrien sur deux en surpoids

    Estrie et Régions

    Un Estrien sur deux en surpoids

    Environ un adulte sur 10 souffre d'un trouble de l'humeur ou d'un trouble anxieux, révèle l'Enquête de santé populationnelle estrienne (ESPE) 2014. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer